Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 568.82 PTS
+1.35 %
6 559.50
+1.25 %
SBF 120 PTS
5 139.37
+1.26 %
DAX PTS
15 669.29
+1. %
Dow Jones PTS
35 061.55
+0.68 %
15 111.79
+1.15 %
1.177
+0. %

Les sénateurs républicains bloquent, à ce stade, l'accord sur les infrastructures

| AFP | 648 | 4 par 5 internautes
Le président américain Joe Biden à Cincinnati, dans l'Ohio, le 21 juillet 2021
Le président américain Joe Biden à Cincinnati, dans l'Ohio, le 21 juillet 2021 ( SAUL LOEB / AFP )

Le Sénat des Etats-Unis a refusé mercredi d'entamer à ce stade l'examen d'un plan d'investissement dans les infrastructures de 1.200 milliards de dollars, central dans la stratégie de Joe Biden qui s'est malgré tout dit optimiste sur la suite de la procédure parlementaire.

Les élus républicains, qui disposent d'une minorité de blocage, se sont opposés à l'ouverture des débats parlementaires lors du premier test pour ce gigantesque plan, très cher au président démocrate.

Il y a près d'un mois, le président démocrate avait annoncé s'être entendu avec des élus des deux partis pour investir cette somme considérable sur huit ans, dans les routes, les aéroports, les réseaux d'eaux ou l'internet à haut débit.

En déplacement à Cincinnati mercredi, ville de l'Ohio, dans le nord-est des Etats-Unis, Joe Biden s'est fait fort de rappeler cet accord informel aux élus d'opposition: "Je viens d'une tradition (...) où quand on se serre la main, et ça y est, on tient parole", a-t-il dit.

"Oui!" a-t-il répondu à un journaliste de CNN qui l'interrogeait lors d'un débat public pour savoir s'il croyait à un vote positif dès lundi prochain pour ouvrir les débats sur le détail de son plan.

"Et nous allons réparer votre foutu pont!" a-t-il dit sous les rires et les applaudissements. Il faisait référence à une infrastructure toute proche de Cincinnati, le Brent Spence Bridge, dont la rénovation est discutée depuis des années, et qui est considéré comme un emblème des infrastructures américaines vieillissantes.

"Pas beaucoup de leviers"

Le chef démocrate du Sénat Chuck Schumer avait souhaité entamer dès mercredi le travail parlementaire.

Mais les républicains ont jugé la démarche précipitée. "On a besoin de plus de temps", a expliqué à l'AFP le sénateur Todd Young.

Les discussions buttent sur les moyens de financer ces dépenses, les républicains ayant rejeté un dispositif qui aurait renforcé la lutte contre l'évasion fiscale.

Même si le vote a échoué, le texte devrait survivre. Les 22 négociateurs des deux partis ont assuré dans un communiqué avoir "réalisé des progrès importants et être prêts d'un accord".

L'un d'eux, le républicain modéré Mitt Romney a même évoqué la date de lundi prochain pour la conclusion de leurs travaux.

Au delà des infrastructures "classiques", pour lesquelles il est plus susceptible de s'assurer des voix républicaines, le président Joe Biden souhaite des investissements massifs dans les énergies vertes, la santé ou l'éducation.

Le président américain Joe Biden annonce un accord sur un plan d'investissements massifs dans les infrastructures aux côtés d'un groupe de sénateurs républicains et démocrates, le 24 juin 2021 devant la Maison Blanche
Le président américain Joe Biden annonce un accord sur un plan d'investissements massifs dans les infrastructures aux côtés d'un groupe de sénateurs républicains et démocrates, le 24 juin 2021 devant la Maison Blanche ( Jim WATSON / AFP )

En raison de l'opposition des républicains à de nouvelles dépenses dans ces secteurs, les démocrates sont prêts à avancer seuls sur un plan parallèle, évalué pour l'instant à 3.500 milliards de dollars.

Pour ce faire, ils comptent utiliser une procédure spécifique aux projets de loi budgétaires, qui permet de rabaisser à 50 sur 100 le nombre de voix nécessaires pour adopter un texte au Sénat (contre 60 sinon).

Ils ne pourront toutefois pas se permettre une seule défection, ce qui reste incertain compte-tenu des différentes sensibilités présentes dans leurs rangs. "On n'a pas beaucoup de leviers", a reconnu le sénateur Bernie Sanders, figure de la gauche américaine.

"Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas faire ces investissements", a pourtant souligné vendredi Joe Biden lors d'un déplacement au Congrès.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2021

Dans le cadre du contrat d'émission de Bons d'Emission d'Obligations Convertibles en Actions avec Bons de Souscription d'Actions Attachés conclu entre...

Publié le 23/07/2021

Le groupe NSE, spécialiste dans la conception, la fabrication et la maintenance d'équipements électroniques de haute technologie plus particulièrement...

Publié le 23/07/2021

Cybergun annonce que, à l'issue de l'Assemblée générale du 19 juillet 2021, la société a décidé de mettre en oeuvre un regroupement des actions...

Publié le 23/07/2021

La Société des Bains de Mer et ses filiales ont réalisé au cours du premier trimestre un chiffre d'affaires en forte augmentation par rapport à celui...

Publié le 23/07/2021

Dans le prolongement du communiqué de presse en date du 30 juin 2021 et à la suite de l'avis favorable des institutions représentatives du personnel...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne