En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 036.91 PTS
+1.09 %
6 031.50
+1.07 %
SBF 120 PTS
4 751.66
+0.95 %
DAX PTS
13 585.66
+1.47 %
Dow Jones PTS
29 160.09
+0. %
9 216.98
+0. %
1.104
-0.16 %

Or : Bridgewater Associates voit le métal briller

| Boursier | 248 | Aucun vote sur cette news

Direction les 2.000$ l'once ?

Or : Bridgewater Associates voit le métal briller
Credits CPoR

Direction les 2.000 dollars pour l'once d'or ? Greg Jensen, co-directeur des investissements chez Bridgewater Associates, estime que cette étape pourrait être plus ou moins rapidement atteinte par le métal précieux, à mesure que les banques centrales adoptent une inflation plus élevée et que les incertitudes politiques augmentent.

Sur le marché Comex, l'once d'or se négociait mercredi soir à 1.556,30$, en hausse de 0,76%. En 2019, la "relique barbare" a gagné 19% et elle progresse de plus de 2% depuis début janvier.

Dans un entretien accordé au 'Financial Times', le spécialiste affirme que la Réserve fédérale américaine, en particulier, laissera l'inflation monter en flèche pendant un certain temps et "qu'aucune des grandes banques centrales du monde développé ne tentera plus de normaliser les taux d'intérêt. C'est un gros problème". En même temps, Bridgewater voit les turbulences politiques se multiplier alors que le ralentissement de la croissance économique américaine exacerbe le fossé entre les riches et les pauvres, tandis que les tensions augmentent avec la Chine et l'Iran.

"Il y a tellement de conflits en ébullition que le fait que l'or fasse partie d'un portefeuille a du sens pour nous... Les gens devraient être préparés à un plus grand nombre de situations potentiellement plus volatiles que celles auxquelles nous sommes habituées".

M.Jensen affirme que même si l'inflation atteint la cible de 2% de la banque centrale, "la Fed ne sera pas préventive". Cette position, ajoute-t-il, "enlève à la table, à court terme, la raison normale pour laquelle les cycles se terminent... Lors de la plupart des récessions qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la Fed, qui s'occupait de l'inflation, a mis fin au cycle". Le spécialiste n'exclut d'ailleurs pas la possibilité que la Fed réduise ses taux à zéro cette année, car elle cherche à éviter une récession ainsi que des pressions désinflationnistes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2020

Renault est le bonnet d'âne de la semaine sur le SBF120 avec un titre qui affiche un repli d'environ 8,5% sur cinq séances...

Publié le 24/01/2020

Dans un marché très bien orienté, Schneider Electric s'adjuge 2,5% à 94,8 euros en cette fin de semaine, sur de nouveaux sommets...

Publié le 24/01/2020

Le numéro un mondial des semi-conducteurs Intel est attendu en hausse dans le sillage de résultats bien meilleurs que prévu et de perspectives attrayante. Au quatrième trimestre, la firme de Santa…

Publié le 24/01/2020

La Commission a conclu que l'opération envisagée ne soulèverait pas de problème de concurrence...

Publié le 24/01/2020

Après une phase délicate...