En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 511.79 PTS
-0.18 %
5 500.00
-0.26 %
SBF 120 PTS
4 332.99
-0.27 %
DAX PTS
12 249.21
-0.21 %
Dowjones PTS
26 727.54
+0.03 %
7 723.02
+0.00 %
1.141
+0.10 %

Poutine cherche à attirer des investisseurs ébranlés par les affaires judiciaires

| AFP | 286 | 4 par 2 internautes
Le président russe Vladimir Poutine - ici le 6 juin 2019 à Saint-Petersbourg - a assuré que la Russie avait besoin des investisseurs étrangers
Le président russe Vladimir Poutine - ici le 6 juin 2019 à Saint-Petersbourg - a assuré que la Russie avait besoin des investisseurs étrangers ( Dmitri Lovetsky / POOL/AFP )

Vladimir Poutine, confronté à un essoufflement économique et une baisse de popularité, a assuré jeudi que la Russie avait besoin des investisseurs étrangers, échaudés par plusieurs arrestations.

Surnommé le "Davos russe" en temps de boom économique, le Forum économique international de Saint-Pétersbourg a été assombri ces dernières années par les sanctions occidentales, auxquelles s'ajoute cette année l'affaire Baring Vostok, fonds d'investissement majeur dont des dirigeants sont poursuivis par la justice.

Vladimir Poutine s'y implique personnellement, avec un programme chargé de rencontres avec des dirigeants étrangers et des représentants des milieux d'affaires, pour montrer que la Russie n'est pas isolée et reste ouverte aux investisseurs internationaux malgré le contexte difficile.

Signe de la priorité décidée par Moscou, l'invité d'honneur du forum est le président chinois, Xi Jinping, qui doit s'y exprimer vendredi avec M. Poutine et le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Le président russe, Vladimir Poutine, a rencontré les responsables d'agences de presse le 6 juin 2019 à Saint-Petersbourg
Le président russe, Vladimir Poutine, a rencontré les responsables d'agences de presse le 6 juin 2019 à Saint-Petersbourg ( Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK/AFP )

Afin de diversifier l'économie et la rendre plus innovante, "il est clair que nous comptons avant tout attirer des investissements, nationaux et étrangers", a reconnu Vladimir Poutine lors d'une réunion avec les responsables d'agences de presse, dont l'AFP.

Il s'est montré aussi conciliant sur plusieurs dossiers internationaux, notamment avec les Européens, assurant que ce n'était pas "un problème" de ne pas être invité aux cérémonies du 75e anniversaire du Débarquement ou appelant à "tourner la page" de relations très difficiles avec Londres.

Il est resté par contre ferme dans ses critiques vis-à-vis des Etats-Unis, qui boudent le forum, sur le Venezuela ou sur le désarmement, avertissant que la Russie est prête à laisser expirer en 2021 le traité nucléaire START.

La Russie a grand besoin d'argent privé pour atteindre les objectifs affichés par Vladimir Poutine au début de son quatrième mandat, avec des ambitieux "projets nationaux" qu'il s'agit désormais de financer, malgré le climat des affaires tendu.

Le coût de ces projets – déclinés en 12 catégories, dont la santé et les infrastructures – approche les 400 milliards de dollars d'ici à 2024, dont 115 milliards doivent venir d'investissements privés, russes ou étrangers.

Craintes de "récession"

Ces projets sont essentiels car l'économie russe a fortement ralenti en début d'année. Elle avait renoué avec la croissance en 2017 après deux ans de récession causée par la chute des cours du pétrole et les sanctions liées à la crise ukrainienne.

Ce signal est jugé inquiétant au moment où la popularité de Vladimir Poutine chute en raison de mesures impopulaires mais présentées comme nécessaires, comme le relèvement de l'âge de la retraite ou la hausse de la TVA.

"Si nous ne faisons rien, nous pouvons entrer en récession d'ici 2021", a averti le ministre russe de l'Economie, Maxime Orechkine, ici le 6 juin 2019 à Saint-Petersbourg ( OLGA MALTSEVA / AFP )

"Si nous ne faisons rien, nous pouvons entrer en récession d'ici 2021", a averti le ministre de l'Economie, Maxime Orechkine, citant les risques liés à "la bulle des crédits à la consommation".

Le président de la Cour des Comptes, Alexeï Koudrine, voix très écoutée des milieux d'affaires, a averti que l'objectif du Kremlin de dépasser 3% de croissance annuelle ne serait pas atteint sans "réformes structurelles suffisamment énergiques".

Il a cité le système judiciaire, mis en cause pour avoir arrêté des investisseurs du fonds Baring Vostok pour une affaire relevant, a priori, du différend commercial.

L'arrestation et le placement en détention préventive en février de son respecté cofondateur, l'Américain Michael Calvey, et son collègue français, Philippe Delpal, a jeté un froid dans les milieux d'affaires.

Si Michael Calvey est aujourd'hui assigné à résidence, Philippe Delpal reste en détention. Soupçonnés d'être à l'origine d'une fraude d'au moins 2,5 milliards de roubles (environ 33 millions d'euros), ils clament leur innocence.

Parts de marché perdues

L'affaire a constitué un "choc pour l'économie" et contribué à doubler les fuites de capitaux de Russie, mal récurrent de l'économie russe, depuis le début de l'année, a averti Alexeï Koudrine, regrettant l'absence de "règles stables".

Alexis Rodzianko, président de la Chambre de commerce américaine en Russie, a indiqué avoir invité M. Calvey à assister à une rencontre entre les chefs d'entreprise russes et américains vendredi mais un tel déplacement nécessite l'aval de la justice.

En signe de protestation face aux poursuites lancées contre Michael Calvey, l'ambassadeur des Etats-Unis, Jon Huntsman, boude le forum cette année. La délégation américaine, traditionnellement une des plus importantes, devrait néanmoins rester fournie.

"Il est grave pour nos intérêts économiques que les Etats-Unis et l'Europe cèdent des parts de marché à la Chine à cause du conflit géopolitique avec la Russie, c’est un vrai problème", a indiqué Alexis Rodzianko à l'AFP.

Mais le message selon lequel la Russie "n'a pas besoin de l'Occident, des Etats-Unis, c'est un voeu pieux", ajoute-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2019

Europcar Mobility Group tient aujourd’hui son « Capital Markets Day », pendant lequel le spécialiste de la location de véhicules présentera en détail sa feuille de route stratégique pour…

Publié le 25/06/2019

Le léger sursaut de Natixis est déjà effacé en bourse...

Publié le 25/06/2019

Europcar Mobility Group organise son Capital Markets Day, pendant lequel le Groupe présentera sa feuille de route stratégique pour 2020-2023...

Publié le 25/06/2019

Gros appel au marché...

Publié le 25/06/2019

Les analystes sont nombreux à réagir à l'OPA amicale lancée par Capgemini sur le spécialiste du conseil en ingénierie et de la R&D