En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 889.0
-0.26 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 604.45
+0.31 %
6 769.00
+0.07 %
1.136
-0.08 %

Pétrole : Donald Trump s'avoue vaincu face aux 'Fake News'

| Boursier | 410 | 2 par 2 internautes

Le Président américain tacle encore les médias

Pétrole : Donald Trump s'avoue vaincu face aux 'Fake News'
Credits Reuters

Les cours du brut, après une tentative de sursaut hier soir, reprennent le chemin de la baisse ce jeudi. Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de janvier) cède ainsi 1,6% à 53,8$, alors que le baril de Brent perd 1,4% à 62,6$.

Donald Trump critique de nouveau, sur le réseau social Twitter, les médias colporteurs (selon lui) de fausses informations. "Vous ne pouvez vraiment pas gagner avec les 'Fake News Media'. Une grande histoire aujourd'hui est que, parce que j'ai poussé si fort et obtenu des prix de l'essence si bas, de plus en plus de gens conduisent et j'ai ainsi causé des embouteillages à travers notre Grande Nation. Désolé tout le monde!", s'est amusé le Président américain.

Trump en avait déjà 'remis une couche' hier, sur Twitter, à propos des prix de l'or noir. "Les prix du pétrole baissent. Super! Comme une Grosse Réduction d'Impôt pour l'Amérique et le Monde. Appréciez! 54$, il était à 82$. Merci à l'Arabie saoudite, mais allons encore plus bas!", avait ainsi lancé le Président américain, entre deux tweets "AMERICA FIRST" et "MAKE AMERICA GREAT AGAIN".

Nouvelle progression des stocks pétroliers américains (DoE)

L'API (American Petroleum Institute) a publié avant-hier un rapport faisant ressortir une baisse inattendue de 1,5 million de barils des stocks commerciaux US de brut. Le rapport de l'Energy Information Administration, dévoilé hier, n'a pas confirmé cette tendance, qui aurait marqué la première baisse des stocks domestiques hebdomadaires américains en dix semaines. L'EIA fait plutôt état d'une augmentation supplémentaire de 4,9 millions de barils des stocks de brut (hors réserve stratégique) sur la semaine close le 16 novembre, après un gain de +10,3 MB sur la semaine antérieure. Les stocks d'essence mesurés par l'EIA ont quant à eux reculé de 1,3 million de barils, alors que les stocks de produits distillés se sont tassés de 0,1 MB.

La chute des cours se poursuit

Les cours du pétrole avaient piqué du nez hier mardi, terminant en baisse de 6,6% après de nouvelles remarques de Donald Trump au sujet de l'Arabie saoudite. La chute des cours s'était accélérée avant-hier après que Donald Trump eut réaffirmé que l'Arabie saoudite était un "grand allié" des Etats-Unis. Malgré l'affaire Khashoggi, les Etats-Unis n'imposeront pas de sanctions contre le prince héritier saoudien, a fait savoir le président américain. "Les Etats-Unis ont l'intention de rester un partenaire fiable pour l'Arabie saoudite, dans l'intérêt de notre pays, d'Israël et de tous nos autres partenaires dans la région", a-t-il indiqué.

L'Arabie saoudite "travaille en collaboration étroite avec nous, et a réagi très rapidement à mes demandes de maintien des prix du pétrole à des niveaux raisonnables", a-t-il ajouté. La semaine dernière, Donald Trump avait déjà exprimé, via Twitter son opposition à toute baisse de la production pétrolière de l'Arabie saoudite et de l'Opep, affirmant que "les prix du pétrole devraient être beaucoup plus bas au vu de l'offre actuelle". Les analystes ont cependant émis des doutes sur la possibilité de voir Riyad soutenir Trump en maintenant sa production, les craintes liées à un excès de production n'ayant cessé ces derniers temps de peser sur les prix du pétrole.

L'Arabie saoudite a d'ailleurs annoncé la semaine dernière son intention de baisser unilatéralement sa production de 500.000 barils par jour à partir de décembre. Le meneur de l'Opep espère convaincre les autres membres du cartel et ses alliés, dont la Russie, de réduire leur offre globale de 1,4 million de barils / jour.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...