En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Préjudice d'anxiété : 755 mineurs lorrains déboutés en appel

| AFP | 218 | Aucun vote sur cette news
La cour d'appel de Metz a débouté vendredi 755 anciens mineurs lorrains exposés à des produits nocifs qui réclamaient une reconnaissance plus large de leur préjudice d’anxiété
La cour d'appel de Metz a débouté vendredi 755 anciens mineurs lorrains exposés à des produits nocifs qui réclamaient une reconnaissance plus large de leur préjudice d’anxiété ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

La cour d'appel de Metz a débouté vendredi 755 anciens mineurs lorrains exposés à des produits nocifs qui réclamaient une reconnaissance plus large de leur préjudice d’anxiété, et a considéré que les dommages alloués en première instance n'étaient pas justifiés.

La cour d'appel "a débouté les appelants de l’intégralité de leurs prétentions, revenant ainsi sur la décision des premiers juges", de leur allouer 1.000 euros de dommages, est-il expliqué dans un communiqué.

Avec cette décision, elle "se range dans la ligne de ceux qui ne veulent pas reconnaître que, dans ce pays, aujourd'hui encore, il y a des gens qui perdent leur vie à vouloir la gagner", a réagi devant le TGI François Dosso, responsable CFDT.

"Si nous devons aller devant la Cour européenne (des droits de l'Homme), nous irons, avec ceux qui resteront. Parce que on en perd tous les jours des copains".

Visiblement ému, le responsable syndical est revenu sur le passé des mines : "On a donné notre santé pour redresser le pays deux fois, de 1945 à 1955 et de 1973 a 1985. Cet effort, qui se traduit par des morts prématurés, on le fera reconnaître. Nous ne nous cacherons pas pour mourir".

En première instance, les prud'hommes de Forbach (Moselle) avaient estimé que Charbonnage de France (CdF, aujourd'hui liquidé) avait commis une faute en exposant des centaines d'entre eux à au moins deux produits dangereux : les poussières nocives et le formol.

Les mineurs avaient fait appel et demandé des dommages-intérêts jusqu’à 30.000 euros, et la reconnaissance de manquements de sécurité de la part de Charbonnage de France pour 24 substances cancérigènes avec lesquelles ils étaient en contact.

La cour d'appel est revenue sur le préjudice d'anxiété des anciennes "gueules noires", estimant qu'il n'était pas indemnisable, car les mineurs ne font pas partie des bénéficiaires listés dans l'article de loi de 1998.

Cette loi réserve l’indemnisation du préjudice d'anxiété "aux travailleurs de l’amiante, employés dans des entreprises répertoriées par arrêté ministériel et dont ne font pas partie les établissements de CdF".

Sur les manquement de sécurité, la cour a considéré que "l'employeur a pris toutes les mesures nécessaires de protection (...) et d'information et de prévention".

"On avait un simple masque pour la poussière, qu'on devait garder 3 ou 4 jours. Et quand on réclamait, on nous disait +mets toi un chiffon autour du nez+", s'insurge Emidio Margani, 53 ans, dont plus de 20 passés au fond de la mine.

"Je sentais le charbon qui me grinçait dans les dents quand je fermais ma bouche, j'étais noir des pieds à la tête... je suis scandalisé".

Aujourd'hui, "j'ai peur qu'on me découvre quelque chose, oui, j'ai peur", ajoute-t-il.

Une trentaine de mineurs ont développé des cancers depuis le début de la procédure en 2013, certains reconnus comme maladie professionnelle par le tribunal des affaires de sécurité sociale.

Mais, ils "ne rapportent pas la preuve d’un préjudice quelconque antérieur à l’apparition de la maladie et à la reconnaissance de son caractère professionnel", souligne-t-on à la cour d'appel, qui se borne à reconnaître "expressément la pénibilité manifeste des conditions extrêmes de travail, spécialement dans les galeries de mines".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…