5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Brexit: les négociations s'enlisent, la facture au coeur des divergences

| AFP | 392 | 5 par 1 internautes
Aucun progrès dans le troisième round des négociations sur le Brexit à Bruxelles. Le 31 août 2017
Aucun progrès dans le troisième round des négociations sur le Brexit à Bruxelles. Le 31 août 2017 ( / AFP )

Européens et Britanniques se sont rejeté mutuellement jeudi la responsabilité du peu de progrès réalisés dans les négociations du Brexit, qui butent principalement sur la question explosive de la facture de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Lancées lundi dans un climat tendu à Bruxelles, un troisième round de tractations s'est achevé jeudi sans percée significative, alors que l'horloge tourne pour organiser un divorce sans précédent programmé le 29 mars 2019 à minuit.

"Cette semaine nous avons apporté des clarifications utiles sur beaucoup de points", a déclaré devant la presse le négociateur en chef de l'UE, le Français Michel Barnier, qui avait vexé ses homologues britanniques lundi en les appelant à "commencer à négocier sérieusement".

"Mais nous n'avons enregistré aucun progrès décisif sur les sujets principaux" du divorce, a-t-il ajouté, détaillant en particulier les difficultés des discussions autour du "règlement financier" du Brexit.

A ses côtés, son homologue britannique David Davis s'est voulu moins négatif. "Nous avons vu quelques progrès concrets", a-t-il affirmé.

Mais il a déploré que "l'approche britannique (soit) significativement plus flexible et pragmatique" que celle de l'UE, qu'une source gouvernementale britannique a accusé il y a quelques jours de "traîner les pieds" en s'arc-boutant sur des principes.

- Jusqu'à 100 milliards -

Les 27 pays qui resteront dans l'UE ont fixé trois priorités absolues à négocier avant toute chose: la facture que devra honorer le Royaume-Uni en quittant l'Union, le sort des citoyens européens sur le sol britannique et l'avenir de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Ce n'est qu'à condition d'avoir accompli des "progrès suffisants" dans ces domaines qu'ils accepteront de discuter, dans une seconde phase de négociations, de la "relation future" avec le Royaume-Uni, notamment sur le plan commercial.

De son côté, Londres voudrait entamer cette seconde phase en parallèle le plus rapidement possible, faisant valoir que les modalités concrètes du divorce sont indissociables de ce que sera cette "relation future".

Lors de ce round de négociations, le Royaume-Uni a présenté pour la première fois sa propre analyse juridique de la facture que le pays devra honorer en quittant l'UE.

"Après cette semaine, il est clair que le Royaume-Uni ne se considère pas légalement obligé d'honorer" certains des engagements financiers à long terme que l'UE lui demande de respecter, a regretté M. Barnier, citant par exemple des soutiens financiers convenus pour le développement de pays africains.

"Il existe encore des divergences à surmonter", a reconnu M. Davis, mais "nous avons un devoir envers nos contribuables !".

Le solde de tout compte que devra verser le Royaume-Uni pour honorer ses engagements financiers au sein de l'UE est officieusement évalué côté européen entre 60 et 100 milliards d'euros, alors que Londres refuserait de payer plus de 40 milliards selon la presse britannique.

A défaut d'un montant chiffré, les négociateurs européens souhaitent parvenir le plus rapidement possible à une méthode de calcul acceptée par les deux parties.

-'Nostalgie'-

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (D) accueille l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair à son arrivée à Bruxelles pour assiter à une réunion de la Commission le 31 août 2017
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (D) accueille l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair à son arrivée à Bruxelles pour assiter à une réunion de la Commission le 31 août 2017 ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

Outre la question financière, M. Barnier a aussi souligné qu'il restait une forte divergence au sujet de la compétence de la Cour de justice de l'UE. Les 27 demandent qu'elle puisse contrôler le respect des droits des expatriés européens au Royaume-Uni après le Brexit, ce que refuse Londres.

Le chef de file des négociateurs européens a aussi ironisé sur les propositions faites par ses homologues d'avoir une période de transition post-Brexit pour que le divorce ne soit pas trop brutal, disant y voir déjà "une sorte de nostalgie" de leur appartenance au marché unique.

Seule avancée notable, selon M. Barnier, des discussions "fructueuses" sur le sort incertain de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord après le Brexit.

"Nous sommes loin de constater des progrès suffisants pour pouvoir recommander au Conseil européen (les dirigeants des 27, ndlr) d'engager des discussions sur la future relation entre le Royaume-Uni", a-t-il finalement résumé.

Dans son agenda idéal, il avait souhaité pouvoir engager dès l'automne des tractations sur ces futures relations commerciales, mais ce calendrier est de plus en plus remis en cause par la lenteur des négociations.

Au moment même où se terminait ce troisième round, le président de la Commission Jean-Claude Juncker a reçu jeudi l'ancien Premier ministre travailliste Tony Blair, opposant du Brexit. Il ne faut y voir "aucun complot", avait insisté un porte-parole de l'exécutif européen.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Affine a acquis auprès de la société belge Banimmo (dont elle détient 49,5 %), le marché Vaugirard, situé à Paris 15ème face à la gare Montparnasse. Cette galerie commerciale, ouverte sur le…

Publié le 17/11/2017

Gaussin Manugistique, spécialisée dans l'audit des process de manutention, a annoncé la réception usine par son distributeur Blyyd de 2 véhicules ATM (Automotive Trailer Mover) Full Elec. Les ATM…

Publié le 17/11/2017

Résultats trimestriels...

Publié le 17/11/2017

Article L. 233-8-II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'AMF Dénomination sociale de l'émetteur :             Atos SE Name and…

Publié le 17/11/2017

Conformément à la réglementation relative aux rachats d'actions, Atos SE déclare ci-après les opérations d'achats d'actions propres pour un montant de 13,8 millions…

CONTENUS SPONSORISÉS