Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 797.98 PTS
+0.31 %
5 803.00
+0.47 %
SBF 120 PTS
4 581.50
+0.33 %
DAX PTS
13 976.00
+0.8 %
Dow Jones PTS
31 961.86
+1.35 %
13 302.19
+0.81 %
1.216
-0.01 %

Pesticides: des tumeurs cérébrales d'agriculteurs peu à peu reconnues maladie professionnelle

| AFP | 696 | 5 par 8 internautes
Karine Olivier pose chez elle, Bazouges-La-Pérouse le 22 février 2021, avec la photo de son époux décédé d'un glioblastome à l'âge de 43 ans
Karine Olivier pose chez elle, Bazouges-La-Pérouse le 22 février 2021, avec la photo de son époux décédé d'un glioblastome à l'âge de 43 ans ( Damien MEYER / AFP )

C'est encore exceptionnel. Les tumeurs cérébrales de deux agriculteurs morts ont été reconnues en maladie professionnelle, alors que des données épidémiologiques montrent un lien entre ces pathologies rares et l'utilisation de certains pesticides. Un soulagement pour les veuves des victimes.

"Il était conscient de la dangerosité de ces produits mais il se faisait un devoir de le faire. C'était sa religion: que le travail soit bien fait", raconte Jeanne, 75 ans, mère de cinq enfants, habitant une petite commune entre Loire-Atlantique et Vendée.

Son mari, Constant (prénoms changés), éleveur de vaches laitières, a traité ses cultures aux pesticides dès l'âge de 14 ans. Il est mort à 69 ans d'une tumeur cérébrale.

"On a été dans la misère. Mes enfants ont dû m'aider pour vivre. Pendant la maladie, on a dépensé beaucoup d'argent", se souvient Jeanne.

En février 2020, le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) de Nantes, composé de trois médecins, établit un "lien direct et essentiel" entre la maladie de Constant et son métier d'agriculteur. "De la littérature scientifique récente, il ressort qu'une telle exposition (aux pesticides, ndlr) est associée à un sur-risque de développer un gliome cérébral", souligne le comité dans un avis consulté par l'AFP.

Karine Olivier dans son exploitation à  Bazouges-La-Pérouse, en Bretagne, le 22 février 2021
Karine Olivier dans son exploitation à Bazouges-La-Pérouse, en Bretagne, le 22 février 2021 ( Damien MEYER / AFP )

"J'ai fait ça pour mon mari. C'était important que son honneur soit défendu", explique son épouse. Cette reconnaissance signifie aussi une rente d'un peu plus de 7.000 euros par an pour Jeanne qui n'aura "plus besoin de demander de l'argent à (ses) filles, de faire attention pour (s)'acheter à manger". "C'est énorme, inespéré", lâche-t-elle.

Karine a elle dû saisir le tribunal pour faire reconnaître la maladie de son mari, mort en mars 2020, à 43 ans, d'un glioblastome diagnostiqué un an plus tôt. "La rente, ça va nous permettre de retaper la maison", explique l'éleveuse de vaches laitières, qui reçoit dans la cuisine de sa ferme, où la température dépasse à peine les 13°C.

Le 10 décembre dernier, le TGI de Rennes lui a donné raison sur une question de délai, sans se prononcer sur l'aspect scientifique.

morts en moins d'un an

Jean-Michel, Odette, Michel, Christophe... "On a eu à connaître plusieurs paysans plutôt jeunes qui décédaient en moins d'un an après des tumeurs cérébrales", raconte Michel Besnard, du collectif de soutien aux victimes des pesticides de l'Ouest, qui a défendu les deux dossiers.

L'avocate du collectif, Hermine Baron, parle de six dossiers en cours ou passés. "C'est compliqué car ce sont des pathologies dans lesquelles le pronostic vital est engagé rapidement", dit-elle.

Karine Olivier avec ses vaches laitières à Bazouges-La-Pérouse, le 22 février 2021
Karine Olivier avec ses vaches laitières à Bazouges-La-Pérouse, le 22 février 2021 ( Damien MEYER / AFP )

D'autant plus compliqué que les tumeurs cérébrales ne sont pas des pathologies reconnues dans le tableau des maladies professionnelles agricoles. A l'inverse de la maladie de Parkinson ou des hémopathies malignes provoquées par les pesticides, dont la reconnaissance est en principe facilitée.

La Mutualité sociale agricole (MSA), qui traite les dossiers, a dénombré "12 cas de tumeurs malignes de l’encéphale ayant fait l'objet d’un passage en CRRMP" entre 2014 et 2020, la plupart du temps sans aboutir, selon une porte-parole, qui rappelle qu'un rapport de l’Inserm de 2013 avait relevé "un niveau de preuve limité" quant au lien entre pesticides et tumeurs cérébrales.

"Il est plus difficile de mettre en oeuvre des études sur des maladies rares car la puissance des analyses statistiques (...) est directement liée à la taille des études", explique Isabelle Baldi, épidémiologiste à l'université de Bordeaux.

Mais la cohorte Agrican, qui inclut 180.000 participants affiliés à la MSA, "montre des risques de tumeurs du système nerveux central plus élevés chez les utilisateurs de pesticides sur certaines cultures (pommes de terre, tournesol et betteraves)", souligne-t-elle. "De plus, des liens ont été mis en évidence avec des insecticides, des herbicides et des fongicides du groupe des pesticides carbamates".

L'enquête Agrican pointe ainsi un risque qui peut être multiplié par 3 ou 4 selon les pesticides utilisés et les tumeurs concernées.

"Ces procédures en reconnaissance ont un avenir", veut croire Hermine Baron.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
8 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/02/2021

Il sera proposé de maintenir le dividende à 2 euros par action

Publié le 23/02/2021

A la station des Contamines-Montjoie, des touristes pratiquent le ski de randonnée, le 19 février 2021 ( JEFF PACHOUD / AFP )Au pied du Mont-Blanc, Héléna, Manon et leurs parents, ski de fond…

Publié le 22/02/2021

L'opposant russe Alexeï Navalny dans un box vitré au tribunal de Moscou, le 20 février 2021 ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP )Russie, Birmanie, Venezuela, Hong Kong, Bélarus: l'Union européenne va…

Publié le 19/02/2021

L'équipementier automobile Valeo reste stable sur les 31,60 euros ce vendredi en bourse de Paris, après avoir publié ses résultats 2020 détaillés hier...

Publié le 16/02/2021

Encore peu de réactions en bourse de Paris ce mardi aux dernières annonces de Sanofi...

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/02/2021

CER, filiale du Groupe SAUR, a déposée le 23 février une offre en réponse à cette consultation...

Publié le 24/02/2021

Le résultat net d'Eiffage en 2020 s'élève à 631 ME. Le résultat net consolidé part du Groupe s'établit à 375 ME...

Publié le 24/02/2021

Le groupe Econocom a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 2,559 milliards d'euros, en diminution de -11,3% par rapport à 2019...

Publié le 24/02/2021

Korian confirme ses objectifs 2022, à savoir un chiffre d'affaires de plus de 4,5 MdsE et un Ebitda hors IFRS 16 de 15,5%...

Publié le 24/02/2021

Le Groupe Aures acquiert les sociétés Softavera et LST...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne