En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.78 PTS
+0.00 %
4 839.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
3 882.89
-
DAX PTS
11 136.20
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.135
-0.14 %

Carlos Ghosn, devant le tribunal pour la première fois, se dit "faussement accusé"

| AFP | 1101 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience signé Masato Yamashita représentant Carlos Ghosn lors de sa première comparution devant un juge au tribunal de Tokyo, le 8 janvier 2019
Croquis d'audience signé Masato Yamashita représentant Carlos Ghosn lors de sa première comparution devant un juge au tribunal de Tokyo, le 8 janvier 2019 ( JIJI PRESS / JIJI PRESS/AFP )

Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, s'est dit "faussement accusé et détenu de manière injuste", lors de sa première comparution devant un juge, près de deux mois après son arrestation surprise à Tokyo.

Le magnat de l'automobile de 64 ans, qui a subi une chute brutale après être devenu un personnage tout-puissant, s'est défendu d'une voix claire et forte, sans montrer d'émotion, au cours d'une audience qui a attiré les médias du monde et de nombreux curieux.

Vêtu d'un costume sombre, sans cravate, sandales vertes en plastique aux pieds, il est apparu amaigri, les joues creuses, menotté, avec une corde autour de la taille avant le début de la séance qui a duré quasiment deux heures, de 10H30 locales (01H30 GMT) à 12H15.

La salle du tribunal de Tokyo, où siège notamment le magistrat Yuichi Tada (2e gauche, au fond), avant le début de l'audience où Carlos Ghosn doit comparaître, le 8 janvier 2019
La salle du tribunal de Tokyo, où siège notamment le magistrat Yuichi Tada (2e gauche, au fond), avant le début de l'audience où Carlos Ghosn doit comparaître, le 8 janvier 2019 ( Kiyoshi Ota / POOL/AFP )

S'exprimant en anglais, il a rappelé avoir dédié "deux décennies de sa vie à relever Nissan et bâtir l'alliance", une entreprise qu'il dit aimer.

Le dirigeant franco-libano-brésilien affirme "avoir agi avec honneur, légalement et avec la connaissance et l'approbation des dirigeants de la compagnie", selon une déclaration écrite qu'il a lue.

Risque de fuite

Le juge a justifié de son côté son maintien en détention par un risque de fuite à l'étranger "où il a des bases" et d'altération de preuves.

L'avocat de Carlos Ghosn Motonari Otsuru arrive au tribunal de Tokyo, le 8 janvier 2019
L'avocat de Carlos Ghosn Motonari Otsuru arrive au tribunal de Tokyo, le 8 janvier 2019 ( JIJI PRESS / JIJI PRESS/AFP )

Dès les premières heures de la matinée, une longue queue s'était formée devant le tribunal. Plus d'un millier de personnes, parmi lesquelles de nombreux journalistes étrangers, ont patienté dans le froid pour tenter de décrocher une des rares places dans la salle: seulement 14 tickets ont été alloués par tirage au sort à des membres du public, pour assister à la comparution du célèbre accusé.

L'ambassadeur de France au Japon, Laurent Pic, était présent "dans le cadre de la protection consulaire", tout comme son homologue du Liban.

La procédure de comparution de ce type est rare, seulement 0,6% des détenus ont fait une telle requête l'an dernier. Elle n'a quasiment aucune chance de changer le cours des choses mais la portée symbolique est forte pour M. Ghosn, qui a pu rompre le silence médiatique dans lequel il était muré depuis plusieurs semaines.

"Même si ça n'est que dix minutes, pour lui c'est très important de pouvoir dire au monde sa vérité à lui", a réagi Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile basé à Paris.

En prison jusqu'au procès ?

Les étapes de l'arrestation et accusations contre Carlos Ghosn
Les étapes de l'arrestation et accusations contre Carlos Ghosn ( Gal ROMA / AFP )

Son équipe d'avocats, menée par un ancien procureur, Motonari Otsuru, va déposer une demande de fin de détention pour son client qui est actuellement en garde à vue jusqu'à vendredi sur les soupçons d'abus de confiance.

