5 409.48 PTS
+0.42 %
5 405.5
+0.35 %
SBF 120 PTS
4 307.82
+0.29 %
DAX PTS
13 147.86
+0.18 %
Dowjones PTS
24 386.03
+0.23 %
6 393.89
+0.78 %
Nikkei PTS
22 866.17
-0.32 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Panne à Montparnasse: ce que l'on sait des difficultés

| AFP | 987 | Aucun vote sur cette news
Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 1er août 2017 à Paris
Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 1er août 2017 à Paris ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Origine de la panne, difficulté à la réparer, incohérences dans la communication: ce que l'on sait sur la panne qui perturbe le fonctionnement de la gare Paris-Montparnasse depuis dimanche.

D'où vient la panne?

Le trafic avait été totalement interrompu à Paris-Montparnasse dimanche matin.

L'origine de la panne, identifiée seulement dans la nuit de lundi à mardi, est "un défaut d'isolement" au niveau du poste de commandes de l'aiguillage, situé à Vanves et qui contrôle la signalisation sur 10 km à la sortie de la gare Montparnasse.

L'entreprise ferroviaire avait récemment effectué des travaux sur cet équipement pour le "monter en puissance" dans le cadre du chantier des nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux, a indiqué le PDG de la SNCF Guillaume Pepy, dans un entretien à Ouest France. Un défaut dans ces travaux aurait entraîné la panne.

Pourquoi autant de temps?

La priorité dimanche avait été d'acheminer le maximum de voyageurs jusqu'à leur destination au-delà de 22H00, au détriment des travaux d'investigation qui ne peuvent s'effectuer qu'en mode hors tension du local de commandes de signalisation de Vanves, selon la SNCF.

Une enquête longue et difficile en raison des milliers de composants à vérifier pratiquement un par un pour résoudre ce problème électrique.

La ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé aux deux présidents de la SNCF (Guillaume Pepy pour la SNCF et Patrick Jeantet pour SNCF Réseau) un rapport pour la fin de la semaine sur les raisons du temps qu'il a fallu pour identifier la panne et la réparer et pour lesquelles la situation a été "aussi dégradée à Montparnasse".

Un problème de vétusté?

Mardi, la ministre des Transports a indiqué que le poste où la panne s'est produite était un poste ancien.

Pour l'Etat, la modernisation du réseau, souvent qualifié de vétuste, est indispensable pour éviter qu'à l'avenir ce type de situation ne se reproduise.

Trois milliards d'euros vont d'ailleurs être investis tous les ans pour rénover le réseau.

Mauvaise communication

Dès dimanche, la SNCF a reconnu des difficultés sur l'information parfois contradictoire transmise aux voyageurs, annonçant notamment la reprise du trafic, alors qu'aucun train ne quittait Montparnasse.

Le vice-président de la branche francilienne de la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT), n'a pas hésité à qualifier de "médiocre", voire "nulle" cette information, estimant que les agents SNCF étaient un peu dépassés par la situation.

La CGT cheminots a dénoncé une "communication perturbée", "des informations contradictoires étant dispensées, occasionnant incompréhensions et tensions entre les agents eux-mêmes et avec les usagers".

Quels sont les précédents?

La circulation avait déjà été perturbée au départ et à l'arrivée de Paris-Montparnasse le 17 juillet en raison d'une panne d'alimentation électrique, provoquant des retards pour des centaines de voyageurs.

Le 7 décembre, le trafic des trains à la gare du Nord avait été paralysé pendant trois heures par une rupture de caténaire.

Depuis le 1er novembre, l'AFP a recensé huit incidents ayant entraîné une paralysie partielle du trafic ferroviaire. Dans six cas, ce sont des "pannes électriques" qui étaient en cause.

Les problèmes de maintenance et de sécurité de la SNCF ont été mis en lumière à la suite du déraillement en juillet 2013 du Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge.

Y a-t-il un manque de compétences?

"On a le sentiment qu'il y a une une grande perte de technicité et de savoir-faire du métier ferroviaire", a commenté M. Gobitz, de la FNAUT.

Bruno Poncet du syndicat SUD-rail a mis en cause sur BFMTV le recours à des entreprises privées pour l'entretien du réseau, et parfois à des sous-traitants moins expérimentés que les cheminots.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Le titre baisse. Goldman Sachs n'est plus acheteur...

Publié le 12/12/2017

Le groupe conserve une force de frappe conséquente pour des acquisitions...

Publié le 12/12/2017

Le 8ème Investor Summit organisé hier par Cegedim a été l'occasion pour Gilbert Dupont de faire un point sur la société, ses activités et son plan de...

Publié le 12/12/2017

Le projet d’OPA d’Atos sur Gemalto de 4,3 milliards d'euros est accueilli favorablement par le marché, l’acquéreur potentiel gagnant 5,02% à 130,85 euros et la cible 32,78% à 45 euros. Le…

Publié le 12/12/2017

La transaction ne va pas affaiblir le profil du groupe...

CONTENUS SPONSORISÉS