En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 424.33 PTS
-0.42 %
5 420.50
-0.50 %
SBF 120 PTS
4 338.00
-0.47 %
DAX PTS
12 723.86
-0.33 %
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

"On marche sur la tête": le calvaire fiscal des "Américains accidentels"

| AFP | 572 | Aucun vote sur cette news
Les membres de l'Association des Américains Accidentels, Gérard Bouscharain (g), Marilyn Wiles Mooij (2e g) et Tom Wallis (d), aux côtés du président de l'AAA Fabien Lehagre (2e d) et leur avocat Me Patrice Spinosi (c), le 7 décembre 201 à Paris
Les membres de l'Association des Américains Accidentels, Gérard Bouscharain (g), Marilyn Wiles Mooij (2e g) et Tom Wallis (d), aux côtés du président de l'AAA Fabien Lehagre (2e d) et leur avocat Me Patrice Spinosi (c), le 7 décembre 201 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP )

Quand Gérard Bouscharain a appris qu'il était Américain, il a d'abord pensé à une blague, puis une erreur. Aujourd'hui, il penche plutôt pour un "cauchemar": comme de nombreux "Américains accidentels", il risque un redressement fiscal, sur fond d'imbroglio bureaucratique.

Problèmes bancaires, tracas administratifs, menaces de poursuites : "c'est une situation ubuesque", soupire ce retraité de 68 ans. "Je suis Français, je vis en France, je vote en France. Je ne vois pas pourquoi je devrais payer des impôts aux Etats-Unis!"

Né à New York de parents francais, M. Bouscharain n'a passé que quelques semaines aux Etats-Unis. "Mon père travaillait aux Nations Unies, mais nous sommes partis quand j'avais trois mois", confie le sexagénaire, assurant n'avoir "jamais pensé une seconde avoir la nationalité américaine".

C'est sa banque, en mars, qui s'est chargée de lui rafraîchir la mémoire. "Je souhaitais renégocier un prêt immobilier. On m'a dit: +ah, vous êtes né aux Etats-Unis, il faut que vous nous donniez votre numéro fiscal américain+".

Tombant des nues, Gérard Bouscharain doit vite se rendre à l'évidence: en vertu du droit du sol américain, il est binational, et se trouve donc dans l'illégalité faute d'avoir déclaré ses revenus outre-Atlantique.

"J'ai engagé des démarches auprès du fisc américain en remplissant le formulaire réclamé par ma banque. Si je voulais mon prêt, je n'avais pas le choix", confie le retraité, aujourd'hui "dans l'attente". "Ma banque peut transmettre des informations aux Etats-Unis, qui peuvent me demander des comptes".

- "Fatca" et Kafka -

Comme lui, ils sont des centaines en France à ferrailler contre l'administration américaine, afin que soit reconnu leur statut d'"Américains accidentels" et s'éviter le paiement d'impôts jugés indus.

En cause: le dispositif fiscal américain consistant à taxer les revenus sur le fondement de la nationalité, quel que soit le lieu de résidence, mais aussi le "Foreign account tax compliance act" (Fatca), adopté par Washington en 2010.

Cette loi, destinée à lutter contre l'évasion fiscale et appliquée en France en vertu d'un accord bilatéral de 2014, autorise Washington à réclamer des informations aux banques sur leurs clients américains. En cas de refus, les établissements concernés s'exposent à des sanctions.

"C'est un mécanisme kafkaïen", s'agace Fabien Lehagre, président de l'Association des Américains accidentels (AAA), créée début 2017 pour défendre les "victimes" de l'extraterritorialité américaine. "Certains parmi nous n'ont jamais mis les pieds aux Etats-Unis et ne parlent pas anglais, mais on leur réclame de l'argent!"

En raison d'une convention bilatérale, les impôts payés en France par les ressortissants américains ne viennent en effet qu'en déduction des taxes dues aux Etats-Unis. Et comme "les Etats-Unis ne prennent pas en compte certains prélèvements français", comme la CSG, "on a des situations très compliquées", insiste M. Lehagre.

