En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
+0.05 %
5 476.00
+0.20 %
SBF 120 PTS
4 386.46
+0.05 %
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 604.54
+0.16 %
7 561.65
+0.17 %
1.177
+0.18 %

Prélèvement à la source: nombreuses erreurs lors de la phase d'essai

| AFP | 181 | 5 par 1 internautes
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, quitte l'Élysée après un Conseil des ministres à Paris, le 12 juin 2018
Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, quitte l'Élysée après un Conseil des ministres à Paris, le 12 juin 2018 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

La phase d'essai du prélèvement à la source, testé auprès de certaines entreprises en vue de son entrée en vigueur théoriquement prévue début 2019, s'est soldée par des centaines de milliers d'erreurs, affirme samedi le Parisien, citant une note du fisc.

Selon le site internet du quotidien, la direction générale des finances publiques (DGFiP) a fait parvenir en juillet une note au ministère de l'Economie, évoquant un nombre extrêmement irrégulier d'erreurs d'un mois à l'autre: elles auraient été inexistantes en janvier, avant de culminer à plus de 300.000 le mois suivant.

Il n'y a "a priori pas moyen de (se) prémunir" de certaines de ces erreurs, prévient la note, selon le Parisien.

La réforme, engagée sous le quinquennat de François Hollande et déjà reportée une fois d'un an, doit conduire à ce que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement. Sa mise en oeuvre a suscité la préoccupation de chefs d'entreprise et de syndicats, qui s'inquiètent de possibles failles ou angles morts.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a laissé cette semaine la porte ouverte à un abandon et, samedi, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a admis qu'un "arrêt" n'était pas exclu, tout en renvoyant à des considérations psychologiques et non techniques.

Le prélèvement de l'impôt à la source
Le prélèvement de l'impôt à la source ( Simon MALFATTO / AFP )

A l'inverse, la note citée par le Parisien fait bien état de deux anomalies techniques récurrentes: le prélèvement à de multiples reprises de l'impôt auprès d'une même personne, ainsi que le prélèvement par erreur à un homonyme.

Si la note ne porte que sur des tests menés jusqu'à juin, le Parisien affirme disposer d'informations selon lesquelles les erreurs ont de nouveau explosé en juillet et août.

Le quotidien cite des sources internes à Bercy, selon lesquelles les erreurs sont le fait des employeurs parmi lesquels, en premier lieu, l'Etat et les organismes publics.

Interrogé par le quotidien, Bruno Parent, à la tête de la DGFiP, a minimisé la proportion d'erreurs, la qualifiant d'"epsilonesque" et jugeant "absurde" l'idée qu'elles soient irréparables.

Par ailleurs, un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche montre que 60% des Français sont favorables au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu contre 39% qui s'y déclarent hostiles.

A la question "souhaitez-vous que le gouvernement mette en place le prélèvement à la source de l´impôt sur le revenu à partir du 1er janvier 2019?", 60% des sondés disent oui (32% oui tout à fait, 28% oui plutôt) contre 39% qui y sont opposés (14% non plutôt pas, 25% pas du tout) et 1% ne se prononcent pas.

Les personnes les plus favorables sont celles qui sont assujetties à l’impôt sur le revenu (66%) et les proches de La République en Marche (75%), suivis des socialistes (62%). Les Républicains étant les plus hostiles (50%).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

  Communiqué de presse 25 septembre 2018           EDF lève 1,25 MdEUR avec une émission obligataire hybride Succès de la nouvelle émission…

Publié le 25/09/2018

    Résultats semestriels 2018     « Dans une période particulièrement intense pour le Groupe qui a lancé de grands chantiers structurants : financement, organisation,…

Publié le 25/09/2018

Bonne tenue de l'activité

Publié le 25/09/2018

Kerlink vient de dévoiler ses résultats semestriels 2018. Comme déjà annoncé, l’activité sur la période a été pénalisée par des décalages de déploiements sur les opérateurs publics.…

Publié le 25/09/2018

Archos annonce le lancement en janvier 2019 du Safe-T Touch, le premier portefeuille sécurisé, doté d'un écran tactile, embarquant une interface...