En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 765.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.136
+0.14 %

Nissan: falsification de contrôles de pollution sur des véhicules produits au Japon

| AFP | 292 | Aucun vote sur cette news
Nissan reconnaît avoir employé au Japon des méthodes de contrôle de pollution de véhicules inappropriées
Nissan reconnaît avoir employé au Japon des méthodes de contrôle de pollution de véhicules inappropriées ( Behrouz MEHRI / AFP )

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan a reconnu lundi que la plupart de ses usines au Japon avaient employé des méthodes de contrôle de pollution de véhicules inappropriées.

Les mesures des performances concernant les émissions de gaz d'échappement et des tests d'économie de carburant n'ont pas été effectuées conformément au protocole prescrit dans cinq des six usines du groupe au Japon et les rapports d'inspection ont été basés sur des valeurs de mesure altérées, a expliqué le constructeur dans un communiqué.

Nissan, partenaire de Renault, n'a initialement pas donné de chiffres, mais a ensuite fourni lors d'une conférence de presse des documents indiquant que seulement 1.171 voitures étaient concernées et 10 responsables des contrôles finaux de véhicules impliqués dans l'utilisation de ces méthodes non conformes.

Les dirigeants du groupe ont expliqué devant les journalistes au siège, en banlieue de Tokyo, que leur salariés avaient en gros mal évalué l'importance de se plier à ces normes, une obligation qui doit pourtant "être ancrée dans toutes les têtes", selon un des dirigeants présents, tout en reconnaissant que les ouvriers sont parfois confrontés à l'obligation de "suivre les règles mais sont-elles toujours réalistes ?".

A la demande des autorités, Nissan a été forcé depuis septembre dernier de conduire des inspections sur la façon dont sont ou ont été contrôlés ses véhicules, après avoir dû reconnaître que des personnes non-certifiées apposaient leur signature sur des documents de tests.

Durant cette enquête interne, sont apparues les autres pratiques répréhensibles dont le groupe a fait état lundi au ministère japonais des Transports avant de prévenir la presse.

"Des investigations exhaustives sur les faits décrits ci-dessus, y compris sur les causes et les antécédents de ce type de mauvaise conduite, sont en cours", a assuré le constructeur.

Les véhicules, "hormis le modèles GT-R", sont cependant en eux-mêmes conformes aux normes de sécurité japonaises et leurs émissions gazeuses correspondent aux spécifications du catalogue, "ce qui signifie qu'il n'y a pas d'erreurs dans les chiffres d'économie de carburant divulgués par Nissan" aux clients.

Pour le modèle de sport GT-R, Nissan n'a pas précisé dans le communiqué quel était le problème rencontré.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...