En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-0.54 %
5 156.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 123.52
-0.43 %
DAX PTS
11 715.03
-0.52 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.03 %
1.150
-0.01 %

Apprentissage: le gouvernement veut mettre entreprises et jeunes au coeur du dispositif

| AFP | 618 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 11 octobre 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 11 octobre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Le gouvernement a lancé vendredi les discussions avec les partenaires sociaux et les régions sur la réforme de l'apprentissage, avec pour objectif de mettre les entreprises et les jeunes au coeur du dispositif.

"Il ne s'agit pas juste de quelques rustines", le développement de l'apprentissage "n'est possible que si nous refondons le système à partir des jeunes et des entreprises", a estimé Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s'exprimant devant la presse après avoir reçu les partenaires sociaux, les régions, les chambres consulaires et des professionnels de l'apprentissage.

La ministre, qui était accompagnée de ses collègues Jean-Michel Blanquer (Education) et Frédérique Vidal (Enseignement supérieur), a de nouveau plaidé pour une "révolution copernicienne", pour rendre plus attractive cette "voie de réussite qui "souffre encore d'une image de rejet, de relégation".

En France, les effectifs d'apprentis ont plafonné autour de 420.000 pendant l'année scolaire 2016-2017, soit 7% des jeunes de 16-25 ans. Le gouvernement ne se fixe pas d'objectif chiffré, prévenant toutefois que "cela va mettre des années à s'amplifier réellement".

"Une trentaine de freins" à l'apprentissage ont été repérés, a ajouté Mme Pénicaud, citant notamment l'impossibilité d'entrer dans le dispositif en cours d'année, la lenteur pour créer ou rénover une formation, et le manque de passerelles lorsqu'un jeune rompt son contrat en cours d'année.

Pour les lever, la ministre veut que "les entreprises s'engagent plus dans la co-construction (du contenu) des diplômes" et qu'elles puissent "davantage piloter les centres (de formation) en fonction de leurs besoins".

Jean-Michel Blanquer a, lui, défendu l'idée de "campus" uniques regroupant lycées professionnels, centres de formation des apprentis (CFA), universités et laboratoires de recherche, pour "dépasser des clivages qui n'ont pas lieu d'être" entre l'enseignement scolaire et l'apprentissage.

La réunion a été l'occasion pour les régions d'exprimer leur préoccupation. David Margueritte (Normandie) s'est dit "très vigilant et inquiet sur la question de savoir qui pilotera l'apprentissage", appelant à ce que "les régions restent les autorités qui régulent" le dispositif.

"Nous n'entrerons pas dans des débats purement défensifs institutionnels", leur a répondu Mme Pénicaud, estimant que les institutions doivent être "au service des jeunes et des entreprises".

De son côté, Florence Poivey (Medef) a revendiqué un rôle majeur pour les branches professionnelles et demandé "une simplification, une clarification, une lisibilité du système".

Yvan Ricordeau (CFDT), quant à lui, a réclamé "plus de sécurité pour les apprentis, plus de droits" et "un meilleur accompagnement".

Aurélien Cadiou, de l'Association nationale des apprentis de France (Anaf), a estimé qu'il y avait "un gros travail à faire au niveau de l'orientation au collège et au lycée".

Cette première réunion est le début d'un processus qui doit aboutir à la remise d'un rapport aux trois ministres "fin janvier/début février". Ils s'en inspireront pour rédiger le projet de loi qu'ils comptent transmettre au Parlement au printemps, pour une adoption définitive avant la fin de l'été.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Contrat en vue pour Derichebourg pour la cession des activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain et de traitement de déchets en Italie...

Publié le 17/10/2018

Cette nouvelle implantation remplacera la boutique de 480 m2 située au 100 rue Réaumur, qui fermera ses portes courant janvier 2019...

Publié le 17/10/2018

Ces données positives du JTA-004 complètent les récentes avancées cliniques et de fabrication obtenues par Bone Therapeutics...

Publié le 17/10/2018

Cette seconde génération LIFI propose un produit plus performant avec un débit en hausse de 30%...

Publié le 17/10/2018

Spineway marque ainsi une première étape dans la reconquête du marché américain...