En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 436.00
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 697.36
-

Perpignan: des pêches déversées devant le Consulat d'Espagne

| AFP | 219 | Aucun vote sur cette news
Lors d'une précédente opération, des manifestants avaient déchargé des pêches d'un camion espagnol à proximité de Perpignan, le 17 juillet 2014
Lors d'une précédente opération, des manifestants avaient déchargé des pêches d'un camion espagnol à proximité de Perpignan, le 17 juillet 2014 ( RAYMOND ROIG / AFP/Archives )

Environ deux tonnes de pêches ont été déversées mardi à Perpignan devant le Consulat d'Espagne par des agriculteurs pour protester contre une concurrence jugée déloyale des producteurs espagnols, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les fruits ont été recouverts symboliquement d'un drapeau français. "On a décidé de faire une action sur Perpignan pour distorsion de prix avec l'Espagne", a indiqué Yves Aris, président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA), devant une cinquantaine d'agriculteurs présents et les médias.

Le mouvement était impulsé par la FDSEA, le Centre départemental des Jeunes agriculteurs (CDJA) et le Syndicat des Vignerons des Pyrénées-Orientales, un département frontalier de l'Espagne.

"On fait aujourd'hui devant le Consulat d'Espagne une action symbolique. On aurait pu brûler le drapeau, créer un incident diplomatique. On ne l'a pas fait. (...) Le problème, c'est que les exploitations espagnoles, qui utilisent des Roumains, cassent le marché", a-t-il ajouté.

"En Italie, c'est une véritable mafia qui fait travailler pour presque rien les migrants dans les exploitations. La pomme de terre du Portugal arrive à Saint-Charles (le marché international des fruits et légumes de Perpignan. NDLR) moins cher que le seul prix du conditionnement", a-t-il assuré.

"Pour la pêche, le marché reste tendu. Le prix du kilo tourne autour de 1,50 euro conditionné. Il faudrait qu'on le vende à 1,70 euro pour être un peu à l'aise. Aujourd'hui, les exploitations sont fragiles, les trésoreries faibles. Il faut réexpliquer au consommateur que notre produit a un prix", a-t-il insisté.

"Notre combat aujourd'hui, c'est la rémunération du travail par le prix. Il y a une réunion aujourd'hui (mardi) au ministère avec la filière fruit de la FNSEA. L'objectif, c'est le prix. On a entendu de belles choses, on attend des actes. Aujourd'hui, on est calme. On attend", a-t-il conclu.

Entre 1967 et 2015, la production de fruits a fortement baissé dans ce département, en raison essentiellement de la concurrence espagnole. La production d'abricots est passée de 67.000 à moins de 14.000 tonnes, celle de tomates de 37.000 à moins de 19.000 et la production de pommes s'est effondrée, passant de 16.400 à 2.610 tonnes.

Seul le secteur des pêches, nectarines et brugnons résiste encore et a même légèrement augmenté (+5%), passant de 59.500 à plus de 62.000 tonnes, selon les chiffres du ministère de l'Agriculture.

Bénéficiant d'une météo plus favorable, les fruits espagnols arrivent sur les marchés français et européens avant ceux des Pyrénées-Orientales et à des prix bien moins élevés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...