En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
-
4 892.0
-0.19 %
SBF 120 PTS
3 901.62
-
DAX PTS
10 929.43
-
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.136
-0.05 %

Nissan également dans le collimateur de la justice (média)

| AFP | 385 | 5 par 1 internautes
Logo de Nissan photographié au quartier général de l'entreprise à Yokohama, Japon, le 20 novembre 2018
Logo de Nissan photographié au quartier général de l'entreprise à Yokohama, Japon, le 20 novembre 2018 ( Martin BUREAU / AFP )

Le groupe Nissan, en tant qu'entité morale, pourrait lui aussi, à la suite du président de son conseil d'administration Carlos Ghosn, faire l'objet de poursuites liées à la remise aux autorités de documents financiers inexacts, a rapporté mercredi le journal japonais Asahi.

Ni Nissan ni le bureau des procureurs de Tokyo n'ont confirmé cette information.

Selon le quotidien, qui ne cite pas ses sources, le parquet estime que si faute il y a, la responsabilité en incombe aussi à l'entreprise qui est l'entité qui a remis les rapports incriminés.

Les personnes réellement impliquées dans les éventuelles falsifications peuvent quant à elles voir leur peine allégée en cas de coopération avec la justice, ce en vertu d'une récente loi qui n'a pour le moment été utilisée que dans un autre cas.

Au moins un salarié du service juridique de Nissan, présenté comme étant un étranger, coopérerait déjà avec la justice.

Carlos Ghosn, arrêté lundi, est interrogé depuis pour dissimulation de revenus. Sa garde à vue peut durer jusqu'à 23 jours pour ce seul chef d'arrestation.

Selon les premiers éléments communiqués à la justice, dans des rapports annuels remis aux autorités, M. Ghosn aurait minimisé d'environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) ses revenus acquis sur la période de juin 2011 à juin 2015, selon le parquet. D'après Nissan, il est aussi soupçonné d'abus de biens sociaux.

L'arrestation du patron vedette ainsi que de l'un de ses collaborateurs, Greg Kelly, découle d'une enquête menée pendant plusieurs mois au sein du groupe après une dénonciation interne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…