En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
-
4 813.5
+1.67 %
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.32 %
1.133
+0.10 %

Plusieurs sites de Total touchés par des grèves

| AFP | 673 | 3 par 2 internautes
Plusieurs sites de Total sont touchés par un mouvement de grève à l'appel de la CGT
Plusieurs sites de Total sont touchés par un mouvement de grève à l'appel de la CGT ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Plusieurs sites de Total étaient affectés jeudi par un mouvement de grève lancé par la CGT et lié à des négociations salariales, qui dans certains cas s'est ajouté à des blocages de "gilets jaunes", ont indiqué des sources concordantes.

Jeudi soir, à l'issue d'une journée de négociations salariales avec l'Ufip (Union française des industries pétrolières), les syndicats FO et CGT ont appelé les personnels "du secteur pétrolier à intensifier la grève, engager des arrêts d'installation, bloquer les expéditions, la production et la distribution".

Ils réclament dans un communiqué le "maintien de primes" et l'"ouverture immédiate" de négociations salariales "dans les groupes et entreprises du pétrole".

"Les expéditions de produits des raffineries de Normandie, Grandpuits et Donges sont bloquées en raison d’un mouvement social lié aux négociations annuelles obligatoires qui ont lieu aujourd'hui au niveau de la branche", avait auparavant indiqué une porte-parole de Total.

"Le dépôt de la bioraffinerie de La Mède est également concerné", avait-elle ajouté.

Selon des sources syndicales, ce dépôt des Bouches-du-Rhône était paralysé jeudi par une grève à l'appel de la CGT, plusieurs salariés salariés grévistes occupant le rond-point d'accès à la plateforme Total, déjà bloquée par des "gilets jaunes".

Selon Fabien Cros, élu CGT, la grève de 24 heures reconductible était suivie par 87% des salariés postés (en équipes successives alternantes, ndlr) jeudi matin. "Aucun produit pétrolier n'entre ou ne sort du dépôt", a-t-il indiqué à l'AFP, précisant que quelque 150 grévistes CGT distribuaient des tracts sur le rond-point d'accès au site, où une cinquantaine de "gilets jaunes" avaient installé depuis plusieurs jours un barrage filtrant.

- "ras le bol total" -

Toutefois, la CGT s'est défendue d'avoir rejoint les "gilets jaunes", même si les revendications sur le pouvoir d'achat sont identiques. "On n'oppose pas les luttes, tout est bon contre Macron. Il y a un ras-le-bol total", a indiqué un gréviste CGT, joint par téléphone.

A la raffinerie de Feyzin (Rhône), Michel Lavastrou, délégué CGT, a fait état d'une "grève depuis mardi", également liée aux négociations salariales de branche en cours. "L'impact sur la production est limité puisque le mouvement n'a été lancé qu'il y a 48 heures", a-t-il précisé.A

A Donges, la CGT comptabilisait "65 à 80% de grévistes" en moyenne sur les trois équipes devant se relayer sur 24 heures à partir de mercredi soir, selon le délégué syndical Christophe Hiou. Durant ce mouvement non reconductible, "l'ensemble des débits" ont été diminués et "aucun camion ou bateau" n'a quitté la raffinerie, mais ni l'usine ni l'oléoduc qui dessert le dépôt de Vern-sur-Seiche, au sud de Rennes, n'ont été arrêtés totalement, a-t-il précisé.

Jeudi après-midi, la direction avait elle recensé 61,1% de grévistes au sein de l'équipe travaillant de 13H à 21H00. Mais sur les 650 employés de l'usine, la moitié seulement travaillent en roulement de huit heures. Parmi l'autre moitié qui travaille uniquement de jour, "aucun" gréviste n'était recensé, a-t-elle précisé.

La direction a également noté des "barrages filtrants" mais "aucun blocage" de la raffinerie par les "gilets jaunes".

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) entre les organisations syndicales et l'Ufip avaient débuté dans la matinée à Paris. Les syndicats réclament entre 2% et 2,5% de hausse de la grille des salaires.

Selon FO et la CGT, l'Ufip a proposé "un relèvement des salaires minimum conventionnels de 1,5%", ce qui est "bien moins que l'inflation", et "aucune organisation syndicale ne s'est déclarée signataire de cette provocation".

burs-er/cel/swi

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…