En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
-
4 813.5
-
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.32 %
1.133
+0.12 %

Pétrole : nouvelle hausse, les 100$ en ligne de mire ?

| Boursier | 350 | 5 par 1 internautes

Les cours du pétrole ont encore grimpé d'environ 1,5% mercredi, à un nouveau plus haut depuis 4 ans, malgré une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis et des rumeurs de hausse de la production de l'Arabie saoudite et de la Russie.

Pétrole : nouvelle hausse, les 100$ en ligne de mire ?
Credits Reuters

Les cours du pétrole ont poursuivi leur ascension mercredi, ignorant la publication ce même jour d'informations de nature à calmer les esprits, à savoir une forte hausse des stocks de brut aux Etats-Unis et des rumeurs de hausse de la production de l'Arabie saoudite et de la Russie...

Malgré cela, les esprits des traders sont restés dominés par les craintes d'une pénurie de brut liée à la chute des exportations iraniennes, à l'approche des sanctions américaines contre l'Iran, qui entreront en vigueur dans un mois, le 4 novembre prochain. Dans cette perspective, les spéculations vont bon train sur un baril de pétrole Brent franchissant les 100$, un niveau inconnu depuis l'été 2014...

Mercredi soir, le contrat à terme de novembre sur le brut léger américain WTI bondissait en séance de 1,50% à 76,33$ le baril, tandis que l'échéance de décembre sur le Brent de Mer du Nord grimpait de 1,64% à 86,20$ le baril. Les deux variétés de pétrole ont retrouvé depuis plusieurs séances leurs plus hauts niveaux depuis 4 ans, en novembre 2014.

Les marchés sont restés insensibles à l'annonce par le Département à l'Energie américain d'une hausse plus forte que prévue des stocks hebdomadaires de brut : ils ont bondi de 8 millions de barils lors de la semaine close au 28 septembre, à 404 millions de barils, alors que le consensus attendait une hausse de seulement 2 mb.

Un accord secret entre Riyad et Moscou pour ouvrir les vannes ?

Un autre facteur baissier pour le pétrole a lui aussi été ignoré. Ainsi, selon des sources citées par l'agence 'Reuters', l'Arabie saoudite et la Russie auraient accepté en septembre, à Alger, d'augmenter leur production pétrolière pour compenser la chute des exportations iraniennes. Les Etats-Unis auraient été informé de cet accord tenu par ailleurs secret, ont précisé ces sources. Donald Trump est monté au créneau plusieurs fois pour exhorter Riyad à augmenter sa production et modérer les cours du pétrole, un sujet crucial pour son électorat à l'approche des élections de mi-mandat aux Etats-Unis le 6 novembre..

Les sanctions visant l'Iran pourraient avoir pour effet de retirer du marché mondial plus de 2 millions de barils par jour (bpj) de brut d'ici la fin de l'année, soit environ 2% de la production mondiale... Les analystes sont cependant divisés sur les effets précis des nouvelles sanctions américaines sur l'Iran, ainsi que sur la capacité des autres pays producteurs à compenser la perte d'une partie de la production de Téhéran.

Total anticipe un environnement de prix volatil

Parmi les derniers commentaires en date, celui du directeur général exploration et production de Total, Arnaud Breuillac. Il a estimé mercredi que les cours du pétrole pourraient se maintenir à un niveau élevé ces prochains mois, mais que le marché resterait surtout marqué par la volatilité.

Lors d'un événement organisé à Paris par Evolen (une entité qui regroupe des sociétés parapétrolières françaises), le responsable de Total a évoqué "un ensemble de facteurs haussiers et baissiers qui laissent à penser peut-être que dans les mois à venir le prix devrait se tenir à un niveau relativement élevé, avec quand même une incertitude sur la deuxième moitié de 2019".

Le 27 septembre dernier, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, avait estimé qu'un pétrole à 100$ ne constituerait pas une bonne nouvelle, car cela pèserait sur la croissance mondiale. "Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne nouvelle" pour l'économie mondiale, avait-il déclaré dans une interview à 'Bloomberg TV'. "Même pour l'industrie pétrolière, parce que vous savez que lorsque le prix est trop élevé, vous ouvrez la porte à vos concurrents et la demande diminuera".

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…