En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
-
4 872.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
3 888.85
-
DAX PTS
11 205.54
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.13 %

Plainte de Bolloré pour diffamation: Mediapart condamné pour une enquête "à charge"

| AFP | 974 | 4.20 par 5 internautes
Vincent Bolloré le 19 avril 2018 à Paris
Vincent Bolloré le 19 avril 2018 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Fanny Pigeaud, journaliste travaillant pour le site d'information Mediapart, a été condamnée mardi en diffamation pour un article intitulé "Comment le groupe Bolloré a ruiné deux entrepreneurs camerounais", publié en avril 2016.

Le tribunal correctionnel de Nanterre a condamné cette spécialiste de l'Afrique et du Cameroun en particulier à une amende de 1.500 euros avec sursis. Le journaliste Edwy Plenel s'est vu lui infliger une amende de 1.500 euros ferme en tant que directeur de publication.

Le tribunal les a également condamnés solidairement à verser 2.000 euros à chaque partie civile -Vincent Bolloré et deux de ses entreprises, Bolloré SA et SAS Bolloré Africa Logistics- en dédommagement du préjudice d'image subi.

Mediapart devra en outre supprimer de son site les passages de l'article incriminés sous peine d'astreinte. Dix des passages sur les onze visés par la plainte ont été considérés comme diffamatoires.

Mme Pigeaud va "faire appel de cette décision dès demain", a indiqué à l'AFP son avocat Emmanuel Tordjman.

"C’est une bouffée d’oxygène contre les excès", a réagi pour sa part Olivier Baratelli, avocat des parties civiles, interrogé par l'AFP. "Mediapart est rappelé à l'ordre" et "ne doit pas se laisser déborder par ses envies d'outrance", a-t-il estimé.

Dans cet article, la pigiste estimait que les deux associés s'étaient retrouvés ruinés parce que le groupe français n'avait pas respecté une décision de la justice camerounaise prise en 1993, lui intimant de payer des dommages et intérêts à leur société. Leurs marchandises, des plantes médicinales, avaient en effet été stockées par une filiale de Bolloré, la Socopao, et avaient subi une avarie, rendant le produit invendable.

Son article évoquait notamment une "collusion" entre le pouvoir camerounais et le groupe du magnat breton.

A l'audience le 4 décembre, le ministère public avait critiqué le sérieux de son enquête, estimant que l'article était "certes bien fondé, mais plutôt inopportun".

Le tribunal a repris mardi ces arguments à son compte, relevant notamment "le caractère incomplet de l'enquête" qu'il a considérée "à charge" et "non contradictoire".

"En tant que journaliste d'investigation", Mme Pigeaud "se devait d'être irréprochable dans son travail d'enquête", a insisté la présidente, estimant que les deux prévenus s'étaient montrés "de mauvaise foi".

La journaliste de 44 ans s'était défendue à l'audience en disant avoir tenté de joindre en vain le groupe Bolloré et ses conseils pendant près de trois semaines. Edwy Plenel avait pour sa part indiqué "assumer totalement cette publication" qui "évoque une affaire emblématique de ce qui se passe sur ce continent". "Le groupe Bolloré est supra-étatique en Afrique. (..) Rien de ce que dit cet article n'est faux ou biaisé", avait-il asséné.

Le milliardaire breton et son groupe sont coutumiers des procédures à l'encontre de journalistes ou de médias.

Mediapart avait remporté sa précédente passe d'armes avec l'empire Bolloré, aux côtés d'autres médias et d'ONG, en mars 2018: le tribunal correctionnel de Paris les avait relaxés alors qu'ils étaient poursuivis par la Socfin -une holding propriétaire de plantations en Afrique et en Asie et dont le groupe Bolloré est actionnaire- pour avoir fait état d'"accaparements" de terres par cette société.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2019

                                                                         19 janvier 2019   Signature de…

Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…