Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 068.59 PTS
-1.75 %
6 990.50
-2.77 %
SBF 120 PTS
5 475.97
-1.71 %
DAX PTS
15 603.88
-1.94 %
Dow Jones PTS
34 265.37
-1.3 %
14 438.40
-2.75 %
1.134
0. %

Omicron : la HAS recommande un rappel à partir de 3 mois

| Boursier | 509 | 5 par 1 internautes

Face à la cinquième vague de l'épidémie et alors que le variant Omicron, particulièrement contagieux, se répand en France, la HAS, Haute Autorité de...

Omicron : la HAS recommande un rappel à partir de 3 mois
Credits Reuters

Face à la cinquième vague de l'épidémie et alors que le variant Omicron, particulièrement contagieux, se répand en France, la HAS, Haute Autorité de Santé, a évalué le bénéfice de réduire l'espacement entre la primovaccination et la dose de rappel. Elle recommande que le rappel soit réalisé à partir de 3 mois après la primovaccination. De plus, afin de mieux les protéger, la HAS recommande d'administrer un rappel aux adolescents de 12 à 17 ans, les plus à risque.

Dans le contexte de la cinquième vague épidémique en cours en France et dans la perspective d'une épidémie dominée à court terme par le variant Omicron, la HAS est saisie par la direction générale de la santé (DGS) afin d'évaluer la pertinence de différentes mesures dans l'objectif d'accélérer la campagne de rappel et de protéger au mieux les personnes susceptibles de développer une forme sévère de la maladie.

La HAS recommande que l'administration d'une dose de rappel puisse désormais être réalisée à partir de 3 mois après la primovaccination dans la population éligible à ce rappel, en cohérence avec l'avis de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). En effet, la HAS considère que le contexte épidémique actuel préoccupant justifie une accélération de la campagne vaccinale en raccourcissant le délai entre primovaccination et dose de rappel et en augmentant le niveau de protection de la population. Le double objectif étant à nouveau de limiter au maximum le nombre de nouveaux cas d'infection et de formes graves et d'éviter la saturation des établissements de santé.

La France fait face depuis plusieurs semaines à la cinquième vague de l'épidémie liée au variant Delta en même temps qu'elle subit l'expansion très rapide du variant Omicron sur le territoire national. Or ce nouveau variant du virus est beaucoup plus contagieux que le Delta et semble échapper partiellement aux vaccins. Les premières données en vie réelle suggèrent en effet que les vaccins actuellement utilisés en France sont efficaces contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron à 80% à 1-2 mois, mais perdent plus rapidement leur efficacité qu'avec les variants précédents : 34% à 4 mois après une primovaccination avec le vaccin de Pfizer. Ces mêmes données montrent une remontée de l'efficacité vaccinale à 75% deux semaines après une dose de rappel.

La HAS a également examiné les travaux de modélisation mathématique de l'ECDC sur l'administration très rapide - mais pas avant trois mois - d'une dose de rappel à la majorité de la population adulte qui suggèrent que cette stratégie permettrait de réduire de 15% la mortalité associée à la Covid-19 liée au variant Omicron.

Elle a en outre pris en compte les travaux de modélisation conduits par l'Institut Pasteur qui ont étudié les effets de plusieurs scénarios de stratégie vaccinale selon des hypothèses plus ou moins optimistes en matière de sévérité et de transmission du variant Omicron. Dans ces travaux, l'accélération de l'administration des doses de rappel (1,2 million par jour vs 800 000) pourrait réduire la taille du pic d'hospitalisations de 9 à 17%.

"Au-delà du bénéfice pour la santé publique de cette mesure de réduction du délai entre la vaccination initiale et le rappel", la HAS a également analysé les données disponibles pour s'assurer que ce schéma vaccinal raccourci dans le temps "était efficace et sûr à titre individuel". Ainsi, la HAS s'est-elle appuyée sur l'avis de l'ANSM indiquant que "compte tenu de la situation épidémique actuelle, avec une circulation très active des variants Delta et Omicron, une accélération de la campagne de rappel avec un espacement à partir de 3 mois de la dose de rappel après un schéma de primovaccination est envisageable".

