5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Nouvelles grèves et manifestations jeudi contre les réformes Macron

| AFP | 264 | 5 par 1 internautes
Manifestation contre les ordonnances réformant le code du travail,  le 19 octobre 2017 à Paris
Manifestation contre les ordonnances réformant le code du travail, le 19 octobre 2017 à Paris ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

CGT et FO organisent ensemble jeudi une journée de mobilisation contre les réformes "libérales" du gouvernement, une première depuis le début du quinquennat, mais la contestation contre les ordonnances, déjà entrées en vigueur, s'est désormais déplacée sur le terrain judiciaire.

La SNCF anticipe seulement de légères perturbations sur les réseaux TER et Intercités, la RATP une journée "normale". Dans le ciel, "quelques perturbations sont à prévoir", selon l'Aviation civile.

Le mot d'ordre de cette journée de grèves et de manifestations, également à l'appel de Solidaires, de la FSU et d'organisations de jeunesse (Unef, UNL, Fidl), est large, visant les salariés du privé et du public.

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez manifeste à Marseille, le 19 octobre 2017
Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez manifeste à Marseille, le 19 octobre 2017 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

Mais la division syndicale reste de mise. Si la CFDT et la CFE-CGC critiquent les ordonnances et les mesures d'économies dans la fonction publique, elles n'ont pas rejoint l'appel, malgré les demandes insistantes d'une partie des militants.

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, s'y refuse car manifester donnerait au gouvernement "des arguments" pour ranger les syndicats "sur l'étagère du vieux monde".

Il préfère se focaliser sur les concertations du nouveau volet des réformes sociales (apprentissage, formation professionnelle, assurance chômage).

"Pour notre part, nous sommes convaincus que les grèves et les manifestations restent, en France comme partout dans le monde, efficaces", répond Philippe Martinez, numéro un de la CGT, qui en sera à sa quatrième journée de mobilisation contre les ordonnances.

La CGT salue comme une "bonne nouvelle" le ralliement de FO jeudi, mais il ne s'agit que d'une union ponctuelle, qui n'a rien à voir avec l'entente de 2016 contre la loi travail. Philippe Martinez et Jean-Claude Mailly (FO) avaient alors organisé ensemble 14 journées de mobilisation.

Avec les ordonnances, les liens entre les deux syndicats se sont distendus et les deux dirigeants ont multiplié les échanges à fleuret moucheté. Jeudi, MM. Martinez et Mailly seront chacun de leur côté, le premier à Paris et le second à Marseille.

Jean-Claude Mailly dit privilégier la concertation, grâce à laquelle "les lignes ont bougé" sur les ordonnances, notamment pour maintenir le rôle des branches.

C'est forcé par sa base que le numéro un de FO a rallié l'appel du 16 novembre, qui sera "une façon de rappeler que nous sommes en désaccord sur certains points, notamment la fusion des instances représentatives du personnel", explique-t-il.

- 'Dangers' -

Pour l'exécutif, la page des ordonnances est tournée, même si le projet de loi de ratification doit encore être débattu à l'Assemblée nationale du 21 au 24 novembre, avant un vote le 28.

Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, à la Bourse du travail à Marseille le 7 septembre 2017
Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, à la Bourse du travail à Marseille le 7 septembre 2017 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives )

La semaine dernière, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a une fois de plus défendu une réforme qui va "protéger les salariés" et "libérer les capacités d'initiative des entreprises".

Une vision que ne partagent pas les syndicats qui ont, au contraire, alerté les députés des "dangers" de cette réforme.

La possibilité de "négocier" directement avec les employés dans les entreprises de moins de 20 salariés dépourvues d'élus du personnel inquiète particulièrement, les syndicats rappelant le lien de subordination entre l'employé et son employeur.

La CFDT a d'ailleurs déposé lundi un recours devant le conseil d'Etat pour contester cette mesure, qui revient à une "décision unilatérale de l'employeur", selon elle.

La CGT aussi a déjà saisi cette juridiction sur trois ordonnances relatives, entre autres, à la négociation collective, à la fusion des instances et à la barémisation des indemnités prud'homales. Cette dernière mesure a été attaquée par plus d'une vingtaine de syndicats CGT.

FO a aussi laissé entendre le mois dernier qu'elle allait former des recours.

En outre, plusieurs organisations lycéennes, étudiantes ou enseignantes (Unef, Snesup-FSU, UNL) ont appelé manifester jeudi pour contester le projet de loi redéfinissant les modalités d'entrée à l'université.

Ce texte, qui doit être présenté la semaine prochaine en conseil des ministres, menace "le libre accès à l'enseignement supérieur", selon elles.

La première mobilisation contre les ordonnances avait réuni dans toute la France le 12 septembre entre 500.000 (selon les syndicats) et 223.000 personnes (police), puis le mouvement s'est nettement essoufflé au cours des deux journées de mobilisation suivantes.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS