5 403.59 PTS
+0.58 %
5 389.50
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 300.27
+0.28 %
DAX PTS
13 041.13
+0.38 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.00 %
Nikkei PTS
21 696.65
+1.11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Nokia: le plan de suppression d'emplois confirmé, selon les syndicats

| AFP | 163 | Aucun vote sur cette news
Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN)
Nokia prévoit 597 suppressions d'emplois en France d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN) ( ANTTI AIMO-KOIVISTO / LEHTIKUVA/AFP/Archives )

Le plan de suppression de près de 600 emplois annoncé par l'équipementier télécoms Nokia sera mené à bien et reprendra d'ici "une dizaine de jours", ont annoncé lundi les représentants syndicaux à l'issue de la réunion du comité de suivi autour du secrétaire d'Etat à l'Economie, Benjamin Griveaux.

"Le plan social est confirmé, nous n'avons pas obtenu d'avancée sur ce point", ont regretté les représentants du personnel. La procédure avait été suspendue le 19 septembre, dans l'attente de ce comité.

La direction a cependant "assuré qu'elle tiendra ses engagements concernant le recrutement en recherche et développement", ont-ils ajouté.

Quelque 330 embauches en R&D devraient être réalisées assez rapidement et 500 à moyen terme, selon eux.

Au-delà des engagements réaffirmés sur les emplois en R&D, les syndicats se sont surtout dits "rassurés" par des engagements sur la "pérennité des sites", en particulier celui de Lannion (Côtes-d'Armor), site de développement des applications de cybersécurité.

Un prochain "point d'étape" est prévu fin novembre, a dit de son côté Benjamin Griveaux qui a qualifié ce rendez-vous, long de trois heures, de "fructueux" et s'est félicité des "éclaircissements très clairs apportés par la direction".

Dans un communiqué, cette dernière a affirmé avoir "démontré que l'ensemble des engagements pris auprès du gouvernement au moment du rachat d'Alcatel-Lucent seraient tenus".

Le gouvernement était monté au créneau dès le lendemain de l'annonce par Nokia, le 6 septembre, de la suppression de 597 emplois d'ici 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN) basées à Paris-Saclay (Essonne) et Lannion. Quelque 400 postes avaient déjà été supprimés l'an dernier.

Il y avait urgence à déminer le terrain alors que l'intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CGT et CFTC avait tout de suite rappelé que le directeur du groupe finlandais "s’était engagé" auprès d'Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, "à maintenir" les effectifs au niveau de "4.200 salariés jusqu’à fin 2017".

Le groupe avait aussi promis de renforcer le secteur recherche et développement pour le porter "à 2.500 ingénieurs et chercheurs à fin 2019".

Des "engagements non tenus", selon l'intersyndicale, les effectifs actuels étant de "3.941" et "seulement 20 % des 500 recrutements nécessaires ayant été réalisés à ce jour".

Les deux autres filiales du groupe en France, Alcatel-Lucent Submarine Networks (câbles sous-marins) et RFS (radiofréquences) ne sont pas concernées par ce "projet d'évolution", justifié par le plan de la maison mère de dégager 1,2 milliard d'euros d'économies d'ici 2018.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/09/2017

Benjamin Griveaux (3ème en partant de la droite) reçoit les représentants du personnel de Nokia le 14 septembre au ministère des finances ( ERIC PIERMONT / AFP )Venus exposer à Bercy la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2017

La réalisation d'un chandelier en marteau le 19 octobre a permis au titre d'entamer une phase de rebond. Les indicateurs techniques restent bien orientés et militent pour une nouvelle phase de…

Publié le 23/10/2017

JC DECAUX SA. constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call P576S émis par…

Publié le 23/10/2017

CRH (+1,97% à 2 845 pence), qui signe l'une des plus fortes hausses du FTSE 100 britannique, indique que son offre sur le cimentier américain Ash Grove, qui le valorise 3,5 milliards de dollars, a…

Publié le 23/10/2017

Atos a remporté lors des Oracle Excellence Awards 2017 le prix du Partenaire de l'année spécialisé dans le Cloud pour la zone Europe, Moyen-Orient et...

Publié le 23/10/2017

Réservé à la baisse ce matin, le titre DBV Technologies chute de 40,8% à 48,56 euros après les résultats très décevants de son étude de phase 3 évaluant son traitement Viaskin Peanut chez…

CONTENUS SPONSORISÉS