En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Nuages sur la reprise en Italie, le nouveau gouvernement au défi

| AFP | 1080 | 4 par 1 internautes
Le nouveau gouvernement italien prête serment au palais présidentiel de Quirinale à Rome, le 1er juin 2018
Le nouveau gouvernement italien prête serment au palais présidentiel de Quirinale à Rome, le 1er juin 2018 ( FRANCESCO AMMENDOLA / Italian Presidency/AFP/Archives )

La croissance italienne, déjà faible, s'annonce encore moins importante que prévu, un défi pour le nouveau ministre italien de l'Economie, contraint à un numéro d'équilibriste pour tenter de respecter à la fois les promesses électorales et les engagements européens.

La Banque d'Italie a revu à la baisse vendredi ses prévisions: elle table désormais sur une hausse du PIB de 1,3% en 2018 (contre 1,4% prévu précédemment), puis de 1% (contre 1,2%) en 2019, avant 1,2% en 2020.

Comme l'ont également fait des agences de notations, la Commission européenne avait elle aussi abaissé la veille ses prévisions pour la croissance italienne, tout comme celle d'ailleurs de l'ensemble de la zone euro en raison des tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'UE.

La Commission prévoit désormais une hausse du Produit intérieur brut dans la péninsule de 1,3% en 2018 (contre 1,5% précédemment) et de 1,1% en 2019 (contre 1,2%). Soit quasi moitié moins que la moyenne de la zone euro dont l'Italie s'affiche bonne dernière.

La Banque centrale a indiqué que cette révision s'expliquait "principalement par la hausse du prix du brut et, pour l'année en cours, par la dynamique plus faible de l'activité au deuxième trimestre".

- Promesses coûteuses -

Le ministre de l'Economie Giovanni Tria durant la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernment au palais  Quirinale à Rome le 1er juin 2018
Le ministre de l'Economie Giovanni Tria durant la cérémonie d'investiture du nouveau gouvernment au palais Quirinale à Rome le 1er juin 2018 ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

De manière générale, "des risques importants pèsent sur la reprise de l'économie mondiale, dérivant de la possible accentuation de l'orientation protectionniste des politiques commerciales, avec des répercussions négatives sur la confiance des entreprises, l'expansion des échanges commerciaux et de la demande mondiale", a-t-elle souligné.

"On ne peut pas non plus exclure des augmentations soudaines de la volatilité sur les marchés financiers, en lien avec une hausse de l'incertitude sur les politiques économiques, qui pourraient se répercuter sur les conditions de financement et la confiance des familles et entreprises, affectant négativement l'activité économique", a ajouté l'institution.

Cette perspective moins favorable risque de compliquer l'équation du nouveau gouvernement italien, formé du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et de la Ligue (extrême droite).

Leur contrat de gouvernement prévoit des mesures coûteuses, dont les principales ont été évaluées à plus de 100 milliard d'euros par des économistes.

Parmi elles figurent la réforme des retraites, du système fiscal avec l'introduction d'une "flat tax" (taxation unique) à 15% et 20%, et un revenu de citoyenneté de 780 euros, pour favoriser l'intégration des plus pauvres sur le marché du travail.

L'Italie affiche un taux de chômage très élevé, de 10,7% en moyenne (contre 8,4% dans la zone euro) et même de 19,4% chez les 15-34 ans.

- Tensions dans le gouvernement -

La Banque d'Italie table sur une baisse du chômage très modéré dans les prochaines années, à 10,6% en 2019 et 10,4% en 2020.

Le nouveau ministre de l'Economie et des Finances, Giovanni Tria, a eu jusqu'ici un discours modéré, affirmant vouloir poursuivre les efforts pour réduire l'endettement du pays, qui affiche le ratio dette/PIB le plus élevé de la zone euro derrière la Grèce (à 132% du PIB).

Des propos qui ont rassuré les marchés, après la flambée en mai du spread, le très surveillé écart entre les taux italien et allemand à dix ans.

Mais cette semaine, il a un peu haussé le ton en disant "non" à une correction budgétaire demandée par Bruxelles pour réduire son déficit structurel en 2018 et à toute correction importante en 2019.

"Dans un moment de ralentissement de l'économie, on ne peut pas faire des ajustements trop forts qui risquent d'accentuer" le cycle, a-t-il affirmé jeudi à Bruxelles.

"Les investissements structurels sont indépendants de la croissance", lui a répliqué le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

"La baisse de la dette n'est pas en discussion, mais nous discuterons des délais", a précisé M. Tria vendredi, alors que son objectif est de relancer la croissance via les baisses d'impôts, l'insertion sociale et un coup de fouet aux investissements publics.

La majorité parlementaire souhaite un report d'un an de l'objectif d'équilibre budgétaire, en 2021 au lieu de 2020, et à l'intérieur même du gouvernement des voix plus dures se font entendre comme celle du ministre des Affaires européennes, Paolo Savona.

"Il n'est pas clair quelle ligne va prévaloir", souligne l'économiste Lorenzo Codogno, de l'institut LC Macro Advisors, estimant que M. Tria "joue aux échecs".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…