En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.09 %

Premier vol New Delhi-Tel Aviv après le survol de l'Arabie saoudite

| AFP | 563 | Aucun vote sur cette news
Campagne publicitaire au siège d'Air India à Bombay pour le vol New Delhi-Tel Aviv, le 20 mars 2018
Campagne publicitaire au siège d'Air India à Bombay pour le vol New Delhi-Tel Aviv, le 20 mars 2018 ( Indranil MUKHERJEE / AFP )

Un Boeing d'Air India en provenance de New Delhi a atterri jeudi soir à Tel-Aviv après avoir été le premier avion effectuant un vol commercial à destination d'Israël à être passé par l'espace aérien saoudien, un ministre israélien se félicitant d'un "premier lien officiel entre Israël et l'Arabie saoudite".

L'Arabie saoudite interdisait jusque-là le survol de son territoire à des avions se rendant en Israël, pays avec lequel Ryad n'entretient pas de liens diplomatiques.

"C'est un moment historique", s'est félicité le ministre israélien des Transports Yisrael Katz. "C'est la première fois qu'il y a un lien officiel entre l’État d'Israël et l'Arabie saoudite", a-t-il déclaré à l'AFP sur le tarmac, alors que le Dreamliner atterrissait à l'aéroport Ben Gourion.

"C'est le début d'une nouvelle ère", s'est félicité le ministre israélien du Tourisme, Yariv Levin, qui se trouvait également à l'aéroport de Tel-Aviv jeudi soir pour l'arrivée du vol d'Air India.

Cette nouvelle liaison aérienne avait été annoncée en juillet 2017 par le Premier ministre indien Narendra Modi, son homologue israélien Benjamin Netanyahu suggérant en janvier pour la première fois qu'elle pourrait emprunter l'espace aérien saoudien.

Depuis cette déclaration de M. Netanyahu, aucun responsable israélien n'a évoqué l'autorisation de survol de l'espace aérien saoudien.

"Nous allons assurer des vols sans escale de New Delhi à Tel-Aviv à partir du 22 mars via l'espace aérien saoudien", avait auparavant déclaré à l'AFP le porte-parole d'Air India, Praveen Bhatnagar.

Le survol de l'Arabie saoudite permet de réduire sensiblement le temps des vols entre l'Inde et Israël.

M. Levin avait qualifié le lancement de ce vol comme faisant partie "de la révolution au sein du ministère pour augmenter le nombre de touristes en Israël". Le nombre de touristes en provenance d'Inde a augmenté de 47% en deux ans, selon son ministère.

La compagnie israélienne El Al survolait jusque-là la mer Rouge pour ses destinations indiennes, de façon à éviter les espaces aériens saoudien et iranien.

Benjamin Netanyahu et l'administration américaine de Donald Trump favorisent l'idée d'une nouvelle convergence d'intérêts entre Israël et les pays arabes, à commencer par l'Arabie saoudite, face notamment à l'ascension de l'Iran.

- "Réchauffement" -

Ils laissent entendre qu'elle pourrait conduire à une reconfiguration diplomatique régionale alors que seuls deux pays arabes (Egypte, Jordanie) entretiennent des relations diplomatiques avec Israël.

En dépit des signes de discrète interaction, les autorités saoudiennes restent muettes sur d'éventuels contacts, même informels, avec Israël.

Pour l'analyste israélien Jonathan Spyer, ce geste des Saoudiens est un signal positif malgré l'absence de solution au conflit israélo-palestinien, longtemps considéré comme une condition préalable à l'établissement de relations entre l’État d'Israël et certains pays arabes.

"Ce que nous pouvons observer, c'est que même en l'absence de traité de paix, des petits gestes peuvent avoir une grande signification", a affirmé à l'AFP M. Spyer, directeur du Centre (Rubin) de recherches sur les affaires internationales.

Lors d'une tournée au Moyen-Orient en mai 2017, le président américain Donald Trump avait atterri à Tel-Aviv directement de Ryad, dans ce qui devait être l'un des seuls vols directs entre les deux pays.

Le rapprochement avec le royaume saoudien serait "crucial" pour l'administration américaine en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, selon M. Spyer.

L'Arabie saoudite et Israël ont un ennemi commun, l'Iran, tous deux cherchant à limiter ce qu'ils considèrent comme l'influence grandissante de la République islamique au Moyen-Orient.

L'autorisation de survol, selon M. Spyer, est le signe du "réchauffement dans les coulisses" avec Israël.

"On peut supposer que cela cadre avec le changement d'image que Mohammed ben Salmane essaie d'obtenir pour son pays", a-t-il ajouté.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane effectue en ce moment une visite aux États-Unis durant laquelle il a rencontré Donald Trump, ce dernier affichant sa complicité avec son interlocuteur.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…