- Multiples formulaires -

L'histoire de Marilyn Wiles Mooij, née aux Etats-Unis de parents franco-britanniques et revenue en France un mois plus tard, en est l'illustration. Cette sexagénaire, qui pensait avoir abandonné la nationalité américaine à ses 21 ans, s'est vu réclamer récemment 6.000 euros par l'IRS, le fisc américain, tout en étant non-imposable en France.

"On a menacé de fermer mon compte bancaire, mon assurance-vie a été clôturée. Je ne peux pas vendre ma maison sans que les Etats-Unis soient au courant et me réclament de l'argent... On marche sur la tête!", s'énerve cette retraitée parisienne, qui a choisi de "ne rien payer".

La loi américaine prévoit, en théorie, une procédure accélérée pour renoncer à sa nationalité. Mais la démarche reste compliquée. Obtention préalable d'un numéro de sécurité sociale américain, multiples formulaires. "C'est un parcours du combattant", explique M. Lehagre.

La procédure s'avère en outre très coûteuse. "2.000 euros de frais de dossier, sans compter les éventuels frais d'avocat, qui tournent autour de 15.000 euros. En plus, cela n'évite pas de payer ses arriérés d'impôts, puisqu'il faut se mettre en règle au préalable avec l'IRS", rappelle le trentenaire.

Tom Wallis, 41 ans, en a fait l'amère expérience. Cet entrepreneur né d'un père américain, mais qui a toujours vécu dans l'Hexagone, s'est vu réclamer 100.000 euros après avoir revendu sa société. "Avec mes frères et soeurs, j'avais déjà payé 150.000 euros d'avocat. J'ai décidé d'arrêter là. Mes impôts, je les paye en France".

- fraudeurs et parias -

Pour mettre un terme à cet imbroglio, l'AAA a multiplié les prises de contact, à l'Assemblée, au Quai d'Orsay et à Bercy. En parallèle, l'association a engagé une procédure devant le Conseil d'Etat pour s'opposer à l'application en France du Fatca.

"Aujourd'hui, l'accord n'est pas mis en oeuvre de façon réciproque par les Etats-Unis. Or un accord international ne peut être appliqué en droit interne qu'à condition qu'il le soit de façon réciproque", plaide l'avocat de l'association, Me Patrice Spinosi.

De quoi convaincre les autorités françaises et américaines de prendre le problème à bras-le-corps? Contactée par l'AFP, l'IRS a assuré être "consciente des inquiétudes", tout en se référant au droit fiscal.

Nous "faisons en sorte de permettre à ces contribuables de se mettre en règle avec un minimum de contraintes", a indiqué un porte-parole, en invitant les personnes concernées à régler "rapidement leur contentieux fiscal en consultant un conseiller au fait des lois en vigueur".

Au Quai d'Orsay, on indique avoir "évoqué" ce dossier "à de nombreuses occasions" avec les autorités américaines, et notamment "la possibilité que les personnes concernées" puissent avoir accès à "des dispositifs facilités de renonciation à la citoyenneté américaine".

Une action jugée à ce stade insuffisante par l'AAA. "Pour l'instant, ça n'avance pas beaucoup", regrette Marilyn Wiles Mooij, qui reconnaît une part de "découragement": "pour les Etats-Unis, on est des fraudeurs, et pour la France on est des parias".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

GL Events s'adjuge près de 5% à 23,6 euros en matinée, soutenu par les chiffres de son activité semestrielle...

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 4), Airbus annonce la signature d’un protocole d’accord portant sur la commande de 10 avions A320neo. Le nom du client n’a pas été…

Publié le 19/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/07/2018

Eurekap SAS, administrateur d'Amoéba, a déclaré à l'Autorité des marchés financiers une cession de bloc ...

Publié le 19/07/2018

n appareil qui affiche un prix catalogue de 110,6 millions de dollars.