En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
-
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.05 %

L'UE réduit de moitié sa liste noire de paradis fiscaux

| AFP | 701 | Aucun vote sur cette news
Les 28 ministres des Finances de l'Union Européenne ont retiré huit pays de leur liste noire des paradis fiscaux, dont le Panama, lors d'une réunion mardi à Bruxelles, a indiqué une source européenne à l'AFP.
Les 28 ministres des Finances de l'Union Européenne ont retiré huit pays de leur liste noire des paradis fiscaux, dont le Panama, lors d'une réunion mardi à Bruxelles, a indiqué une source européenne à l'AFP. ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

L'Union Européenne a réduit de moitié mardi sa liste noire des paradis fiscaux, moins de deux mois après l'avoir établie, une décision critiquée par les ONG qui ont réclamé davantage de transparence.

Sur les 17 pays initialement "blacklistés", huit pays (le Panama, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade) ont été "retirés après s'être engagés à remédier aux inquiétudes de l'UE", ont décidé les 28 ministres des Finances de l'Union, lors d'une réunion à Bruxelles.

Cette cure drastique d'amaigrissement, dans les tuyaux depuis plus d'une semaine, a provoqué l'indignation des eurodéputés verts et des ONG. "L'UE se dépêche de retirer des pays de sa liste noire sans dire clairement ce qu'ils ont promis d'améliorer, cela sape le processus", a fustigé Aurore Chardonnet, une experte de l'ONG Oxfam.

D'autant plus que les 28 ministres des Finances de l'UE n'ont pas voulu rendre publics les engagements donnés par les pays auparavant sur la liste.

"Nous ne pouvons pas publier automatiquement les lettres (dans lesquelles les pays ont promis de corriger leur législation fiscale, ndlr). Ce que nous proposons, c'est d'entrer en contact avec ces territoires pour voir s'ils veulent publier leurs engagements", a déclaré le ministre bulgare des Finances, Vladislav Goranov, dont le pays assure la présidence tournante de l'Union pour six mois.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, avait pourtant appelé jeudi dernier à une telle transparence. "Il n'est pas possible de travailler en secret sur ces questions", a-t-il répété mardi.

Le ministre bulgare des Finances Vladislav Goranov (g) et son homologue portugais et président de l'Eurogroupe Mario Centeno à Bruxelles, le 23 janvier 2018
Le ministre bulgare des Finances Vladislav Goranov (g) et son homologue portugais et président de l'Eurogroupe Mario Centeno à Bruxelles, le 23 janvier 2018 ( JOHN THYS / AFP )

Cette demande avait été accueillie favorablement par le ministre français des Finances, Bruno Le Maire et son homologue espagnol, Luis de Guindos. "Je ne suis pas hostile à ce qu'il y ait de la transparence sur les engagements pris, sur la vérification de ces engagements", a dit mardi M. Le Maire.

Désormais, la liste noire de l'UE, adoptée le 5 décembre 2017, --une première dans son histoire-- ne contient plus que 9 pays: Bahreïn, Guam, les Îles Marshall, la Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie ainsi que Trinidad et Tobago.

- Liste grise -

L'adoption de cette liste avait été décidée dans le sillage d'une série de scandales d'évasion fiscale --"LuxLeaks" fin 2014, "Panama Papers" en avril 2016 et "Paradise Papers" en novembre 2017.

Les huit pays retirés de la liste noire passent sur une liste grise de pays ayant pris des engagements de bonne conduite en matière fiscale qui et feront l'objet d'un suivi.

D'ici la fin de l'année, il sera décidé s'ils retournent sur la liste noire ou s'ils quittent la liste grise. Cette dernière, qui comprenait 47 pays, en compte désormais 55, avec les huit nouveaux venus.

Pierre Moscovici a appelé à "rester vigilants pour que les 55 juridictions de la +liste grise+ passent de la parole aux actes".

De leur côté, le Panama et la Tunisie se sont félicités d'être sortis de la liste noire. "Notre engagement est d'assurer les plus hauts standards en terme de transparence financière", a promis Juan Carlos Varela, président du Panama.

Paradis fiscaux : l'UE retire huit pays de sa liste noire
Paradis fiscaux : l'UE retire huit pays de sa liste noire ( Jochen GEBAUER / AFP )

"Grâce à un travail important de dialogue (...) et une forte mobilisation du gouvernement, on est arrivé à dépasser ce quiproquo, cet accident de parcours dans notre relation (avec l'UE) et c'est une très bonne chose", a affirmé le secrétaire d'Etat tunisien au commerce extérieur Hichem Ben Ahmed.

L'eurodéputée verte Eva Joly et Oxfam ont regretté que certains pays européens ne puissent figurer sur la liste noire, affirmant que "l'Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas ou Malte ne remplissent même pas les critères de l'UE".

La semaine passée, M. Moscovici, les avait qualifiés de "trous noirs fiscaux" sans pour autant plaider pour qu'ils figurent sur la liste noire.

La Commission européenne compte par ailleurs "continuer à examiner les contremesures et sanctions les plus pertinentes au niveau communautaire" pour les pays "blacklistés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…