5 386.83 PTS
-0.23 %
5 398.50
-0.02 %
SBF 120 PTS
4 295.28
-0.19 %
DAX PTS
13 123.65
-0.23 %
Dowjones PTS
24 368.73
+0.16 %
6 387.85
+0.68 %
Nikkei PTS
22 938.73
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pétrole : 3ème baisse, suspense avant la réunion de l'Opep...

| Boursier | 145 | Aucun vote sur cette news

L'accord sur la production entre l'Opep et ses alliés devrait être prolongé, jeudi, lors d'une réunion à Vienne, mais l'absence de détails sur la durée et l'ampleur des coupes fait baisser les cours de l'or noir.

Pétrole : 3ème baisse, suspense avant la réunion de l'Opep...
Credits Reuters

Les cours du pétrole ont chuté mercredi pour la 3ème séance consécutive, après avoir atteint en fin de semaine dernière leur plus haut niveau depuis deux ans pour le baril de brut léger américain WTI.

Sur le Nymex, le cours du baril WTI (contrat à terme de décembre) reculait mercredi soir de 1,9%, à 56,88$, tandis que le Brent de la Mer du Nord cédait 0,9% à 62,76$.

Le recul s'est produit malgré l'annonce d'une réduction plus importante que prévu des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis la semaine dernière, même si les stocks d'essence et de produits distillés ont augmenté plus qu'attendu.

Vers un accord prolongé de 9 mois, mais réexaminé dès juin 2018 ?

La principale cause de la nervosité du marché pétrolier tient aux incertitudes entourant l'issue de la réunion de l'Opep, prévue jeudi à Vienne. Les analystes s'attendent à un accord de prolongation des coupes de production au-delà de leur échéance en mars 2018. Mais le suspense demeure sur la durée de la prolongation et l'ampleur de ces limitations de production...

Selon les dernières informations publiées par l'agence 'Reuters', l'accord pourrait être prolongé jusqu'à la fin 2018, mais il pourrait être réexaminé dès juin, ce qui reviendrait à le prolonger de manière certaine pendant seulement trois mois.

Fin 2016, l'Opep, dont l'Arabie saoudite, et des producteurs extérieurs au cartel, notamment la Russie, avaient décidé de réduire leur production cumulée de 1,8 million de barils par jour (dont 1,2 mbj pour l'Opep) pour tenter de désengorger le marché et faire remonter les cours, déprimés depuis la mi-2014... Leur stratégie a en partie réussi, les cours s'étant redressés, mais les excédents de production tardent à être épongés, et le rééquilibrage semble désormais reporté à la mi-2018, selon les experts.

Les protagonistes se sont réunis mercredi à Vienne pour formuler des recommandations concernant l'avenir de cet accord censé expirer en mars. Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a plaidé mercredi devant le comité en faveur d'un allongement du plafonnement de la production au motif que le rééquilibrage des marchés n'était pas terminé.

De son côté, le ministre koweïtien du Pétrole, Essam al Marzouk, a indiqué qu'une prolongation de 9 mois était "l'une des recommandations."

Moscou s'inquiéterait d'une accélération de la production US

Plusieurs sources proches des discussions, citées par 'Reuters' ont cependant affirmé que la Russie proposait d'inclure une clause de révision de l'accord lors de la prochaine réunion de l'Opep en juin, en cas de surchauffe du marché pétrolier.

La Russie s'inquiéterait du fait qu'une hausse des prix du Brent au-delà des niveaux actuels, autour de 60$, puisse favoriser une accélération de la mise en service de nouveaux puits de pétrole de schiste aux Etats-Unis.

La hausse de la production américaine, qui exporte à nouveau son pétrole brut depuis trois ans, a bousculé le marché mondial et contribue à ralentir le rééquilibrage entre l'offre et la demande mondiale recherché par l'Arabie Saoudite, la Russie et d'autres pays.

Les Etats-Unis devraient dominer le marché mondial en 2025

Dans son rapport annuel publié en novembre, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a estimé que les Etats-Unis vont dominer le marché mondial du pétrole d'ici 2025. Ils représenteront à eux seuls 80% de la croissance de la production mondiale de brut d'ici à 2025, grâce à l'essor de la production de pétrole de schiste, qui s'est montrée remarquablement résistante aux prix bas, fait remarquer le rapport.

Jamais un pays producteur de brut n'avait connu à lui seul une telle montée en puissance depuis l'Arabie saoudite dans les années 1970 et 1980. Les Etats-Unis pourraient même devenir exportateurs nets de pétrole à la fin de la prochaine décennie. Cette révolution "modifiera de façon spectaculaire la nature et la direction des flux de pétrole autour du monde" et "bouleversera l'ordre établi au cours des dix prochaines années", souligne l'AIE.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2017

Une offre en numéraire au prix de 46 euros par action  Paris, 11 décembre 2017  Atos [Euronext Paris : ATO], leader international de la transformation digitale, annonce avoir…

Publié le 11/12/2017

    Communiqué de presse Source : Sanofi (EURONEXT: SAN) (NYSE: SNY) La FDA approuve l'insuline lispro injectable Admelog® de Sanofi…

Publié le 11/12/2017

Suite à l'émission du rapport du commissaire aux apports et à la signature du traité d'apport, Horizontal Softaware apporte des précisions sur les modalités de l'acquisition de Formaeva,…

Publié le 11/12/2017

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 11/12/2017

Le partenariat vise à accélérer le développement du produit Quantib ND en s'appuyant sur Myrian Studio

CONTENUS SPONSORISÉS