En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-
4 816.00
-
SBF 120 PTS
3 868.16
-
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.137
+0.04 %

Perte monstre pour Telecom Italia, Vivendi fustige la gestion d'Elliott

| AFP | 795 | 3.50 par 2 internautes
La perte nette de l'opérateur italien de télécommunications a atteint quelque 1,4 milliard d'euros
La perte nette de l'opérateur italien de télécommunications a atteint quelque 1,4 milliard d'euros ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

Telecom Italia (Tim) a subi au troisième trimestre une perte monstre en raison de dévaluations d'actifs et n'a pas pu confirmer son objectif pour 2018, la faute à la gouvernance dominée par le fonds Elliott, accuse son principal actionnaire Vivendi.

À la Bourse de Milan, les investisseurs ont sanctionné ces annonces et le titre a terminé sur une baisse de 4,83% à 0,516 euro.

Au troisième trimestre, la perte nette de l'opérateur italien de télécommunications s'élève à quelque 1,4 milliard d'euros, contre un bénéfice de 437 millions un an plus tôt. Sur les neuf premiers mois de 2018, elle atteint 868 millions d'euros, contre un bénéfice de 1,03 milliard en 2017.

Les dévaluations réalisées, d'un montant de 2 milliards d'euros, sont dues "à la détérioration du cadre compétitif et de la régulation, et à des taux d'intérêts plus élevés", a expliqué Tim, en précisant qu'elles ne modifiaient "pas les priorités stratégiques du plan triennal".

Telecom Italia est désormais confronté à la concurrence de l'opérateur mobile Iliad
Telecom Italia est désormais confronté à la concurrence de l'opérateur mobile Iliad ( MARCO BERTORELLO / AFP/Archives )

Il n'a néanmoins pas confirmé son objectif pour 2018 d'un ratio dette nette financière rectifiée et Ebitda à environ 2,7.

"Le troisième trimestre a été turbulent pour Telecom Italia, en raison surtout de deux facteurs: la décision du régulateur de passer à une facturation à 30 jours au lieu de 28 et l'entrée (de l'opérateur mobile français) Iliad sur le marché italien qui a contrarié les tendances positives précédentes", a expliqué le directeur général, Amos Genish, lors d'une conférence avec les analystes.

Ses comptes seront aussi plombés dans les prochains mois par les 2,4 milliards d'euros qu'il devra débourser pour les fréquences 5G, bien plus que prévu initialement.

- Gestion "défaillante" -

Parmi les autres données, le chiffre d'affaires trimestriel a reculé de 4,9%, à 4,66 milliards d'euros.

Sa dette nette s'élève à 25,2 milliards d'euros, en baisse de plus d'un milliard d'euros sur un an, s'est félicité M. Genish.

"Malgré un cadre macroéconomique et de marché difficile, les neuf premiers mois de l'exercice montrent une solide évolution de la gestion opérationnelle", a assuré l'opérateur.

Les analystes en général, de Mediobanca à Morgan Stanley, ont exprimé des avis plutôt positifs, soulignant la bonne résistance des activités italiennes et fixant un objectif du titre en Bourse beaucoup plus élevé que l'actuel.

Mais Vivendi, principal actionnaire de Tim avec 24% de son capital, s'est dit "extrêmement préoccupé par la dégradation des résultats et par la chute du cours de Bourse", qui atteint près de 40% depuis la prise de contrôle du conseil d'administration (CA) par le fonds activiste américain Elliott, le 4 mai.

A la sortie de l'assemblée générale des actionnaires de Telecom Italia, le 4 mai 2018 à Rozzano, dans la banlieue de Milan
A la sortie de l'assemblée générale des actionnaires de Telecom Italia, le 4 mai 2018 à Rozzano, dans la banlieue de Milan ( MIGUEL MEDINA / AFP/Archives )

"Les résultats reflètent la défaillance de la nouvelle gouvernance" et une "politique +court-termiste+", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Vivendi.

"Nous sommes très surpris par la décision du conseil d'administration de passer 2 milliards d'euros de provisions pour des dépréciations. C'est une décision soudaine, inhabituelle en cours d'exercice et très déstabilisante", a-t-il ajouté, en précisant que les représentants de Vivendi avaient voté contre.

"On peut s'interroger sur la volonté d'Elliott de faire chuter le cours de Bourse", alors qu'il est protégé par une clause ("collar") avec JP Morgan en cas de baisse, a encore dit le porte-parole.

Vivendi s'est aussi dit "surpris et choqué par la décision du CA de ne pas convoquer une assemblée générale pour renouveler les commissaires aux comptes", ce qui laissera Tim sans commissaires à partir du 1er janvier.

Début septembre, le groupe de Vincent Bolloré avait déjà fustigé "la gestion désastreuse" de Tim par Elliott.

Elliott s'était étonné de ces remarques, soulignant que Vivendi n'avait jamais cru bon de devoir changer le management, alors que M. Genish a été désigné par le précédent CA dans lequel il était majoritaire.

Dans ce climat plutôt délétère, M. Genish a indiqué que le management était "concentré afin de garantir les meilleurs résultats possibles, en évitant les rumeurs qui (l') entourent".

"Nous espérons que tous les membres du CA et tous les actionnaires sont prêts à soutenir Tim pour garantir une amélioration de la gouvernance afin qu"elle atteigne les meilleurs standards", a-t-il ajouté.

En mai, Vivendi avait indiqué qu'il pourrait demander la convocation d'une assemblée générale pour remanier de nouveau le CA de Tim. Une hypothèse qu'il n'a pas exclue vendredi et qui pourrait donc être de nouveau d'actualité.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…