5 493.99 PTS
-0.36 %
5 517.5
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 394.22
-0.27 %
DAX PTS
13 183.96
-0.47 %
Dowjones PTS
26 083.47
+1.13 %
6 812.85
+1.12 %
Nikkei PTS
23 868.34
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Travail: une commission "hygiène et sécurité" pourrait être maintenue au-delà de 300 salariés

| AFP | 256 | Aucun vote sur cette news
Le syndicaliste de la CGT Fabrice Angéi à Paris le 7 mars 2016
Le syndicaliste de la CGT Fabrice Angéi à Paris le 7 mars 2016 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Dans les entreprises de plus de 300 salariés, une commission "hygiène, sécurité et conditions de travail", de type CHSCT, pourrait être maintenue au sein de la future instance fusionnée de représentation du personnel, a indiqué jeudi Fabrice Angéi (CGT) après une réunion la veille au ministère du Travail.

Dans le cadre des ordonnances sur le travail, le gouvernement compte fusionner délégués du personnel (DP), comité d'entreprise (CE) et comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) au sein d'un "comité social et économique".

Reçu mercredi soir au ministère du Travail, M. Angéi a eu confirmation de "la suppression des CHSCT".

"Mais dans les entreprises de plus de 300 salariés, il y aurait une commission dédiée. En-deçà, de 50 à 300 salariés, il y en aurait une uniquement dans les entreprises classées Seveso (sites industriels à risque, NDLR) ou dans le domaine nucléaire", a-t-il indiqué à l'AFP.

Dans les autres entreprises de 50 à 300 salariés, une telle commission pourrait être créée par accord. Mais "pour obtenir un accord, il faut deux parties. Des accords qui rétabliraient une commission, à défaut d'un CHSCT, vont être difficiles à obtenir auprès des employeurs", a estimé Fabrice Angéi.

Selon lui, le gouvernement a, en revanche, fait marche arrière concernant la modulation du seuil de déclenchement des plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) selon la taille des entreprises, mesure contre laquelle le syndicat était "vent debout". "On a obtenu - à confirmer - qu'on ne touche pas aux seuils", a indiqué M. Angéi.

Le gouvernement lui a par ailleurs confirmé qu'il envisageait d'augmenter les indemnités légales de licenciement à 1/4 de mois de salaire par année d'ancienneté, au lieu de 1/5. Cela correspondrait à une hausse de 25%.

Mais selon le syndicaliste, "les inflexions présentées par le ministère ne changent pas les lignes de fond".

Et la CGT n'a "pas eu d'informations sur le devenir de certaines mesures qui étaient des lignes rouges pour l'ensemble des syndicats : est-ce qu'un employeur, sans accord même minoritaire, pourra déclencher un référendum d'entreprise ? Est-ce qu'un employeur pourra passer par un salarié lambda pour négocier un accord d'entreprise ?"

"Ces lignes rouges, on ne sait pas si elles seront retenues et on le découvrira dans le papier surprise le 31 août", a déclaré Fabrice Angéi, en référence à la date de présentation officielle des ordonnances par le gouvernement.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2018

T101 est destiné pour une immunothérapie intégrant la technologie de TG1050 de Transgene contre l'hépatite B chronique...

Publié le 17/01/2018

Ce produit est en effet susceptible de générer dans certaines circonstances un risque d'inflammation...

Publié le 17/01/2018

Apple a annoncé qu'il paierait 38 Mds$ de taxes de rapatriement, ce qui implique que le groupe va ramener aux Etats-Unis la très grande majorité des 253 Mds$ détenu à l'étranger.

Publié le 17/01/2018

Le carnet de commande 2018 d'Augros au 15 janvier est en croissance de +40%...

Publié le 17/01/2018

Dans le cadre du programme initié en décembre 2016...

CONTENUS SPONSORISÉS