En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 903.03 PTS
-0.13 %
4 899.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
3 899.31
-0.06 %
DAX PTS
10 930.24
+0.01 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.11 %

Namibie: coup d'envoi du débat sur une nouvelle réforme foncière

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Le président namibien Hage Geingob à la tribune des Nations unies à New York le 24 septembre 2018
Le président namibien Hage Geingob à la tribune des Nations unies à New York le 24 septembre 2018 ( Don EMMERT / AFP/Archives )

Le président namibien Hage Geingob a lancé lundi un débat national sur une future réforme agraire, destinée à corriger les inégalités foncières héritées de l'époque coloniale, en se prononçant pour un recours aux expropriations.

"Il y a consensus sur le fait que le système de la vente et de l'achat (des terres) sur la base du volontariat n'a pas donné les résultats escomptés", a jugé M. Geingob dans un discours, "il faut envisager sérieusement le principe des expropriations".

La Namibie fut une colonie allemande de 1884 à 1915, avant que l'Afrique du Sud de l'apartheid ne prenne le contrôle du pays jusqu'à son indépendance en 1990.

Le nouveau gouvernement a alors engagé une politique de transfert des terres sur la base du volontariat des propriétaires qui n'a eu que peu d'effets. Il y a deux ans, les autorités regrettaient que la quasi-totalité des terres agricoles étaient encore détenues par des étrangers, Allemands ou Sud-Africains.

"Nous sommes tous d'accord, le rythme actuel de la réforme foncière n'est pas satisfaisant (...) une situation où la croissance économique et la prospérité ne sont pas partagées n'est pas soutenable", a estimé lundi le chef de l'Etat.

Ce débat est rouvert en Namibie alors qu'un projet de réforme équivalent suscite depuis des mois de vives tensions en Afrique du Sud voisine. Là, le gouvernement veut autoriser les expropriations sans indemnisation pour corriger "l'injustice historique" de l'apartheid.

M. Geingob a rappelé lundi son hostilité aux évictions forcées des terres détenues par les Blancs, ainsi que ce fut le cas au Zimbabwe au début des années 2000.

"Nous pouvons recourir aux mécanismes constitutionnels pour parvenir à l'égalité foncière", a-t-il assuré, précisant que les expropriations devaient être menées "dans l'intérêt général".

Plusieurs chefs traditionnels, qui exigent le transfert systématique des terres ancestrales aux descendants de leurs propriétaires, ont boudé la conférence, qui s'achève vendredi.

En avril dernier, la Namibie avait renoncé, officiellement par manque de moyens financiers, à un projet de loi imposant aux entreprises opérant dans le pays d'ouvrir au moins un quart de leur capital à des investisseurs noirs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Paris, 13 Décembre 2018 Atos, leader international de la transformation digitale, est reconnu leader des services IoT (Internet des Objets) par Forrester, à l'occasion de la…

Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord pour la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire...

Publié le 13/12/2018

Partouche a affiché, au titre de son quatrième trimestre de son exercice, un chiffre d’affaires en repli de 2,9% à 99,2 millions d’euros. Sur la période, le Produit Brut des Jeux (PBJ)…

Publié le 13/12/2018

A l’occasion de son "Investor Day", Plastic Omnium a assuré qu'il portera au cours de la période 2019-2021 une attention particulière à la génération de free cash-flow. L’enveloppe…

Publié le 13/12/2018

TechnipFMC plc annonce que son Conseil d'administration a approuvé un programme additionnel de rachat d'actions de 300 millions de dollars qui sera...