En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Plus de 60% des cabines de bronzage non-conformes aux normes

| AFP | 255 | Aucun vote sur cette news
Vue de l'intérieur d'une cabine de bronzage. La sécurité des appareils et leurs conditions d'utilisation constituent l'essentiel des reproches
Vue de l'intérieur d'une cabine de bronzage. La sécurité des appareils et leurs conditions d'utilisation constituent l'essentiel des reproches ( THOMAS COEX / ARCHIVES/AFP/Archives )

Plus de 60% des cabines de bronzage ne sont pas conformes aux normes en vigueur en France, selon une étude publiée lundi par la DGCCRF, qui pointe "une méconnaissance et un non-respect des dispositions anciennes comme de certaines dispositions récentes".

Sur 982 établissements visités en 2016, essentiellement des instituts de beauté et des centres de bronzage, "le taux d'entreprises présentant une non-conformité reste très élevé, à 63%", s'alarme la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes dans un communiqué.

"Ces non-conformités concernent les nouvelles mesures relatives aux pratiques commerciales introduites en 2016 mais également certaines mesures datant pourtant de 2013", précise l'organisme.

Au terme de l'enquête, la répression des fraudes a émis "358 avertissements, 242 injonctions, 31 procès-verbaux administratifs et 25 procès-verbaux pénaux".

L'essentiel des reproches adressés à ces centres esthétiques concernent la sécurité des appareils et leurs conditions d'utilisation.

Ainsi, certains appareils en fonctionnement n'avaient fait l'objet d'aucun contrôle technique depuis 7 ans, alors qu'un "contrôle périodique (doit) être réalisé tous les 2 ans".

Quant aux personnes employées pour faire fonctionner ces appareils à UV, l'enquête a permis de mettre en lumière que certaines n'avaient "aucune formation ni aucun diplôme d'esthétique".

Par ailleurs, ajoute la DGCCRF, l'information du consommateur sur les prix notamment est mal respectée, "avec un taux d'anomalie variant de 30% à 80% selon les régions".

Enfin, depuis janvier 2016, les opérations promotionnelles ou les offres à volonté sont interdites. Cependant, note le communiqué, certains établissements proposent encore des séances à un euro, ce qui est interdit.

Malgré ces points négatifs, la DGCCRF note quelques améliorations - interdiction aux mineurs respectée, mise à disposition de lunettes de protection marquées CE - mais souligne que, compte tenu des manquements constatés à la législation et de la prochaine modification du décret de loi encadrant le secteur, "des vérifications dans ce secteur vont se poursuivre".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…