En outre, les résultats de deux études d'immunogénicité relatives à l'administration précoce (avant 6 mois) d'une dose de rappel avec les vaccins à ARNm recommandés confirment "une bonne tolérance et une réponse immunitaire anamnestique satisfaisante (c'est-à-dire que le rappel permet de restimuler de façon adéquate le système immunitaire) après une dose de rappel y compris lorsqu'elle est administrée dès 3 mois après la primo-vaccination".

Enfin, considérant l'absence de données comparatives sur les réponses immunitaires obtenues à 3 mois et à 6 mois ainsi que l'absence de données concernant la durée de protection après le rappel (et notamment de données comparatives permettant d'évaluer la durée de protection conférée par un rappel à 3 mois plutôt qu'à 5 mois ou à 6 mois), la HAS souligne l'importance de disposer rapidement de données en vie réelle au niveau international mais également en France (suivi de cohortes notamment), permettant d'évaluer la réponse immunitaire obtenue après une dose de rappel administrée dès 3 mois après la primo-vaccination comparativement à celle obtenue à 5 ou à 6 mois ; ainsi que de données évaluant la durée de la protection conférée par un rappel réalisée à 3, 5 ou 6 mois.

Compte tenu de la situation épidémique liée à la diffusion du variant Omicron, des données qui confirment une baisse de l'efficacité vaccinale, l'ANSM a rendu un avis dans lequel elle considère que l'administration d'une dose de rappel chez les adolescents fragiles peut être envisagée. Sur la base de ces différents éléments, la HAS recommande dès à présent l'administration d'une dose de rappel chez les adolescents de 12 à17 ans souffrant d'immunodéficience (pathologique et induite par les médicaments) ou d'une comorbidité à risque de forme grave, selon les mêmes modalités que les adultes. Elle recommande en outre que, sur la base d'une appréciation du rapport bénéfice/risque individuel, les médecins spécialistes d'organes et de maladies rares puissent également proposer, au cas par cas, l'administration d'une dose de rappel aux adolescents jugés particulièrement vulnérables et pour lesquels les risques liés à la Covid-19 apparaissent majeurs, en particulier dans le contexte du variant Omicron.

La HAS se prononcera ultérieurement sur l'administration de ce rappel à l'ensemble des adolescents de 12 à 17 ans. En effet, l'essai clinique conduit par le laboratoire Pfizer visant à évaluer l'efficacité et la tolérance d'une dose de rappel chez les adolescents est en cours. Par ailleurs, le schéma posologique (pleine dose ou dose pédiatrique) n'est pas encore déterminé.

La HAS réitère ses précédentes recommandations concernant le choix des vaccins à utiliser pour l'administration de la dose de rappel et rappelle que les contre-indications connues et validées pour une vaccination contre la Covid-19 doivent être également respectées pour la dose de rappel.

Par ailleurs, dans un objectif de couverture vaccinale optimale, la HAS insiste sur l'importance de vacciner tous les adultes non vaccinés (primovaccination) et d'accélérer la campagne de rappel pour tous les adultes éligibles, en particulier chez les sujets les plus âgés et les plus à risque de formes graves (sujets atteints de comorbidités préalablement listées par la HAS).

La HAS rappelle enfin que si la vaccination est un pilier de la lutte contre l'épidémie à SARS-CoV-2, la forte adhésion au respect des gestes barrière est également indispensable...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2022

Approbation par l'assemblée générale ordinaire d'Advicenne du projet de transfert de la cotation des titres Advicenne sur le marché Euronext Growth...

Publié le 21/01/2022

L'Assemblée Générale des actionnaires d'AST Groupe qui s'est tenue le 21 janvier 2022 a approuvé le projet de transfert de cotation de ses titres du marché réglementé Euronext Paris…

Publié le 21/01/2022

La Société des Bains de Mer a réalisé vendredi soir son point d’activité du troisième trimestre 2021-2022. Entre octobre et décembre 2021, la société et ses filiales ont enregistré un…

Publié le 21/01/2022

CNP Assurances a finalisé avec succès sa première émission subordonnée Tier 3 de l'année pour un montant de 500 millions d'euros. Il s'agit d'obligations de maturité 7 ans portant intérêt au…

Publié le 21/01/2022

Le Conseil d'Administration a décidé de mettre en oeuvre ce transfert

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne