5 388.88 PTS
+0.16 %
5 389.00
+0.20 %
SBF 120 PTS
4 317.01
+0.20 %
DAX PTS
12 581.91
-0.07 %
Dowjones PTS
24 748.07
-0.16 %
6 833.21
+0.00 %
Nikkei PTS
22 191.18
+0.15 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Port de Sète: la CGT dénonce des pratiques sociales "uniques en France"

| AFP | 301 | 5 par 1 internautes
Militants de la Fédération nationale des Ports et Docks CGT lors d'une manifestation contre la loi travail, à Paris le 14 juin 2016
Militants de la Fédération nationale des Ports et Docks CGT lors d'une manifestation contre la loi travail, à Paris le 14 juin 2016 ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

La Fédération nationale des Ports et Docks CGT va "engager une procédure juridique et interpeller la région" Occitanie sur "des pratiques sociales uniques en France qui ne respectent pas la législation du travail" sur le port de Sète (Hérault), a déclaré mercredi un de ses responsables.

Lors d'une conférence de presse au sein du port de Sète, Serge Coutouris, secrétaire fédéral adjoint, a énuméré des "pratiques scandaleuses", citant notamment le maintien de certains dockers pendant toute leur carrière dans le statut très précaire d'"occasionnels", d'intérimaires pendant 15 ans au même poste, la survivance de cotisations retraite "à la vignette", un système qui "a théoriquement disparu" et ne prend pas en compte les fluctuations de salaires ou encore la non-signature de contrats de travail journaliers.

"Ce n'est pas normal qu'on soit sur le port de Sète en zone de non-droit", a-t-il dit, réclamant "le respect des règles sociales", alors que la profession est historiquement marquée par une grande précarité. "On ne lâchera pas", a-t-il ajouté, assurant que l'inspection du travail disposait déjà "d'un gros dossier" et soulignant que le sujet était particulièrement d'actualité après l'annonce du développement du trafic des containers dans le port sétois.

"Le président de l'EPR (Etablisement public régional ndrl) et son Conseil d'administration ne sont pour rien" dans cette situation sociale, a réagi auprès de l'AFP Jean-Claude Gayssot, qui préside "Port Sud de France". "Mais je ne m'en lave pas les mains, je me suis engagé, dans le cadre du développement actuel du port de Sète pour qu'avec les embauches nouvelles nous fassions tout pour changer le rapport entre le nombre de dockers permanents et le nombre +d'occasionnel+", a assuré l'ancien ministre communiste des transports.

"J'ai attrapé les employeurs", a ajouté M. Gayssot, précisant qu'ils s'étaient engagés à faire évoluer leurs pratiques. La CGT "a raison de se battre pour l'application d'un accord de branche sur la pénibilité" et pour réduire la précarité, a-t-il poursuivi. "Mais actuellement, le syndicat majoritaire des dockers à Sète est la CFDT" qui a, selon M. Gayssot, "tendance à vouloir maintenir la situation actuelle".

Sollicité par l'AFP, le conseil régional Occitanie n'a en revanche pas souhaité réagir à ce stade à l'intepellation de la CGT.

Plusieurs dizaines de dockers et représentants syndicaux ont observé mercredi matin devant les barrières blanches d'accès à la zone portuaire un arrêt de travail d'une heure à l'appel de la Fédération nationale des Ports et Docks CGT, a constaté une journaliste de l'AFP.

Assurant avoir tenté depuis des mois de négocier avec les employeurs de la Manutention portuaire sur le port de Sète, la Fédération nationale des Ports et Docks CGT avait appelé à des actions dans les ports où sont présents les sociétés Bolloré et Sea Invest.

Selon la CGT, qui revendique 90% de représentativité sur les ports français, une soixantaine de dockers "occasionnels" et une trentaine de "mensualisés" (en CDI) sont employés sur le port sétois.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2018

Publicis maintient ses challengers du jour à bonne distance grâce à son bond de 6,23% qui en fait la plus forte progression du CAC 40. A 59,92 euros, le titre du groupe de communication est à son…

Publié le 19/04/2018

Un accord majoritaire a été signé pour la création de nouvelles instances représentatives du personnel au sein du groupe PSA. Cinq organisations syndicales sur six (CFDT, CFE/CGC, CFTC, FO et…

Publié le 19/04/2018

Nestlé (+0,48% à 75,60 francs suisses) est bien orienté à la Bourse de Zurich grâce à l'annonce d'une accélération plus forte que prévu de ses ventes au premier trimestre. Le géant de…

Publié le 19/04/2018

Selon une source de marché, Société Générale a abaissé sa recommandation d’Acheter à Conserver et son objectif de cours de 95 euros à 94 euros sur Foncière des régions.source : AOF

Publié le 19/04/2018

Cibox gagne 1,85% à 0,331 euro pour l'heure ce matin, dans un volume représentant tout de même près de 1% du tour de table...