En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Nouvelle demande de libération de Ghosn, après 100 jours de prison

| AFP | 273 | Aucun vote sur cette news
Junichiro Hironaka, l'avocat de Carlos Ghosn, le 13février 2019 à Tokyo
Junichiro Hironaka, l'avocat de Carlos Ghosn, le 13février 2019 à Tokyo ( Behrouz MEHRI / AFP/Archives )

Après 100 jours de prison et deux précédentes requêtes retoquées, Carlos Ghosn tente de nouveau sa chance: ses avocats fraîchement nommés ont annoncé jeudi avoir déposé une demande de libération sous caution.

L'ancien PDG de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, 64 ans, se trouve en détention à Tokyo depuis son arrestation le 19 novembre pour des malversations financières présumées.

Il s'agit de la troisième requête de ce type, et de la première depuis que M. Ghosn a changé d'équipe de défense.

Il avait dans un premier temps choisi un ex-procureur, Motonari Otsuru. Mais, face à l'attitude jugée passive de ce dernier et aux rejets de ses demandes de remise en liberté, l'homme d'affaires franco-libano-brésilien a décidé de faire appel à des vétérans du barreau, parmi lesquels Junichiro Hironaka, surnommé "l'innocenteur".

"Les procureurs le gardent en détention parce qu'il n'avoue pas. Je voudrais que les gens se demandent si c'est approprié du point de vue des normes internationales", avait fustigé l'avocat la semaine dernière devant la presse.

Carlos Ghosn, le 1er mars 2016 à Genève
Carlos Ghosn, le 1er mars 2016 à Genève ( FABRICE COFFRINI / AFP/Archives )

De son côté, le juge a mis en avant les risques de fuite et d'altération des preuves pour justifier le maintien en détention du magnat de l'automobile.

"Un dictateur"

Quels arguments les avocats ont-ils cette fois déployés pour convaincre le tribunal? Rien n'a filtré pour l'instant.

"Nous ne pouvons pas entrer dans les détails ni dire si nous avons adopté une approche différente", a réagi un membre du cabinet de Me Hironaka, contacté par l'AFP. "Nous prévoyons de donner des explications" à l'occasion d'une conférence de presse, prévue lundi à Tokyo.

M. Ghosn s'était auparavant engagé à résider au Japon, avançant la possibilité de porter un bracelet électronique, même si un tel système n'existe pas dans l'archipel.

Carlos Ghosn, dont l'arrestation a secoué le monde des affaires, a été inculpé pour minoration d'une partie de ses revenus pour un montant de 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018, dans les rapports de Nissan remis aux autorités boursières. Il a également été mis en examen pour abus de confiance.

Il risque jusqu'à 15 ans de prison.

Lui se dit innocent et crie au "complot", assurant qu'on a voulu l'éliminer du jeu pour faire échouer son projet d'intégration poussée des trois compagnies de l'alliance: Renault, Nissan et Mitsubishi Motors.

Nissan a rejeté cette thèse à plusieurs reprises. "Ce n'est absolument pas le cas. Il a commis de sérieuses fautes qui ne pouvaient être tolérées", soulignait encore cette semaine une source proche de la compagnie. "Pendant 15 ans, il régnait sur deux entreprises (Nissan et Renault à partir de 2005), et cette gouvernance a façonné un dictateur".

"En interne"

Dans un entretien publié mercredi par le quotidien économique Nikkei, le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, a également dénoncé la "dépendance totale" de l'entreprise vis-à-vis de son ancien sauveur.

"Le souvenir de 1999 (quand M. Ghosn est arrivé pour redresser le constructeur alors au bord de la faillite) était trop fort, au point qu'on avait le sentiment que Nissan ne pouvait prospérer et se stabiliser qu'avec Ghosn à sa tête", a-t-il confié.

Selon M. Saikawa, si la vérité a pu éclater c'est en partie parce que Carlos Ghosn était de moins en moins présent. Depuis avril 2017, il n'était plus que président du conseil d'administration et ses visites se sont espacées. "Son pouvoir a commencé à s'étioler", a-t-il souligné.

C'est à ce moment-là qu'un lanceur d'alerte s'est manifesté, aboutissant à la mise en place d'une enquête interne courant 2018 et à l'interpellation surprise du patron d'industrie en novembre.

Depuis, Carlos Ghosn a été déchu de tous ses titres.

Cette saga a mis à rude épreuve l'alliance franco-japonaise, unie depuis 1999 par des participations croisés. Nissan, qui veut à tout prix éviter de se trouver à nouveau dans une situation de concentration des pouvoirs, souhaite affirmer son autonomie et rééquilibrer les forces au sein de l'alliance.

"Le président du conseil d'administration sera décidé en interne", une position que le nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, chargé de rétablir la confiance, "comprend parfaitement", a insisté M. Saikawa, alors que l'Etat français, actionnaire de la marque au losange, apparaît au contraire favorable à la nomination d'un même et seul président pour les deux alliés.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...