En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 207.24 PTS
-4.3 %
4 130.00
-6.03 %
SBF 120 PTS
3 303.23
-4.1 %
DAX PTS
9 544.75
-3.94 %
Dow Jones PTS
20 943.51
-4.44 %
7 486.29
-4.19 %

Pétrole : au plus bas depuis 3 ans, l'Opep ne rassure pas

| Boursier | 295 | 5 par 1 internautes

Les cours du pétrole ont chuté jeudi, retombant au plus bas depuis 3 ans, dans la crainte d'un échec de la réunion de l'Opep+, qui s'est tenue cette semaine à Vienne. la Russie se fait prier pour baisser encore sa production.

Pétrole : au plus bas depuis 3 ans, l'Opep ne rassure pas
Credits Reuters

Les cours du pétrole ont chuté jeudi, retombant au plus bas depuis 3 ans, dans la crainte d'un échec de la réunion de l'Opep+, qui s'est tenue cette semaine à Vienne. Le cours du baril de brut léger américain (WTI) a perdu 1,9% à 45,90$ (contrat à terme d'avril coté sur le Nymex) tandis que le Brent de mer du Nord a cédé 2,23% à 49,99$ (contrat à terme de mai). Le WTI avait plongé de 16% la semaine dernière, et le Brent avait abandonné 13,6% face à la crainte d'une demande atone sur 2020 en raison de la crise du coronavirus.

Jeudi soir, l'Opep a pourtant recommandé à ses membres et ses alliés de prolonger leur accord jusqu'à la fin 2020, et de réduire leur production commune de 1,5 million de barils supplémentaires par jour, pour faire face à la baisse de la demande liée à la crise du Covid-19. Mais la Russie se fait prier pour participer à ce nouvel effort, et pour l'instant, l'Opep n'a pas publié de communiqué confirmant ces engagements, ce qui a inquiété les marchés.

La proposition doit donc encore être approuvée par la Russie et neuf autres Etats alliés au cartel depuis trois ans. L'Opep assumerait les deux tiers de l'effort (1 million de barils), le solde (un demi-million) revenant aux dix autres pays.

Les 1,5 million de barils s'ajouteraient aux 2,1 millions qui ont déjà été retirés du marché depuis le début de l'année. Au total, l'offre mondiale serait ainsi amputée de quelque 3,6 millions de barils.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/04/2020

Le Conseil d'administration de Colas SA s'est réuni exceptionnellement le vendredi 27 mars et le mercredi 1er avril 2020 sous la Présidence d'Olivier...

Publié le 01/04/2020

Le Groupe Orchestra-Prémaman a tenu hier un CSE extraordinaire au cours duquel les représentants du personnel ont été informés de la volonté conjointe...

Publié le 01/04/2020

Proposition d'affectation à un compte de réserves des résultats de l'année 2019 de Crédit Agricole S...

Publié le 01/04/2020

L'atteinte des objectifs 2020 est remise en cause et leur mise à jour est prématurée à ce stade....

Publié le 01/04/2020

Tous les clients de Numerly sont impactés par la crise sanitaire. Certains voient leur activité (Tourisme, Distribution, Restauration, eCommerce...) fortement diminuer ou s'arrêter...