Il risque cependant une nouvelle inculpation sur ces faits, a confié M. Otsuru à la presse. Le cas échéant, cela déclencherait le début d'une nouvelle période de détention provisoire, venant se superposer à celle déjà en cours suite à sa première mise en examen le 10 décembre pour dissimulation de revenus.

Après des espoirs déçus en décembre, peut-il malgré tout être relâché sous caution? "De manière générale, dans les cas de déni total des accusations d'abus de bien confiance, la libération sous caution n'est le plus souvent pas approuvée jusqu'à l'ouverture du procès", qui ne devrait pas intervenir avant six mois au moins, a déclaré l'avocat.

Un car de police quitte le centre de détention de Tokyo où se trouve Carlos Ghosn, le 8 janvier 2019
Un car de police quitte le centre de détention de Tokyo où se trouve Carlos Ghosn, le 8 janvier 2019 ( Kazuhiro NOGI / AFP )

La longueur de sa détention étonne à l'étranger où certains s'offusquent de la dureté du système judiciaire japonais.

Ses proches aussi se sont indignés. Deux de ses filles, interviewées par le New York Times, s'interrogeant sur une cabale de Nissan afin de contrer un éventuel projet de fusion avec Renault.

"Présomption d'innocence"

Ce scénario est réfuté par le constructeur japonais qui dit n'avoir eu d'autre choix que de "mettre fin aux graves agissements" de celui qui l'avait naguère sauvé.

L'affaire est partie d'un ou plusieurs lanceurs d'alerte au sein du groupe, qui a mené l'enquête dans le secret pendant plusieurs mois avant de transmettre les informations au parquet, lequel a parallèlement conduit ses propres investigations.

Plusieurs centaines de salariés de Nissan sont toujours mobilisés et chaque semaine ou presque, de nouveaux soupçons filtrent dans les médias. "L'enquête de la compagnie se poursuit, et son champ continue de s'élargir", a répété la compagnie mardi, disant que sa décision de limoger M. Ghosn était irrévocable.

Face à cette avalanche d'accusations, Renault a pour l'heure fait profil bas, choisissant de maintenir sa confiance à Carlos Ghosn.

Mardi, la direction de la marque au losange n'a pas souhaité faire de commentaire, tandis que l'Etat, actionnaire de Renault, réitérait "le principe de présomption d'innocence".

"Le gouvernement n'a pas d'indications aujourd'hui qui peuvent le conduire à conclure qu'il y a une responsabilité de M. Ghosn", a affirmé la ministre des Transports Elisabeth Borne, interrogée sur la radio France Info.

"La gouvernance de Renault, elle est assurée, il y a une gouvernance provisoire mise en place (confiée au numéro deux Thierry Bolloré). Evidemment, si cet empêchement devait durer, il faudrait en tirer les conséquences", a-t-elle ajouté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Sanofi a obtenu l'autorisation de commercialiser au Royaume-Uni son vaccin antgrippal trivalent (Split Virion, Inactivated) à haute dose, destiné aux personnes âgées de 65 ans et plus.source : AOF

Publié le 22/01/2019

En parallèle de sa publication trimestrielle, Soitec a annoncé le renforcement de sa collaboration avec Samsung Foundry afin de garantir l'approvisionnement en plaques de silicium sur isolant…

Publié le 22/01/2019

Bonduelle a engagé des discussions avec la société américaine Seneca Foods Corporation visant l'acquisition de son usine de Lebanon (Pennsylvanie, USA). « Cette usine, destinée au…

Publié le 22/01/2019

Getlink (ex-Eurotunnel) a publié un chiffre d’affaires consolidé de 1,079 milliard d’euros au titre de son exercice 2018, soit une hausse de 5% à taux de change constant. « Getlink poursuit…

Publié le 22/01/2019

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…