5 281.58 PTS
-
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
-
DAX PTS
12 451.96
-
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 963.58
+1.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Panneaux publicitaires à Paris: le Conseil d'Etat valide l'annulation d'un contrat avec JCDecaux

| AFP | 160 | Aucun vote sur cette news
Un homme pose devant le Conseil d'Etat à Paris, le 7 décembre 2017
Un homme pose devant le Conseil d'Etat à Paris, le 7 décembre 2017 ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

Le Conseil d'Etat a validé lundi l'annulation par le tribunal administratif d'un contrat provisoire avec JCDecaux, via sa filiale Somupi, sur les panneaux publicitaires de la Ville de Paris, qui devront donc être rapidement démontés.

Somupi, filiale de JCDecaux (66%) et Publicis Groupe (34%), a "regretté cette décision" dans un communiqué, pointant le fait que la Ville, en attendant une nouvelle attribution du marché, "va être privée d’un canal incontournable d’information des citoyens" et d'une "redevance de plusieurs dizaines de millions d’euros sur 20 mois".

Le Conseil d'Etat a reconnu qu'"une personne publique peut, lorsque l'exige un motif d'intérêt général tenant à la continuité du service public s'exonérer à titre provisoire (...) des règles de publicité et de mise en concurrence pour la conclusion d'une concession de service".

Mais, ajoute-t-il, "compte tenu de la grande diversité des moyens de communication, par voie électronique ou sous forme d'affichage ou de magazines, dont dispose la ville de Paris, ceux-ci sont suffisants pour assurer la continuité du service public de l'information municipale en cas d'interruption du service d'exploitation du mobilier urbain d'information".

Début décembre, le juge des référés du tribunal administratif de Paris avait annulé la procédure de passation de ce contrat en considérant que "la Ville de Paris ne pouvait déroger à ses obligations de publicité et de mise en concurrence en invoquant des motifs d’urgence, des considérations d’intérêt général ou des raisons techniques".

Le 22 novembre, le Conseil de Paris avait approuvé ce contrat transitoire après l'annulation par le Conseil d'État le 18 septembre de la réattribution au groupe JCDecaux, via sa filiale Somupi, du marché des panneaux d'affichage de Paris jusqu'en 2022.

Le marché qui prévoyait une partie de panneaux avec écrans numériques, avait été annulé pour non-respect des règlements locaux en matière de publicité numérique.

Comme le précédent contrat devait s'interrompre au 31 décembre, l'exécutif parisien avait jugé nécessaire de faire voter un contrat "transitoire" pour une durée prévue entre le 17 décembre 2017 et le 13 août 2019, en invoquant des raisons de "continuité du service d'information municipale".

Dans un communiqué, la Ville de Paris a indiqué, sans plus de commentaires, qu'une procédure de mise en concurrence était en cours qui "permettra la reprise de l’affichage municipal sur les Mobiliers Urbains d’Information au plus tard à l’été 2019".

Les 1.630 panneaux publicitaires devront donc être démontés sous quinzaine, a précisé la Ville.

L'UDI-MoDem a dénoncé un "amateurisme juridique qui coûte cher" en chiffrant l'"ardoise" à 78,3 millions d'euros -- en comptant des chiffres d'affaires potentiels de publicité --, un "manque à gagner abyssal dans un contexte financier où l’endettement de la Ville ne cesse de croître".

Les Républicains ont critiqué "l'étonnante désinvolture de la maire de Paris dans un domaine, celui des marchés publics, où s'impose la plus extrême rigueur", soulignant un manque à gagner de 40 millions "soit l’équivalent de 1.000 places en crèches".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS