En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Mondial de l'Auto: à 120 ans, la renaissance ou le déclin

| AFP | 560 | Aucun vote sur cette news
Le Mondial de l'Auto, salon automobile le plus fréquenté au monde, fête ses 120 ans du 4 au 14 octobre à Paris avec un feu d'artifice d'innovations
Le Mondial de l'Auto, salon automobile le plus fréquenté au monde, fête ses 120 ans du 4 au 14 octobre à Paris avec un feu d'artifice d'innovations ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le Mondial de l'Auto, salon automobile le plus fréquenté au monde, fête ses 120 ans du 4 au 14 octobre à Paris avec un feu d'artifice d'innovations pour tenter de reconquérir des constructeurs de plus en plus nombreux à bouder ce type d'événements.

Les grands salons automobiles occidentaux ne font plus le plein de marques, alors qu'ils étaient autrefois les vitrines incontournables des nouveautés du secteur. Le phénomène touche aussi bien Detroit que Francfort ou Genève. Mais le salon de la capitale française sera particulièrement affecté cette année.

Volkswagen, Opel, Fiat, Jeep, Alfa Romeo, Ford, Nissan, Volvo, Mazda, Mitsubishi ont notamment renoncé à tenir un stand cette année à la Porte de Versailles, des absents qui pèsent ensemble près de 40% du marché automobile européen.

Le doyen des salons automobiles, qui attire tous les deux ans plus d'un million de visiteurs et 10.000 journalistes internationaux, espère pourtant marquer les esprits avec un fourmillement de nouveautés.

Le salon de l'Automobile au Grand Palais, le 2 octobre 1952 à Paris
Le salon de l'Automobile au Grand Palais, le 2 octobre 1952 à Paris ( - / AFP/Archives )

"On fête les 120 ans et on fête l'année une du renouveau du Mondial", résume son commissaire général, Jean-Claude Girot.

Au cœur de la transformation, l'ouverture aux services de mobilité et aux entreprises de technologie qui bouleversent l'industrie. L'automobile de demain sera électrique, autonome, connectée, et de plus en plus partagée.

Cette année, les deux roues seront exposés en même temps que les voitures, renouant avec la tradition des premières années. Outre le renfort du Mondial de la moto, le salon lance un nouvel événement grand public, le Mondial de la mobilité et simultanément un nouveau salon professionnel, Mondial.Tech, qui permettra notamment à 64 startups du monde entier de présenter leurs innovations.

Une piste d'essais sera ouverte aux visiteurs pour tester des vélos et trottinettes électriques.

"Les transports en commun seront aussi présents. On remet la voiture au milieu de la ville et du transport", explique M. Girot. "On va avoir une population de visiteurs et une presse beaucoup plus larges. Ce n'est plus un simple salon de l'auto où on expose des voitures".

Un modèle de Volkswager exposé au salon de l'Automobile à Paris, le 2 octobre 1952
Un modèle de Volkswager exposé au salon de l'Automobile à Paris, le 2 octobre 1952 ( - / AFP/Archives )

Il se réjouit tout particulièrement du partenariat noué avec le CES de Las Vegas, premier salon mondial de l'électronique grand public, qui organise sa déclinaison française à la Porte de Versailles, pendant le salon.

- Marques de luxe -

Les fondamentaux restent cependant assurés. Le Mondial se félicite de continuer à attirer des marques de luxe. Aston Martin, Jaguar, Ferrari, Lamborghini, Maserati seront bien au rendez-vous. Tout comme le constructeur californien de voitures électriques, Tesla, dont la nouvelle Model 3 devrait attirer les foules.

Le Mondial reste "une institution", estime M. Girot. De nombreux visiteurs, de toute la France, viennent "pour rêver", une partie d'entre eux "venaient avec leurs parents quand ils étaient petits et maintenant ils emmènent leurs enfants".

Certains viennent aussi "pour renouveler leur voiture", profiter de la possibilité de voir et essayer de nombreux modèles en une seule journée. Des milliers de commandes sont enregistrées à chaque édition.

Alors, pourquoi des constructeurs font-ils l'impasse ?

La présence au salon est "un investissement coûteux et les constructeurs font des arbitrages", relève Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'automobile. Les salons historiques, en Amérique du nord et en Europe, sont concurrencés par d'autres modes de communication, notamment numériques, et par les salons des pays émergents, Chine en tête.

"Le concept est à repenser complètement. Jusqu'ici les salons consistaient à placer des produits à côté de jeunes filles. C'est le monde d'avant-hier", estime Ferdinand Dudenhöffer, directeur de l'institut allemand Center Automotive Research. Selon lui, les salons qui fonctionnent ne se contentent pas d'exposer des produits mais proposent "des expériences".

M. Girot reconnaît que le Mondial aurait dû innover plus tôt. Pour cette édition, la durée a été raccourcie à 11 jours au lieu de 16, afin de réduire les coûts pour les constructeurs.

Le Mondial sort aussi des murs et proposera au public d'essayer des voitures électriques sur la Place de la Concorde. Il espère convaincre visiteurs, journalistes et constructeurs, que l'événement a de l'avenir, malgré ses 120 ans. Pour 2020, Volkswagen a déjà acté son retour.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...