5 274.49 PTS
+0.35 %
5 264.5
+0.23 %
SBF 120 PTS
4 223.29
+0.23 %
DAX PTS
12 421.83
+0.29 %
Dowjones PTS
25 007.38
-0.84 %
6 779.11
+0.12 %
Nikkei PTS
21 925.10
-1.01 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre français Edouard Philippe (D) et son homologue marocain Saadeddine al-Othmani applaudissent durant un forum économique franco-marocain le 16 novembre dans la ville de Skhirat, au Maroc.
Le Premier ministre français Edouard Philippe (D) et son homologue marocain Saadeddine al-Othmani applaudissent durant un forum économique franco-marocain le 16 novembre dans la ville de Skhirat, au Maroc. ( Fadel SENNA / AFP )

Le premier ministre français Édouard Philippe et son homologue marocain, Saadeddine El Othmani, ont appelé jeudi à développer les échanges pour faire du Maroc une "plate-forme" de développement vers l'Afrique, "terre d'opportunité", "continent d'avenir".

"Je crois à la capacité des entreprises françaises à se développer à partir de la plate-forme marocaine", a affirmé le Premier ministre français en ouverture d'un forum économique franco-marocain à Skhirat, ville balnéaire au sud de Rabat. Rappelant la croissance économique et démographique du continent, il a souligné que l'Afrique était "une terre d'opportunité".

Son homologue marocain a pour sa part rappelé que le royaume entendait devenir "le pôle d'excellence du continent africain" en appelant à "davantage de coopération pour investir en Afrique" et développer "ce continent d'avenir", "dans une logique de gagnant-gagnant".

Le roi Mohammed VI a développé ces dernières années une politique africaine très active, marquée en début d'année par le retour du royaume au sein de l'Union africaine (UA) après plus de trente ans d'absence.

Soutenu par la France dans ses ambitions, le royaume se prépare à intégrer la communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), une adhésion qui doit être actée d'ici la fin de l'année.

Pour les deux pays, il s'agit de joindre leurs efforts face à des concurrents internationaux puissants, et notamment la Chine, qui a fait une spectaculaire percée sur le continent africain en s'appuyant sur sa capacité d'investissement et sur un soutien bancaire colossal, comme l'ont souligné plusieurs participants du forum.

Interrogé par l'AFP, le président du comité Afrique Medef, Gérard Wolf, qui emmenait une délégation d'une quarantaine de chefs d'entreprise français, voit ainsi le Maroc comme un "hub", "une plate-forme dotée d'infrastructures pour conquérir l'Afrique Subsaharienne".

La compagnie nationale aérienne Royal air Maroc s'emploie depuis plusieurs mois à développer son réseau aérien, notamment vers l'Afrique de l'Est, depuis son hub de Casablanca.

La France est le premier partenaire économique du Maroc et fut longtemps son premier partenaire commercial avant d'être supplantée par l'Espagne.

Face à ces "parts de marché qui s'érodent", Edouard Philippe a exhorté à s'ouvrir à "de nouveaux acteurs" et appelé les sous-traitants industriels déjà présents, PME et start-up, "encore très insuffisamment sur le marché marocain", à s'implanter et "essaimer".

Aujourd'hui, 800 filiales d'entreprises françaises, dont 33 du CAC40, sont implantées au Maroc et les investissements étrangers sont pour un tiers hexagonaux.

Édouard Philippe, arrivé mercredi soir au Maroc pour une visite officielle de 24 heures, doit poursuivre ses rencontres, jeudi, notamment autour de la jeunesse et de l'éducation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Elis aligne une sixième séance consécutive de progression à Paris avec un titre qui gagne 0,4% à 21,8 euros à moins d'une heure de la clôture...

Publié le 20/02/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/02/2018

D'autres positions vendeuses sont signalées...

Publié le 20/02/2018

Airbus a livré son tout premier appareil gros porteur A350-1000 au client de lancement Qatar Airways. Cet appareil est le premier des 37 appareils de ce type commandés par la compagnie aérienne, ce…

CONTENUS SPONSORISÉS