5 131.86 PTS
+0.87 %
5 132.50
+0.93 %
SBF 120 PTS
4 102.36
+0.83 %
DAX PTS
12 229.34
+1.35 %
Dowjones PTS
21 877.83
+0.80 %
5 870.98
+1.46 %
Nikkei PTS
19 383.84
-0.05 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pékin met au pas les conglomérats atteints de fièvre acheteuse

| AFP | 171 | Aucun vote sur cette news
Le siège du conglomérat chinois Angbang à Pékin, le 4 août 2017
Le siège du conglomérat chinois Angbang à Pékin, le 4 août 2017 ( Greg Baker / AFP )

Pékin mène depuis juin une offensive inattendue contre les "rhinocéros gris" du pays: des conglomérats privés bien connectés politiquement mais dont la frénésie d'acquisitions à l'étranger et l'endettement colossal sont désormais jugés menaçants pour le système financier chinois.

La métaphore animale, empruntée à un essayiste américain, décrit des "dangers visibles de tous" et a fait l'objet fin juillet d'un éditorial cinglant du Quotidien du Peuple, porte-voix du Parti communiste.

En cause: --HNA (aéronautique, tourisme, hôtels), Fosun (tourisme, divertissement), Wanda (immobilier, cinéma, parcs d'attraction) et Anbang (assurance, hôtellerie)-- dotés d'empires internationaux diversifiés.

Il sont connus pour leurs prises de choix: rachat du Club Med (Fosun), parts dans Deutsche Bank et les hôtels Hilton (HNA), le palace new-yorkais Waldorf Astoria (Anbang), acquisition du studio hollywoodien Legendary et de 20% du club de foot Atletico Madrid (Wanda)...

Selon des chiffres de la société Dealogic obtenus par l'AFP, ils ont à eux quatre réalisé pour quelque 83 milliards de dollars de fusions-acquisitions à l'étranger depuis 2013.

Après avoir encouragé longtemps cette fièvre d'investissements, Pékin a changé de ton: comme l'ont dévoilé Wanda et plusieurs médias en juin, les régulateurs chinois enquêtent sur les prêts contractés par ces différents groupes.

"C'était prévisible: il y avait un endettement croissant de ces groupes, on savait que le problème surgirait" même si ces créances restent difficiles à évaluer, indique à l'AFP Christopher Balding, professeur à l'Université de Pékin.

De plus, "un tel volume d'investissements exerçait une pression sur le cours de la devise chinoise", insiste-t-il.

Le gouvernement cherche à préserver le yuan, mis à mal depuis 2015 par de massives fuites de capitaux, abonde Anne Stevenson-Yang, dirigeante du cabinet J Capital Research. Mais Pékin entend aussi "reprendre le contrôle" de groupes devenus trop puissants.

- Connexions politiques -

Fers de lance de l'expansion chinoise à l'étranger, HNA, Fosun, Wanda et Anbang étaient crus intouchables en raison des solides connexions politiques de leurs dirigeants milliardaires.

Ancien militaire, le patron de Wanda, Wang Jianlin, deuxième fortune de Chine, a été délégué au 17è congrès du Parti communiste de 2007. Le président d'Anbang, Wu Xiaohui, aurait épousé une petite-fille de l'ex-dirigeant Deng Xiaoping.

Le siège du groupe Wanda à Pékin, le 12 janvier 2016
Le siège du groupe Wanda à Pékin, le 12 janvier 2016 ( Fred DUFOUR / AFP/Archives )

Mais le vent tourne: les autorités semblent désormais préoccupées par le poids de ces conglomérats, le labyrinthe de leurs filiales enchevêtrées et surtout leur niveau d'endettement --susceptibles de faire trébucher l'économie entière.

Après la crise financière de 2008, ces groupes "sans compétences propres ont utilisé l'argent des plans de relance (gouvernementaux) et leurs connexions pour bâtir leurs empires", relève Mme Stevenson-Yang.

Désormais, "on les accuse de détourner les stocks de devises du pays et d'écorner le prestige de la Chine".

Depuis juillet, les signes concrets d'une mise au pas apparaissent: Wanda a dévoilé la cession de 77 hôtels et de participations dans 13 projets touristiques, pour 7,7 milliards d'euros au total.

Et selon l'agence Bloomberg, Pékin a enjoint à l'assureur Anbang --dont le président a été débarqué en juin-- de vendre ses actifs à l'étranger.

- Chute des investissements -

Dès fin 2016, Pékin avait mis en garde contre les acquisitions "irrationnelles" à l'international, dans le sport, le divertissement et l'immobilier.

Mais tout le secteur privé a bu la tasse, seules pouvant continuer à investir à l'étranger les firmes "soutenant l'économie réelle" ou spécialistes des nouvelles technologies.

"Mais comment définir +l'irrationnel+? Personne ne sait. (...) Les autorités donnent seulement de vagues directives", soupire Ivan Han, analyste du service d'informations financières Morning Whistle.

Le logo de HNA à Pékin, le 18 février 2016
Le logo de HNA à Pékin, le 18 février 2016 ( Greg Baker / AFP/Archives )

En réalité "les opérations doivent désormais être approuvées une par une par le gouvernement, qui a le dernier mot. On est de retour dans une économie planifiée", indique-t-il à l'AFP. De quoi condamner les sociétés "à l'attentisme".

Résultat, les investissements chinois à l'étranger, hors secteur financier, se sont effondrés de 46% au premier semestre, à 48 milliards de dollars, selon le gouvernement.

"Ce retournement est fait pour durer", d'autant que "peu d'entreprises ont démontré leur capacité à bien gérer ces acquistions interationales en créant des synergies", note André Loesekrug-Pietri, fondateur du fonds ACAPITAL.

Dans ce contexte, les groupes étatiques pourraient tirer leur épingle du jeu, estime Christopher Balding. Et ce même s'ils souffrent des mêmes maux: folie des grandeurs et dette colossale, dont "même les régulateurs ignorent l'ampleur véritable".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/08/2017

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 681 286,50 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 22/08/2017

  BURELLE SA Société anonyme au capital de 27 799 725  euros Siège social : 19, boulevard  Jules Carteret - 69007 LYON R.C.S. : Lyon 785 386 319   Direction…

Publié le 22/08/2017

  Information mensuelle relative au nombre total des droits de vote et d'actions composant le capital social   (Article 223-16 du Règlement Général de l'Autorité…

Publié le 22/08/2017

Adomos confirme des résultats en forte progression

Publié le 22/08/2017

Custom Solutions annonce une nouvelle étape significative dans sa transformation digitale avec la signature d'un accord pour se porter acquéreur de...

CONTENUS SPONSORISÉS