En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 396.12 PTS
-
4 347.50
-
SBF 120 PTS
3 444.49
-
DAX PTS
9 935.84
-
Dow Jones PTS
21 917.16
-1.84 %
7 813.50
+0. %

Nouvelle journée tourmentée à Wall Street, happée par le coronavirus

| AFP | 538 | 4 par 1 internautes
Un courtier au New York Stock Exchange à Wall Street le 5 mars 2020
Un courtier au New York Stock Exchange à Wall Street le 5 mars 2020 ( Johannes EISELE / AFP )

Wall Street, sur des montagnes russes depuis le début de la semaine, s'est de nouveau retrouvée sous forte pression jeudi alors que les investisseurs peinent à évaluer les conséquences de la propagation du nouveau coronavirus.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a chuté de 3,58% pour finir à 26.121,28 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a plongé de 3,10% à 8.738,59 points, quand le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de New York, s'est replié de 3,39% à 3.023,94 points.

Après avoir encaissé leur pire semaine depuis 2008, les indices fluctuent encore au gré des gros titres sur l'épidémie et alternent chutes et rebonds depuis le début de la semaine.

Frappées de plein fouet par la propagation du virus un peu partout dans le monde, les compagnies aériennes ont été particulièrement affectées jeudi. United Airlines s'est effondrée de 13,25%, American Airlines de 13,24%, JetBlue de 10,81% et Delta de 7,20%.

L'Association internationale du transport aérien (Iata) a estimé que la propagation de l'épidémie de Covid-19 pourrait coûter jusqu'à 113 milliards de dollars au secteur cette année.

Mais toutes les entreprises sont potentiellement concernées par l'épidémie.

"Les marchés savent gérer les mauvaises nouvelles car ils peuvent les quantifier", remarque Quincy Krosby de Prudential. "Gérer l'incertitude est beaucoup plus compliqué", ajoute-t-elle.

Or avec l'épidémie du nouveau coronavirus, l'incertitude concerne à la fois l'ampleur de sa propagation dans le monde et ses conséquences sur l'économie.

"Les entreprises ne sont pour l'instant pas trop entrées dans les détails, si ce n'est de dire que l'épidémie avait perturbé leurs chaînes d'approvisionnement et allait affecter leur activité", souligne-t-elle.

Si l'épidémie s'étend encore beaucoup, "la question sera de savoir si elles commencent à licencier du personnel", et ensuite "quel sera l'impact sur les dépenses de consommation, sachant que ces dernières représentent aux Etats-Unis 68% du produit intérieur brut", ajoute Mme Krosby.

Si les Américains arrêtent de consommer, de sortir, d'aller au restaurant, "cela pourrait affecter durement les petites et moyennes entreprises", craint la spécialiste.

Signe de la ruée des investisseurs vers les actifs jugés moins risqués, le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américains a encore dégringolé jeudi, passant pour la première fois sous le seuil des 0,9%. Vers 21H00 GMT, il évoluait à 0,922% contre 1,052% la veille à la clôture.

Wall Street avait pourtant salué mercredi avec enthousiasme le retour de Joe Biden au rang de favori des primaires démocrates face à Bernie Sanders, partisan d'une grande refonte du système d'assurance maladie.

L'impression que les autorités à travers le monde semblaient monter au créneau pour lutter contre la propagation de l'épidémie et pour soutenir l'économie avait aussi participé au regain de confiance des investisseurs.

Mais jeudi, l'anxiété a repris le dessus chez les courtiers de Wall Street dès le début de la séance, et plus encore après l'état d'urgence déclaré par l'Etat de Californie.

  1. Nasdaq

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 31/03/2020

Orange va pouvoir poursuivre la politique de "gestion prudente et active de son bilan"...

Publié le 31/03/2020

Les actions nouvelles Drone Volt seront admises sur la même ligne de cotation que les actions anciennes...

Publié le 31/03/2020

Cette décision s'inscrit dans le contexte actuel lié à la crise sanitaire du Covid 19...

Publié le 31/03/2020

Le Groupe AgroGeneration a mis en place toutes les mesures de distanciation nécessaires...

Publié le 31/03/2020

La société détient à ce jour un portefeuille de près de 100 brevets délivrés