5 391.64 PTS
+0.21 %
5 383.50
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 318.18
+0.23 %
DAX PTS
12 567.42
-0.19 %
Dowjones PTS
24 622.99
-0.51 %
6 767.12
-0.97 %
Nikkei PTS
22 191.18
+0.15 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Objets connectés: l'UFC assigne en justice la Fnac et Amazon pour manque d'informations

| AFP | 193 | Aucun vote sur cette news
L'association a assigné devant le tribunal de grande instance de Paris la Fnac et Amazon pour
L'association a assigné devant le tribunal de grande instance de Paris la Fnac et Amazon pour "pratiques commerciales trompeuses" et "en cessation d'agissements illicites" ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

L'UFC-Que Choisir a assigné en justice à Paris la Fnac et Amazon, à qui l'association de défense des consommateurs reproche une information lacunaire sur les caractéristiques des objets connectés, a annoncé mardi l'association.

"Après avoir observé que les fiches produits souffraient, tant d'une information lacunaire sur les caractéristiques essentielles des objets connectés que d'une présentation des garanties légales inintelligible", l'association a mis en demeure dix sites de commerce en ligne en juillet, explique l'UFC-Que Choisir dans un communiqué.

"Face à l'absence de réactions de ces sites ou d'avancées significatives", l'association a assigné devant le tribunal de grande instance de Paris la Fnac et Amazon pour "pratiques commerciales trompeuses" et "en cessation d'agissements illicites".

"Alors qu'un objet connecté ne se réduit pas à un simple objet physique mais dispose d’un écosystème technologique complexe, le protocole de communication utilisé, l'identité du constructeur et la capacité d'interopérabilité de l’objet, sont autant d’informations que Fnac Direct et Amazon Sarl se doivent de communiquer aux consommateurs avant l’acte d'achat", souligne le communiqué.

Mettant en avant "la nature des données", leur "nombre incommensurable", leur "diversité" ainsi que leur "caractère sensible", l'UFC souligne que les informations relatives aux données personnelles nécessitent "une communication au consommateur avant la conclusion du contrat, en tant que caractéristiques essentielles d'un tel produit".

L'association s'appuie sur une jurisprudence - dans une procédure opposant l'UFC à Darty - selon laquelle les distributeurs ont une "obligation d'information sur les caractéristiques" des objets qu'ils vendent, a précisé à l'AFP Justine Masserat, juriste à l'UFC-Que Choisir.

L'association dénonce également une "mise en avant des garanties payantes au détriment des garanties légales gratuites".

A l'issue de cette procédure, l'association envisage d'en engager d'autres sur le même fondement, selon Mme Masserat.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2018

Cerenis Therapeuticsfait le point sur ses états financiers...

Publié le 19/04/2018

Ces développements ont été réalisés dans un contexte de saine gestion des ressources financières...

Publié le 19/04/2018

Orapi reste concentré sur sa feuille de route 2018-2022...

Publié le 19/04/2018

Retour d'assemblée générale...

Publié le 19/04/2018

Sword Group - Cession d'une filiale située à Bâle-Suisse Sword Group M & A 3 acquisitions et 1 cession Sword Group Agenda Assemblée Générale : 27 avril 2018 Dividendes…