En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.00 PTS
+0.07 %
5 407.00
-0.04 %
SBF 120 PTS
4 330.58
-0.07 %
DAX PTS
12 572.61
+0.09 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
+0.00 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Pêche électrique: la France souhaite maintenir la limitation

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
Pêche électrique, le 4 septembre 2015, dans la rivière Nive, près de Itxassou (Pyrénées-Atlantiques)
Pêche électrique, le 4 septembre 2015, dans la rivière Nive, près de Itxassou (Pyrénées-Atlantiques) ( IROZ GAIZKA / AFP/Archives )

La France compte demander le maintien de la limitation actuelle de la pêche électrique, a indiqué mercredi à l'Assemblée nationale le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, à moins de trois semaines d'un réexamen de la règlementation par l'Union européenne.

"La France demandera et a déjà demandé le maintien de la règlementation actuelle encadrant la pêche électrique (...) c'est cette position que nous maintiendrons bien évidemment et je reste à l'écoute des pêcheurs français", a déclaré M. Travert, interrogé par le député du Nord Paul Christophe (Les Constructifs).

La pêche électrique consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons benthiques, c'est-à-dire vivant au fond des mers. Selon M. Christophe, les poissons "sont attirés puis paralysés par le champ magnétique, avant de remonter à la surface".

Selon le député, l'Union européenne devra se prononcer le 27 novembre sur la généralisation de la pêche électrique, actuellement autorisée uniquement sur une base expérimentale dans une partie de la mer du Nord.

Mais une centaine de navires des Pays-Bas, "qui ont multiplié les dérogations", sont équipés, selon le député.

M. Christophe pointe les "nombreuses destructions" causées à la faune marine et les "impacts négatifs sur les oeufs et larves des poissons", estimant qu'on est "loin du caractère dérogatoire qui devait prévaloir".

"Nous laissons les navires hollandais détruire et piller sans états d'âme nos fonds marins", a déploré M. Christophe, pour qui il est "urgent d'agir pour préserver les ressources dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française".

"Aujourd'hui, l'impact du chalut électrique n'est pas suffisamment documenté pour permettre de justifier un assouplissement du cadre réglementaire", a expliqué Stéphane Travert.

L'ONG Bloom, spécialisée dans la défense des océans et de la pêche durable, a déposé plainte début octobre contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne, les accusant d'avoir illégalement autorisé des navires à pratiquer la pêche électrique, critiquée "pour son hyper efficacité et ses impacts très violents sur la ressource".

La pêche électrique est interdite en Europe depuis 1998 par un règlement en faveur de la conservation des ressources de pêche mais bénéfice de dérogations depuis 2007, à titre expérimental.

La réglementation permet à chaque État membre de l'Union européenne d'équiper en électrodes jusqu'à 5% de sa flotte de chalutiers à perche.

La France avait indiqué en février qu'elle souhaitait le maintien de l'interdiction de la pêche électrique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

      Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement…

Publié le 17/07/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale, a reçu le prix Forbes...

Publié le 17/07/2018

Richemont a annoncé qu'il soutenait la candidature de Sophie Guieysse au conseil d'administration. Les actionnaires voteront à l'assemblée générale du 10 septembre. Sophie Guieysse dirige…

Publié le 17/07/2018

Le marché automobile européen a repris du poil de la bête en juin avec des immatriculations de véhicules neufs en hausse de 5,2% à environ 1,6 million...

Publié le 17/07/2018

Delta Drone flambe en début de séance ce mardi...