En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
-0.03 %

Grève européenne chez Ryanair, des dizaines de vols annulés

| AFP | 881 | Aucun vote sur cette news
Une employée de Ryanair arbore un T-shirt avec le slogan
Une employée de Ryanair arbore un T-shirt avec le slogan "Ryanair doit changer" lors d'une grève des employés de la compagnie aérienne irlandaise à l'aéroport de Charleroi (Belgique) le 28 septembre 2018 ( JOHN THYS / AFP )

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair a été contrainte d'annuler des dizaines de vols vendredi à cause d'une nouvelle grève dans plusieurs pays européens du personnel de cabine et des pilotes, qui réclament de meilleures conditions de travail.

"Plus de 2.150 vols (90% de notre programme) fonctionneront normalement" sur les 2.400 prévus en Europe --ce qui fait un total de 250 vols annulés-- a assuré le transporteur irlandais dans un communiqué, jugeant la grève "regrettable et injustifiée".

L'appel à la grève concerne les personnels navigants en Espagne, au Portugal, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie et en Allemagne, rejoints par les pilotes dans certains de ces pays.

Certains syndicats ont avancé des chiffres parfois plus élevés que ceux de Ryanair, comme le syndicat allemand Verdi selon lequel 250 vols ont été annulés rien qu'en Allemagne, rapporte le quotidien Bild.

En Belgique, 48 vols ont été supprimés (22 à Bruxelles-Zaventem et 26 à Charleroi), soit environ la moitié des vols prévus, selon les deux aéroports.

Ryanair assure avoir pris "toutes les mesures nécessaires pour minimiser cette perturbation" et informé ses clients "le plus tôt possible".

Pourtant, à Eindhoven, aux Pays-Bas, certains passagers avaient déjà passé les contrôles de sécurité quand ils ont appris l'annulation de leur vol, selon Joost van Doesburg, porte-parole du syndicat des pilotes néerlandais (VNV) de Ryanair. "L'ambiance était électrique", a-t-il souligné.

VNV a par ailleurs annoncé qu'il comptait poursuivre Ryanair en justice, pour avoir, selon lui, avoir fait venir des pilotes belges pour casser la grève.

- 'Service minimum !' -

A l'aéroport de Porto, où Ryanair possède sa principale base au Portugal, une dizaine de personnes ont fait la queue vendredi matin devant le comptoir de la compagnie pour trouver des alternatives aux vols annulés.

Ryanair
Ryanair ( Cecilia SANCHEZ / AFP )

"La compagnie a mis à disposition un autocar. Ce n'est pas aussi confortable. Au lieu de 50 minutes, le voyage va durer 5 heures", a témoigné à la télévision SIC une passagère portugaise d'une cinquantaine d'années.

En Espagne, où 88 vols ont été annulés, selon le syndicat USO, le gouvernement a imposé un service minimum aux employés de Ryanair, jugé "abusif" par les syndicats.

A Madrid, la vente de produits n'était pas assurée à bord des avions, a indiqué à l'AFP Anthony Perrin, du syndicat STICPLA. "C'est service minimum des deux côtés!", a-t-il justifié.

"Le front ne cesse de s'élargir démontrant à la compagnie irlandaise que son approche envers les employés et les représentants syndicaux (...) est erronée", écrivent dans un communiqué conjoint deux syndicats italiens, CGIL et UIL.

Les syndicats réclament de meilleures conditions de travail et l'emploi de chaque salarié via un contrat relevant de son pays de résidence, contrairement à la pratique historique de Ryanair d'employer une bonne part de son personnel via des contrats de droit irlandais.

- 'Négociations sérieuses' -

La commissaire européenne aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, a rappelé à l'ordre Ryanair mercredi après avoir rencontré son directeur général Michael O'Leary.

"Le respect du droit communautaire n'est pas quelque chose sur lequel les travailleurs devraient avoir à négocier", a-t-elle prévenu.

Des employés de Ryanair en grève à l'aéroport allemand de Francfort brandissent une banderole
Des employés de Ryanair en grève à l'aéroport allemand de Francfort brandissent une banderole "Pas de droits, pas de vols" et portent des masques à l'effigie du directeur général de la compagnie aérienne Michael O'Leary, le 28 septembre 2018 ( Andreas Arnold / dpa/AFP )

Pour la Commission européenne, "ce n'est pas le pavillon de l'avion qui détermine la loi applicable. C'est l'endroit d'où les travailleurs partent le matin et reviennent le soir, sans que l'employeur ait à couvrir les frais".

La compagnie à bas coûts connaît une grogne sociale endémique depuis un an qui a débuté avec le mécontentement de ses pilotes.

Elle a tenté d'éteindre la contestation en signant dernièrement plusieurs accords avec des syndicats, notamment au Royaume-Uni, en Irlande et en Italie, acceptant des augmentations de salaire et améliorations des conditions de travail.

La grève de vendredi poursuit un mouvement social entamé cet été avec deux vastes mouvements coordonnés dans plusieurs pays européens: chez le personnel de cabine fin juillet (600 vols annulés, 100.000 passagers touchés) puis chez les pilotes en août (400 vols annulés, 55.000 passagers touchés).

Ryanair avait aussi dû annuler 150 vols en Allemagne le 12 septembre en raison d'une grève des pilotes et du personnel.

L'ETUC, collectif européen représentant 89 organisations syndicales a apporté vendredi son soutien au mouvement, appelant Ryanair à s'engager "dans des négociations sérieuses".

burs-zap/fmi/lch

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...