En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital, mode d'emploi

| AFP | 452 | Aucun vote sur cette news
Le projet de loi de finances 2018 prévoit la création d'un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les revenus de l'épargne
Le projet de loi de finances 2018 prévoit la création d'un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les revenus de l'épargne ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

Réorienter l'épargne des Français vers les entreprises pour stimuler l'économie, tel est l'objectif du prélèvement forfaitaire unique (PFU) sur les revenus du capital, mesure phare du projet de loi de finances 2018 présenté mercredi par le gouvernement. Mode d'emploi de ce nouveau dispositif.

Le prélèvement forfaitaire unique, c'est quoi ?

Le projet de loi de finance 2018 présenté mercredi prévoit la mise en oeuvre d'un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les revenus de l'épargne, dont l'entrée en vigueur est prévue le 1er janvier 2018.

Qualifiée de "flat tax", cette mesure coûtera environ 1,3 milliard d'euros aux finances publiques en 2018 et 1,9 milliard en 2019, a précisé Bercy mercredi.

Cette nouvelle fiscalité doit remplacer le maquis touffu des dispositifs d'imposition actuellement en vigueur, qui varient fortement en fonction par exemple de la durée de détention d'un contrat ou du statut juridique de l'investisseur, aboutissant parfois à un taux de prélèvement jusqu'à 60%.

"La fiscalité pesant sur les revenus de l'épargne est particulièrement dissuasive. (...) Cette réforme permet une fiscalité de l'épargne plus neutre, plus en ligne avec les niveaux de prélèvement pratiqués par nos principaux partenaires européens. Elle contribuera à la réorientation de l'épargne vers le financement des entreprises, tout en gagnant en simplicité et en attractivité", justifie le gouvernement.

"La réforme rendra en outre la fiscalité plus prévisible pour les investisseurs en actions qui, aujourd'hui, du fait de la fiscalité en vigueur peuvent difficilement anticiper le niveau d'imposition qu'ils subiront lors de la cession des titres, s'ils réalisent une plus-value", assure Bercy.

Quels sont les produits d'épargne concernés ?

En principe, ce mécanisme doit s'appliquer à tous les revenus du capital, qu'il s'agisse de gains réalisés sur la détention de titres investis dans des entreprises, en Bourse ou encore via des sociétés de gestion. Seront également concernés les intérêts des plans épargne-logement (PEL) ouverts à partir du 1er janvier 2018.

Contrairement à ce que son nom indique, ce prélèvement ne sera toutefois pas véritablement "unique" et un certain nombre d'exceptions vont perdurer.

En premier lieu, les gains réalisés sur les produits d'épargne populaire, comme le Livret A et les autres livrets réglementés resteront intégralement exonérés d'impôts.

Les produits fortement investis en actions, comme le PEA et le PEA-PME, conserveront également le régime fiscal avantageux dont ils bénéficient actuellement.

Le cas particulier de l'assurance vie

La fiscalité actuelle demeurera aussi inchangée pour les détenteurs de contrats d'assurance vie dont les encours placés sont inférieurs à 150.000 euros.

La taxation sur les intérêts qui s'applique au moment du déblocage, c'est-à-dire lorsque le détenteur du contrat décide de récupérer l'argent placé sur son assurance vie, est dégressive en fonction de la durée de détention du contrat. Le taux qui s'applique pour une durée de détention de moins de quatre ans est de 50,5%, de 30,5% entre quatre et huit ans et de 23% au-delà.

L'imposition forfaitaire de 30% s'appliquera en revanche aux gains réalisés à partir de 150.000 euros d'encours nets, tous contrats confondus, pour une personne seule et 300.000 euros pour un couple, et ce quelle que soit la durée de détention du contrat, selon le projet de loi de finances 2018.

Le gouvernement souhaite que le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital s'applique à l'assurance vie dès ce mercredi, a annoncé ce même jour le ministère de l'Economie.

Cette application rétroactive - un vote au Parlement n'est prévu qu'en fin d'année - vise à éviter des mouvements financiers brutaux sur ce produit d'épargne ces prochaines semaines, détaille Bercy.

Quel impact aura le PFU de 30% ?

"C'est une baisse de la fiscalité certaine pour ceux qui payaient beaucoup, mais ce n'est pas une révolution. Ça concernera finalement assez peu de monde, ça ne va pas changer les stratégies d'investissements que nous recommandons à nos clients", a expliqué à l'AFP Stéphane Carlucci, directeur général du courtier en ligne Linxea.

"Le PFU ne provoquera pas d'arbitrages massifs, notamment sur l'assurance vie", juge pour sa part Paul Younès, directeur général de l'Union financière de France, banque spécialisée dans la gestion de patrimoine.

"En revanche, tous les message de simplification, de +flat tax+, de stabilité fiscale et de recentrage de la politique autour de l'entrepreunariat auront un impact psychologique positif extrêmement significatif", estime encore M. Younes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…