En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-
5 090.00
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 073.02
-0.12 %
DAX PTS
11 614.16
+0.78 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
-1.24 %
1.158
+0.01 %

News Corp tacle encore les géants technologiques

| AFP | 226 | Aucun vote sur cette news
Les géants technologiques pointés du doigt par News Corp, qui réclame un meilleur partage des revenus de la publicité
Les géants technologiques pointés du doigt par News Corp, qui réclame un meilleur partage des revenus de la publicité ( Damien MEYER / AFP/Archives )

News Corp, le groupe de presse et d'édition de la famille Murdoch, a de nouveau taclé les géants technologiques en présentant ses résultats trimestriels jeudi, pointant un paysage numérique "dysfonctionnel" et réclamant un meilleur partage des revenus.

"Il y a clairement des changements profonds en cours dans la création et la diffusion des contenus numériques. Les géants technologiques sont en plein milieu d'une période particulièrement pleine de bouleversements, commerciaux, sociétaux et politiques", écrit Robert Thomson, directeur général du groupe, cité dans le communiqué de résultats.

Le groupe salue les derniers efforts de Google et Facebook en faveur des médias d'information "mais il s'agit d'étapes qui sont bien modestes pour changer un paysage numérique qui est dysfonctionnel en son coeur", poursuit Robert Thomson, dont le groupe est propriétaire notamment du quotidien économique américain Wall Street Journal et du tabloïd britannique The Sun.

Google laisse désormais les éditeurs de presse décider du nombre d'articles accessibles gratuitement tandis que Facebook a dit vouloir favoriser les sources d'informations considérées comme "fiables" par ses utilisateurs.

Le patron de News Corp définit aussi ce paysage numérique comme "des terres hostiles infestées de +bots+" (programmes informatiques qui envoient des messages automatiquement), qui ne sont pas "sûres" pour les annonceurs publicitaires.

"Il est sans nul doute dans l'intérêt de nos actionnaires qu'il y ait une réorientation vers la qualité et l'intégrité et que les lecteurs et les plateformes soient encouragés à payer pour un journalisme professionnel", poursuit-il.

Mi-janvier, c'est le magnat Rupert Murdoch lui même qui avait pris la plume pour pointer un "sérieux manque de transparence" de la part de Facebook, qui devrait, selon lui, "inquiéter les éditeurs et ceux qui se préoccupent d'une orientation politique de ces puissantes plateformes".

Dans une lettre ouverte, il avait réclamé un meilleur partage des revenus avec les médias, proposant le versement d'une indemnité compensatrice.

Selon les chiffres publiés jeudi, News Corp a subi une perte nette entre octobre et décembre de 66 millions de dollars, nettement réduite par rapport à fin 2016. Toutefois, le groupe précise avoir inscrit une charge non récurrente de 174 millions de dollars en raison de la réforme des impôts aux Etats-Unis, qui a abaissé le taux théorique d'imposition des sociétés mais a pour effet immédiat d'entraîner des charges ou des gains exceptionnels dans la comptabilité des entreprises.

Sans cette charge, il aurait donc été bénéficiaire, comme en témoigne son bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, qui ressort à 0,24 dollar contre 0,19 fin 2016. Les analystes n'attendaient que 0,19 dollar.

Le chiffre d'affaires du trimestre est en hausse de 3% à 2,18 milliards de dollars (meilleur qu'attendu), dont 1,3 milliard (stable) pour le segment "Informations".

Le groupe fait part également d'une hausse de ses abonnements numériques à des titres de presse, tirée par les abonnés au Wall Street Journal, désormais 1,4 million (+29%)

Le groupe a bénéficié des performances de son service d'annonces immobilières en ligne (Realtor.com, +21% à 292 millions de dollars) tandis que sa partie édition n'a cru que de 1%, à 469 millions.

Les recettes publicitaires ont décliné de 6% à 702 millions.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

L'Eanm est le congrès de référence pour le secteur de la médecine nucléaire

Publié le 15/10/2018

Performance au rendez-vous...

Publié le 15/10/2018

Les deux sociétés de communications et d'électronique de défense Harris et L3 ont annoncé dimanche une "fusion entre égaux", qui créera un ensemble affichant des ventes annuelles de 16 Mds$.

Publié le 15/10/2018

Le projet bénéficiera d'un contrat de rémunération d'une durée de 10 ans à compter de sa mise en service prévue à la fin de l'année 2019...

Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...