5 508.15 PTS
+0.26 %
5 512.5
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 394.22
-
DAX PTS
13 183.96
-
Dowjones PTS
26 115.65
+1.25 %
6 810.28
+0.00 %
Nikkei PTS
23 763.37
-0.44 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pénibilité: Pénicaud prévoit une mission sur le risque chimique

| AFP | 198 | Aucun vote sur cette news
La ministre du travail Muriel Pénicaud lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 31 octobre 2017
La ministre du travail Muriel Pénicaud lors des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 31 octobre 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé mardi à l'Assemblée nationale qu'elle confiera une mission à Paul Frima, spécialiste de la santé au travail, sur la "prévention" et les "modalités de prise en charge" des salariés exposés aux risques chimiques.

Paul Frima a présidé de 2010 à janvier 2017 le Conseil scientifique de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail. Il est professeur des universités et praticien hospitalier au CHRU de Lille où il dirige le service médecine du travail et pathologies professionnelles.

L'annonce de sa nomination sera officialisée mercredi, a précisé la ministre lors d'une audition en commission des affaires sociales avant la ratification des ordonnances réformant le code du travail, qui sera au menu de l'Assemblée du 21 au 24 novembre.

La cinquième ordonnance met en place le compte professionnel de prévention, qui réforme le compte pénibilité, mesure phare du quinquennat Hollande.

Ce compte permettait aux salariés du privé occupant un poste pénible de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel sans perte de salaire.

Avec la nouvelle mouture, le principe est inchangé pour six critères mais il change de façon notoire pour les quatre les plus décriés par le patronat (manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques et risques chimiques).

Mme Pénicaud a fait mardi une distinction entre la manutention de charges lourdes, les postures pénibles et les vibrations mécaniques, d'une part, et d'autre part les risques chimiques.

Les trois premiers relèvent de "risques ergonomiques" dont l'impact est vite décelable, selon elle, alors qu'avec les risques chimiques, "la maladie va se déclarer des années plus tard".

"Pour le risque chimique, l'effet est différé (et) difficile à évaluer", a-t-elle insisté.

Une mission sera confiée à un spécialiste de la santé au travail "qui d'ici la fin de l'année écoutera toutes parties, fera un bilan et me fera des propositions sur la prévention et le suivi des modalités de prise en charge, plus particulièrement pour le risque chimique", a-t-elle expliqué.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Implanté sur la commune de Mérignac, le programme Wooden Park de Nexity, constitué de 3 bâtiments de bureaux en bois massif d’une surface totale de 6 019 mètres carrés, a été cédé en vente…

Publié le 18/01/2018

CGG a signé un accord avec la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH), société pétrolière nationale du Cameroun, pour la promotion de données sismiques et de produits d'interprétation non…

Publié le 18/01/2018

Netgem affiche une croissance de 13% de sa marge brute au quatrième trimestre, à 6,8 millions d'euros, et de 6% de son chiffre d'affaires à 16,5 millions. Sur l'ensemble de l'exercice, sa marge…

Publié le 18/01/2018

La Française de l'Energie a obtenu un financement de 3 millions d'euros pour sa filiale Gazonor de la part de la société d'investissement CAP 3RI. Gazonor va ainsi pouvoir accélérer son…

Publié le 18/01/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), affiche sur l'exercice 2017 un chiffre d'affaires consolidé de…

CONTENUS SPONSORISÉS