En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-
5 387.50
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-
DAX PTS
12 561.42
-
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-
1.173
+0.12 %

"Obamacare" encore sauvée par les dissensions républicaines

| AFP | 286 | Aucun vote sur cette news
Le sénateur républicain Lindsey Graham à Washington, le 13 septembre 2017
Le sénateur républicain Lindsey Graham à Washington, le 13 septembre 2017 ( JIM WATSON / AFP )

Huit mois après avoir pris le contrôle de tous les pouvoirs à Washington, les républicains ont renoncé mardi à abroger la loi sur la couverture maladie de Barack Obama, faute de consensus sur ce qui doit remplacer le texte démocrate.

Le président Donald Trump avait repris à son compte cet engagement de campagne républicain, répété à chaque élection depuis 2010. Il a incité ses partenaires de la majorité, au printemps, cet été et encore cet automne, à surmonter leurs différends et à adopter une réforme, quelle qu'elle soit, afin de pouvoir annoncer à son électorat: promesse tenue.

Las, les républicains modérés ont refusé de soutenir un détricotage qui aurait pu faire perdre à des millions d'Américains leur assurance santé, effaçant les avancées des dernières années. Et les plus conservateurs ont rejeté les diverses moutures du plan républicain car elles n'abrogeaient pas entièrement Obamacare. Une insoluble quadrature du cercle.

Après quelques semaines de négociations en coulisses pour raviver la tentative, la majorité a officiellement jeté l'éponge mardi, à quelques jours de la date-butoir du 30 septembre, fin de l'année budgétaire.

"Nous avons décidé, puisque nous n'avons pas les voix, de reporter le vote", a déclaré l'un des deux parrains de la réforme, le sénateur Bill Cassidy. "Nous y arriverons un jour", a ajouté l'autre, son collègue Lindsey Graham.

En juillet, ils étaient allés jusqu'au vote sur une autre version, qui avait échoué à cause des défections de trois des 52 sénateurs de la majorité (sur 100 sièges au total). A chaque fois, John McCain était parmi les rebelles, provoquant la fureur de Donald Trump.

"Nous sommes très déçus de certains soi-disant républicains", a déclaré le dirigeant.

Les promoteurs de l'abrogation ont affirmé qu'ils reviendraient à la charge l'an prochain. Mais à moyen terme, cette page est tournée.

Le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, a annoncé que la priorité était désormais la réforme de la fiscalité, promise avant la fin de l'année et qui a pris du retard. Son cadre doit être dévoilé mercredi.

- Faute partagée -

L'échec est autant celui du parti républicain que celui de Donald Trump. Le premier avait fait de l'abrogation un cri de ralliement pendant sept ans, mais s'est révélé incapable de formuler un système alternatif à Obamacare, susceptible de faire baisser les coûts des soins sans exclure personne du système d'assurance santé.

Quant au milliardaire, il vient de démontrer que son influence sur le Congrès est limitée.

Le chef de l'exécutif a eu beau tantôt amadouer, tantôt menacer les sénateurs républicains, ceux-ci n'ont pas hésité à lui dire non, craignant bien plus la réaction des habitants de leurs Etats que la fureur d'un président finalement peu intéressé par les subtilités du système de santé.

Les trois rebelles républicains se sont opposés pour des raisons diverses. John McCain jugeait la proposition de loi bâclée; le conservateur Rand Paul la trouvait trop timide; et la sénatrice modérée du Maine, Susan Collins, l'estimait cruelle pour les plus pauvres, qui auraient vu leur accès aux soins réduit. D'autres semblaient prêts à se joindre à eux.

"Les Américains ont remporté une grande victoire", a claironné le sénateur et ex-candidat à la Maison Blanche Bernie Sanders, apparenté au groupe démocrate.

"Mais nous savons bien que le statu quo ne suffira pas. Il est temps de rejoindre le reste du monde industrialisé et de garantir à tous les Américains l'accès aux soins, grâce à un programme Medicare pour tous", a-t-il déclaré. Medicare est l'assurance santé publique pour les plus de 65 ans, que l'élu socialiste veut étendre à toute la population.

L'opposition démocrate est loin d'être unie derrière l'idée d'une couverture maladie à la Française. Les démocrates ont proposé à la place de collaborer avec les républicains pour "réparer" Obamacare, qui a conduit à une hausse du prix des assurances pour une petite partie de la population.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…