En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 100.72 PTS
+1.02 %
6 101.50
+1.12 %
SBF 120 PTS
4 798.09
+0.9 %
DAX PTS
13 526.13
+0.72 %
Dow Jones PTS
29 348.10
+0.17 %
9 173.73
+0.53 %
1.109
-0.41 %

Hôpitaux: les CHU ont reçu 170 millions d'euros de laboratoires pharmaceutiques en 2018

| AFP | 321 | Aucun vote sur cette news
Le CHU Pellegrin de Bordeaux, le 31 octobre 2015
Le CHU Pellegrin de Bordeaux, le 31 octobre 2015 ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

Quelque 170 millions d'euros: c'est le montant reçu par les CHU de la part de laboratoires pharmaceutiques en 2018, selon l'enquête d'un collectif de journalistes régionaux qui relance le débat sur les liens controversés entre médecins et laboratoires.

Au total, plus d'1,36 milliard d'euros de dons, rémunérations ou avantages ont été versés en 2018 pour l'ensemble des professionnels de santé français, dans le public comme le privé, recensés dans la base Transparence Santé, une base mise en place dans la foulée du scandale du Mediator, qui rend obligatoire les déclarations de tout don de plus de dix euros, souligne le collectif Data+Local.

Mais l'enquête des journalistes de ce collectif se concentre plus particulièrement sur les 30.000 praticiens répartis dans les 32 CHU du territoire: plus de 92 millions ont été versés aux professionnels de santé exerçant dans ces établissements, auxquels s'ajoutent quelque 78 millions d'euros versés au titre notamment de conventions passées entre les CHU et les laboratoires.

Le journal Sud Ouest indique ainsi que le CHU de Bordeaux, avec près de 4,5 millions d'euros d'avantages et de rémunérations pour ses personnels soignants en 2018, figure dans le trio de tête des "hôpitaux français dont les personnels sont les plus liés à l'industrie de la santé".

En incluant l'ensemble des dons et subventions, "on arrive à 9,1 millions pour ce CHU", précise auprès de l'AFP Frédéric Sallet, journaliste à Sud Ouest, qui indique que les données récupérées sur la base Transparence Santé ont nécessité "un nettoyage". En données brutes, non corrigées d'erreurs éventuelles, la base donne un montant de 200 millions d'euros au total pour les CHU en 2018, souligne-t-il.

De son côté, le quotidien Le Parisien s'est intéressé à l'AP-HP, qui regroupe 39 hôpitaux et a reçu sur cette période 36,5 millions d'euros, dont 26,5 millions d'euros pour les médecins.

"Recherche clinique"

En Ile-de-France, le laboratoire suisse Novartis est le premier donateur avec près de 2 millions versés en 2018, suivi par l'Américain AbbVie ou encore par le français Sanofi "pour des sommes qui dépassent le million d'euros", selon Le Parisien.

Contacté par l'AFP, Sanofi fait valoir que ces sommes correspondent essentiellement à une coopération pour la recherche. "Les relations de travail entre les CHU et les entreprises du médicament sont indispensables pour mettre au point de nouveaux médicaments et les tester dans des essais cliniques", précise l'entreprise dans un courriel.

Même son de cloche pour Novartis qui se défend de faire tout cadeau, "ni grand ni petit", et dit être le premier contributeur en terme d’essais cliniques en France. "Il est impossible pour une entreprise telle que Novartis de développer des médicaments performants et de répondre aux conditions draconiennes de sécurité pour les patients sans nouer des relations de travail étroites avec les professionnels de santé exerçant dans les CHU", affirme le géant suisse dans un courriel à l'AFP.

De son côté, l'AP-HP précise que des progrès importants ont été accomplis ces dernières années pour la prévention des conflits d'intérêt. Son directeur général Martin Hirsch cite ainsi plusieurs mesures dans un courriel à l'AFP, dont la mise en place de partenariats institutionnels avec des laboratoires "évitant des rétributions directes de l’industrie vers des praticiens", "une gestion beaucoup plus active des cumuls d’activité" pour les praticiens, ou encore l'interdiction "des visites individuelles promotionnelles de l’industrie pharmaceutique et des industriels des dispositifs médicaux".

La base de données Transparence Santé avait été créée en 2014 en réaction au scandale du Mediator - un médicament des laboratoires Servier tenu responsable de centaines de morts -, qui avait fait apparaître au grand jour les relations entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé.

En Ile-de-France, le laboratoire suisse Novartis est le premier donateur avec près de 2 millions versés en 2018
En Ile-de-France, le laboratoire suisse Novartis est le premier donateur avec près de 2 millions versés en 2018 ( SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives )

Une trentaine de journalistes du collectif Data+Local ont recoupé les données de cette base, souvent critiquée pour sa complexité, avec celles de deux autres bases, celle de l'Annuaire Santé (qui recense les professionnels de santé enregistrés dans les répertoires nationaux) et celle de Euros for docs, qui simplifie l'accès et le décryptage des données de Transparence Santé.

Quinze titres à travers la France ont participé à cette enquête, dont La Montagne, les Dernières nouvelles d'Alsace, ou encore Ouest France.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2020

Vinci Aéroport, filiale du groupe Vinci, a vu son trafic croître de 5,7% en 2019 dans les 46 aéroports qu'elle gère, à 255 millions de passagers. Les seuils de 50 millions de passagers, des 30…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) a annoncé la conclusion ce vendredi d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette bancaire de la société à…

Publié le 17/01/2020

Vinci Airports annonce aborder avec confiance l'année 2020

Publié le 17/01/2020

Imerys a conclu un accord pour l'acquisition du premier producteur indien de panneaux à base de silicate de calcium pour des projets d'isolation thermique dans des industries telles que le ciment, la…

Publié le 17/01/2020

Marie Brizard Wine & Spirits annonce la conclusion d'un accord tripartite portant sur la cession, par les prêteurs bancaires de MBWS, de la dette...