En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 123.18 PTS
-0.96 %
5 123.00
-0.94 %
SBF 120 PTS
4 109.74
-0.76 %
DAX PTS
11 689.10
-0.74 %
Dowjones PTS
25 544.08
-0.99 %
7 236.81
-0.54 %
1.153
-0.35 %

Nike et Adidas étrillés pour leur politique envers les ouvriers

| AFP | 321 | Aucun vote sur cette news
Un rapport étrille Nike et Adidas pour leur politique envers les ouvriers
Un rapport étrille Nike et Adidas pour leur politique envers les ouvriers ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

Les équipementiers Nike et Adidas consacrent de plus en plus d'argent à parrainer des sportifs et rémunérer leurs actionnaires, mais toujours moins aux ouvriers, dénonce un rapport du collectif "Ethique sur l'étiquette" publié lundi.

Selon ce rapport, la course au "sponsoring" entre les deux marques, qui équipent 22 des 32 équipes en lice pour la Coupe du Monde de football qui commence jeudi en Russie, "n'a jamais été aussi vive".

Il fait suite à un précédent rapport publié à l'occasion de l'Euro 2016.

Adidas a négocié avec l'équipe d'Allemagne un contrat à 65 millions d'euros, tandis que Nike a signé en 2016 le premier contrat de sponsoring à vie avec le footballeur Cristiano Ronaldo pour 25 millions de dollars par an, souligne le rapport.

Il affirme que dans le même temps, les deux marques "continuent leur désengagement de la Chine, où les salaires tutoient des niveaux proches du salaire vital", au profit de pays comme l'Indonésie, le Cambodge ou le Vietnam, "où les salaires moyens sont inférieurs de 45% à 65% au salaire vital".

Sur le prix d'une paire de chaussures, la part revenant aux ouvriers a baissé de 30% entre 1995 et 2017, affirme Ethique sur l'étiquette, membre de l'organisation "Clean Clothes Campaign".

"Si les équipementiers sportifs avaient maintenu les mêmes montants de sponsoring des clubs de foot qu'en 2015, les 226 millions d'euros économisés auraient permis d'assurer un salaire décent à plus d'un million de travailleurs en Asie", fait remarquer le collectif.

Celui-ci dénonce un modèle économique dont l'objectif central est "la maximisation des bénéfices afin de rémunérer toujours plus les actionnaires".

Le collectif exige des équipementiers "des pratiques garantissant un salaire vital aux ouvriers qui contribuent au premier plan à leur croissance économique sans égale dans le secteur".

"Le respect de conditions de travail justes et sûres et de salaires équitables dans les usines (...) fait partie intégrante de la politique commerciale d'Adidas et fait partie des arrangements contractuels avec nos fournisseurs", a assuré Adidas, joint par l'AFP.

"Adidas exige que les employeurs paient au moins la rémunération prescrite par la loi ou négociée dans le cadre d'un processus de négociation collective. Cependant, les salaires sont déterminés, outre les conditions économiques et le coût de la vie d'un pays, par les lois nationales, le nombre et la disponibilité des travailleurs dans le pays, les qualifications et les compétences du travailleur, la nature du secteur ou du secteur et la compétitivité de l'employeur", a ajouté la marque allemande, assurant que "le salaire net mensuel moyen des salariés dans les usines avec lesquelles Adidas travaille en Indonésie se situe bien au-dessus du salaire minimum actuel".

De son côté, Nike a assuré que son code de conduite était aligné sur les standards de l'Organisation internationale du travail (OIT) et que ses produits sont fabriqués dans des usines qui font l'objet d'audits et doivent se conformer à ce code de conduite.

Celui-ci prévoit que "les fournisseurs doivent payer leur employés au moins au salaire minimum ou au salaire légal (le plus élevé des deux), incluant des primes pour les heures supplémentaires" et en conformité avec les législations sociales en vigueur.

"Nous poursuivons nos échanges avec les gouvernements, fabricants, ONG, marques, syndicats et ouvriers pour soutenir un changement structurel de long-terme", a ajouté un porte-parole.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

La signature de ce contrat entre les deux groupes est qualifiée de "historique" par Thierry Ehrmann...

Publié le 17/10/2018

Les deux organisations collaboreront de manière rapprochée pour lutter contre les menaces de cybersécurité Mons, 17 octobre, 2018 - Atos, leader international de la transformation…

Publié le 17/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 17/10/2018

(La reprise de cotation a été demandée à Euronext pour l'ouverture de la séance du jeudi 18 octobre 2018.) Après sept années de travail en commun,…

Publié le 17/10/2018

Air France KLM grimpe de 1,9% à 8,1 euros en milieu d'après-midi à Paris...