Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 829.62 PTS
+0.55 %
5 815.50
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 599.54
+0.39 %
DAX PTS
13 959.00
-0.12 %
Dow Jones PTS
31 961.86
+1.35 %
13 302.19
+0. %
1.223
+0.54 %

Nucléaire: Iran et AIEA trouvent un accord "temporaire" pour maintenir une surveillance

| AFP | 321 | 4.25 par 4 internautes
Photo, fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, du directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi (c), lors d'une réunion à Téhéran, le 21 février 2021
Photo, fournie par l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, du directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique Rafael Grossi (c), lors d'une réunion à Téhéran, le 21 février 2021 ( - / Atomic Energy Organization of Iran/AFP )

L'Iran et l'AIEA ont annoncé dimanche un accord "temporaire" pour maintenir une surveillance des activités nucléaires, bien que réduite, le temps que les pourparlers diplomatiques s'engagent entre les signataires du pacte de 2015 afin de tenter de sortir de l'impasse.

La loi iranienne, qui prévoit de limiter certaines inspections, y compris sur des sites militaires suspects, si les sanctions américaines ne sont pas levées, "existe et va être appliquée" à partir du 23 février, a regretté le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Grossi, à son retour à Vienne après des "consultations intenses" à Téhéran.

"L'accès sera réduit, ne nous voilons pas la face, mais nous serons en mesure de maintenir le degré nécessaire de surveillance et de vérification", a-t-il assuré. "Cela sauve la situation dans l'immédiat".

Selon les termes de cet "accord bilatéral technique" d'une durée de trois mois mais susceptible d'être suspendu à tout moment, le nombre d'inspecteurs sur place reste ainsi inchangé et des contrôles inopinés resteront possibles.

"Bien sûr, pour parvenir à une situation stable, il faudra une négociation politique, et ce n'est pas de mon ressort", a ajouté M. Grossi.

"Pas d'enregistrements"

De son côté, l'Iran avait évoqué un peu plus tôt des discussions "fructueuses", alors que le directeur de l'AIEA a rencontré le président de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi, et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

Image satellite fournie par Maxar Technologies, le 8 janvier 2020, de la centrale nucléaire de Bouchehr, en Iran
Image satellite fournie par Maxar Technologies, le 8 janvier 2020, de la centrale nucléaire de Bouchehr, en Iran ( - / Satellite image ©2021 Maxar Technologies/AFP/Archives )

M. Grossi pourra "s'acquitter de son obligation de montrer que le programme nucléaire iranien reste pacifique", a promis le chef de la diplomatie iranienne dans une déclaration à Press TV, la chaîne en anglais de la télévision d'Etat.

Selon le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Abbas Araghchi, "les inspections seront réduites d'environ 20 à 30% après la mise en œuvre de la loi". "Cela ne signifie certainement pas un retrait de l'accord" de 2015.

En revanche, l'Iran ne fournira pas les "enregistrements relatifs aux activités et équipements" de plusieurs sites, comme prévu par la loi votée par le Parlement en décembre, a précisé l'OIEA dans un communiqué, faisant apparemment référence aux données des caméras de surveillance. "Si les sanctions sont complètement levées d'ici à trois mois, ces informations seront communiquées à l'AIEA, sinon elles seront supprimées à jamais".

L'accord de Vienne, conclu avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Russie, Chine), prévoit une levée progressive des sanctions en échange de la garantie que l'Iran ne se doterait pas de l'arme atomique. Même si la République islamique a toujours nié avoir de telles intentions.

Après le retrait unilatéral américain et le rétablissement des sanctions qui étranglent l'économie iranienne, l'Iran s'est cependant affranchi, à partir de 2019, de plusieurs limites qu'il avait accepté d'imposer à son programme nucléaire.

"Une fois que tout le monde aura fait sa part et rempli ses obligations, alors il y aura (une reprise) des discussions", a répété dimanche M. Zarif.

"Fenêtre d'opportunité"

Depuis l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, qui s'est dit prêt à revenir dans l'accord quitté en 2018 par Donald Trump, les Etats-Unis et Iran se renvoient la balle sur la question de savoir qui doit faire le premier pas.

Les installations nucléaires en Iran
Les installations nucléaires en Iran ( / AFP )

Dans un geste, Washington a accepté jeudi une invitation des Européens à participer à des pourparlers sur le sujet. Mais le lendemain, le nouvel hôte de la Maison Blanche a appelé ses alliés à travailler de concert pour répondre aux "activités déstabilisatrices" de l'Iran au Moyen-Orient.

Dans ce contexte diplomatique complexe et alors que l'Iran et les Etats-Unis n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, Téhéran a dit examiner la proposition de l'UE pour une "réunion informelle".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé quant à lui à saisir la "fenêtre d'opportunité" pour mettre fin aux sanctions, une demande qu'il juge "légale et logique".

Dans la presse iranienne, le quotidien ultraconservateur Kayhan saluait ce week-end la loi du Parlement, "une stratégie" qui a montré au camp adverse que "la rupture du contrat est coûteuse".

Mais le journal réformateur Sharqa doutait au contraire de l'efficacité de ce texte. "Les jours à venir sont critiques pour l'Iran" et pour les autres pays parties de l'accord nucléaire, écrit-il.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.25
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/02/2021

Safran accuse la plus forte baisse du CAC 40 ce matin, avec un repli de 2,77% à 117,65 euros. Les investisseurs sanctionnent des résultats 2020 fortement dégradés par l’immobilisation du Boeing…

Publié le 25/02/2021

SES flanche de 4,58% à 6,588 euros, se trouvant ainsi relégué dans les profondeurs du SBF 120, l’opérateur de satellites ayant eu le malheur de prévoir une baisse de ses résultats en 2021.…

Publié le 25/02/2021

Le chiffre d’affaires d’Ipsos s’établit à 1,837 milliard d’euros pour l’ensemble de l’année 2020, en baisse de 8,3% par comparaison avec l’exercice 2019. Après trois trimestres de…

Publié le 25/02/2021

Sans surprise, Safran a souffert l'an dernier...

Publié le 25/02/2021

Bureau Veritas a publié un chiffre d'affaires 2020 de 4,6 milliards d'euros, en baisse de 6% sur une base organique, dont -2% au quatrième trimestre. Sur cette dernière période, la Certification a…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne