En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.37 PTS
-0.34 %
4 796.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
3 821.84
-0.29 %
DAX PTS
10 918.62
-0.12 %
Dowjones PTS
24 208.69
+0.01 %
6 685.07
+0.25 %
1.138
-0.10 %

ND-des-Landes: les réponses aux exigences gouvernementales en débat

| AFP | 345 | Aucun vote sur cette news
Une voiture qui faisait partie d'une barricade à Notre-Dame-des-Landes, dans l'ouest de la France, le 18 janvier 2018
Une voiture qui faisait partie d'une barricade à Notre-Dame-des-Landes, dans l'ouest de la France, le 18 janvier 2018 ( LOIC VENANCE / AFP )

Deux jours après l'abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les opposants peinent à trouver une réponse commune aux exigences du gouvernement, en premier lieu sur celle de la libération d'une route départementale d'accès à la ZAD, entravée de chicanes.

Le mouvement anti-aéroport, très hétérogène, a tenu jeudi soir une réunion à huis clos, avec pour unique ordre du jour cette route traversant la ZAD, que le gouvernement veut voir rouverte à la circulation d'ici la fin de semaine prochaine.

Selon plusieurs organisations de la coordination des opposants, la réouverture de la route semble faire consensus, mais l'ampleur et les modalités du nettoyage des nombreux obstacles jonchant la D281, aussi appelée "route des chicanes", sont encore en débat.

L'assemblée, qui a duré "quatre heures et demi" selon un participant, a été "comme d'habitude" animée et "compliquée", chacun étant appelé à donner son avis et tous ne partageant pas la même stratégie à adopter vis-à-vis de l'exécutif.

Aéroport de Nantes : l'option de la modernisation retenue
Aéroport de Nantes : l'option de la modernisation retenue ( Simon MALFATTO / AFP )

Derrière les positions communes qui finissent par émerger, se sont toujours cachées de longues heures de discussions entre toutes les composantes, hétéroclites, du mouvement anti-aéroport, et les suites à donner à l'abandon du projet ne fait pas exception à cette tradition.

"Dans sa grande sagesse, le gouvernement nous a donné une semaine (pour rouvrir la route, ndlr) et c'est très bien", souligne Françoise Verchère, coprésidente d'un collectif d'élus opposés au projet de nouvel aéroport, le Cédpa.

"L'état d'esprit global et majoritaire, c'est qu'on va faire le plus possible et le plus vite possible. Mais il y en a quelques-uns pour qui la route va toujours trop vite et qui rêvent de laisser quelques chicanes +maison+", ajoute-t-elle.

- "Pas un groupe uniforme" -

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a donné jusqu'à "la fin de la semaine prochaine" aux opposants pour libérer les routes d'accès à la zone de Notre-Dame-des-Landes, ajoutant qu'il préférait le faire "par la discussion et la négociation" plutôt que la force.

L'une des routes traversant la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 18 janvier 2018
L'une des routes traversant la Zad de Notre-Dame-des-Landes, le 18 janvier 2018 ( LOIC VENANCE / AFP )

Ils devront "dégager la route" et "s'ils ne le font pas d'eux-mêmes, les gendarmes iront la dégager", a insisté la préfète de la région Pays de la Loire, Nicole Klein.

"J'espère que ça va se débloquer. Quelques-uns n'ont pas encore compris que le projet d'aéroport était abandonné. Et s'ils ne comprennent pas ça, je crois qu'ils devront partir", fait valoir Jean-Paul Naud, maire (sans étiquette) de Notre-Dame-des-Landes.

"On fera le maximum pour dégager la route, mais si elle ne l'est pas en fin de semaine, on n’appellera pas nos adhérents et sympathisants à venir la défendre contre une intervention des forces de l'ordre", prévient Julien Durand, porte-parole de l'Acipa, association "institutionnelle" d'opposants.

"Il y a une situation qui est nouvelle. La route a été fermée par les collectivités en 2013. Si elle a été barricadée à un moment donné, c'était en lien avec une résistance face à des menaces, une résistance qui a été victorieuse et utile au moment de l'opération César", la tentative avortée d'expulsion des zadistes par les forces de l'ordre, répond un occupant de la ZAD.

Une ancienne barricade écartée sur une départementale menant à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 18 janvier 2018
Une ancienne barricade écartée sur une départementale menant à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le 18 janvier 2018 ( LOIC VENANCE / AFP )

"A partir du moment où la menace est levée (...) ça donne de nouvelles bases à la discussion, mais il faut nous laisser du temps", poursuit-il, réaffirmant que la libération de la route sera "prise en charge" par le mouvement. Un nettoyage que plusieurs collectifs souhaitent réaliser à l'abri des caméras.

Chargée de travailler à la médiation "pour que l'ancienne ZAD puisse vivre tranquillement", la préfète de région a admis que c'était "compliqué", mais semble confiante dans un dénouement à l'amiable.

"Les zadistes, ce n'est pas un groupe uniforme. Je discuterai avec ceux qui veulent discuter et je pense qu'ils sont assez nombreux", déclarait-elle jeudi.

- Craintes de Manuel Valls -

L'abandon du projet d'aéroport a été jugé "un mauvais choix" par l'ancien Premier ministre Manuel Valls, aujourd'hui député apparenté LREM.

Tout en saluant "la méthode du Premier ministre, qui a été faite d'écoute, de concertation", il a émis sur RTL la crainte que cette décision puisse "légitimer des minorités violentes, radicales qui se sont opposées à ce projet".

De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a assuré que la facture liée à l'indemnisation de Vinci après l'abandon du projet serait "la plus réduite possible", qualifiant de "constructives" les discussions engagées avec le groupe de BTP.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

CHIFFRE D'AFFAIRES 2018 Sur l'année 2018, chiffre d'affaires de 36,6 MdsEUR, en croissance de +4,7% en organique et de +3,0% en comparable Au T4 2018, chiffre…

Publié le 17/01/2019

Par courrier reçu le 16 janvier 2019 par l'AMF, la société Morgan Stanley Plc (Wilmington, Delaware, Etats-Unis) a déclaré à l'Autorité française des...

Publié le 17/01/2019

Dernière grande banque à présenter ses comptes du quatrième trimestre, Morgan Stanley se trouve également en dernière position en matière de performance dans ses activités de marché.…

Publié le 17/01/2019

L'Allemagne étudie les moyens d'interdire l'utilisation des produits de Huawei Technologies Co. dans son infrastructure télécoms selon un représentant du gouvernement cité par le Wall Street…

Publié le 17/01/2019

Philippe Lagayette, administrateur référent de Renault, et Patrick Thomas, président du comité des nominations et de la gouvernance, ont confirmé...