En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Opel s'impose un remède de cheval pour sortir du rouge

| AFP | 308 | Aucun vote sur cette news
Le patron de PSA Carlos Tavares (G) et le PDG d'Opel Michael Lohscheller lors d'une conférence de presse au QG d'Opel, à  Ruesselsheim (Allemagne), le 9 novembre 2017
Le patron de PSA Carlos Tavares (G) et le PDG d'Opel Michael Lohscheller lors d'une conférence de presse au QG d'Opel, à Ruesselsheim (Allemagne), le 9 novembre 2017 ( Daniel ROLAND / AFP )

Opel, qui a rejoint cet été Peugeot, Citroën et DS dans la galaxie du groupe PSA, va réduire ses effectifs et miser sur de nouveaux modèles, y compris électriques tout en se renforçant à l'international pour sortir enfin du rouge.

Le groupe automobile a perdu des parts de marché, cumulé des milliards d'euros de pertes et supprimé de nombreux emplois ces dernières années, alors qu'il était dans le giron de l'américain General Motors (GM), a rappelé jeudi le patron de PSA, Carlos Tavares, lors d'une conférence de presse.

"Nous avons une véritable opportunité de sauver cette entreprise", a-t-il assuré lors de la présentation du plan stratégique d'Opel au siège de Rüsselsheim (ouest de l'Allemagne), insistant sur le spectaculaire redressement de PSA, au bord du gouffre depuis de son arrivée dans le groupe en 2014.

Après des réductions d'effectifs, une modernisation des usines et une restructuration complète de sa gamme de voitures, le groupe français affiche aujourd'hui des marges confortables, autour de 7% pour 2017, tirées en particulier par le succès de nouveautés de Peugeot, la marque au Lion. Et il recrute de nouveau.

Affirmant vouloir refuser toute "démagogie", M. Tavares a prévenu que des efforts seraient demandés aux salariés. "Seule la performance protège", a-t-il prévenu, évoquant une situation d'urgence.

Avec l'acquisition d'Opel et sa marque soeur anglaise Vauxhall, bouclée fin juillet pour 1,3 milliard d'euros, le groupe est devenu le deuxième constructeur européen derrière l'allemand Volkswagen, avec quelque 17% de part de marché. Mais il a aussi fait un pari risqué, car sa cible a perdu 15 milliards de dollars depuis 16 ans et encore près de 450 millions de dollars lors du premier semestre de 2017.

Opel a annoncé vouloir réduire ses effectifs "sans départs contraints", et sans fermeture de site, pour retrouver la rentabilité d'ici à 2020. La firme emploie 38.000 personnes, dont la moitié en Allemagne.

Le plan d'économies pour Opel/Vauxhall permettra de réduire les coûts "de 700 euros par voiture", a estimé Michael Lohscheller, PDG du groupe depuis juin.

Grâce à des synergies annuelles avec la maison mère française de 1,1 milliard d'euros d'ici à 2020 et 1,7 milliard d'ici à 2026, le seuil minimum de véhicules vendus pour gagner de l'argent sera abaissé à 800.000 véhicules par an, a-t-il indiqué. Opel héritera notamment des plateformes et des motorisations de PSA.

- De l'électrique pour l'éclair -

La filiale allemande vise "une marge opérationnelle courante pour la division automobile de 2% d'ici à 2020, puis de 6% d'ici à 2026", a précisé M. Lohscheller.

La réduction du coût du travail proviendra d'un "aménagement du temps de travail, des programmes de départs volontaires ou dispositifs de retraite anticipée", a déclaré M. Lohscheller, sans plus de détail.

Le groupe "cache une grande partie de son jeu" et "ne dit rien" du nombre de postes à supprimer, a réagi Ferdinand Dudenhöffer, analyste pour l'institut de recherche allemand CAR. "La direction du plan est la bonne, il va aider Opel à survivre comme ce fut le cas pour PSA, mais il va faire mal".

Selon une source proche du groupe, le ratio masse salariale sur chiffre d'affaires est un peu inférieur à 16% chez Opel alors qu'il atteignait 11,4% à fin 2016 chez PSA. La moyenne d'âge élevée des effectifs en Allemagne permet cependant de compter sur de nombreux départs à la retraite ces prochaines années.

Le groupe a en tout cas "l'intention de conserver et moderniser toutes (s)es usines" et a "une ambition de croissance", a précisé M. Lohscheller.

Opel compte se développer sur "plus de 20 nouveaux marchés à l'export d'ici à 2022", dont la Chine et le Brésil, alors qu'il en était jusqu'ici empêchée par GM.

La marque à l'éclair va proposer une "offre électrifiée" sur toutes ses lignes de produits d'ici à 2024. Le respect des normes européennes de CO2 est l'un de ses défis.

M. Lohscheller a enfin annoncé que le centre de recherche et développement de Rüsselsheim, qui emploie 7.700 ingénieurs, allait devenir "un centre de compétence global" pour le groupe PSA, notamment sur la pile à combustible et certaines technologies de conduite automatisée.

Ces éléments ont été salués par le président du comité d'entreprise d'Opel, Wolfgang Schäfer-Klug. "PSA a une stratégie claire en matière de CO2 qui va aider Opel à présenter un plan d'avenir durable", a-t-il déclaré.

Les investisseurs n'étaient pourtant pas enthousiastes: l'action Peugeot perdait plus de 3% jeudi vers 15H00 GMT.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…