5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.10 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
-0.07 %
Nikkei PTS
22 506.23
-0.83 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mise au point de l'Assurance maladie sur les nouvelles consultations complexes chez le médecin

| AFP | 173 | Aucun vote sur cette news
Les nouveaux tarifs, de 46 et 60 euros, s'appliqueront à des consultations
Les nouveaux tarifs, de 46 et 60 euros, s'appliqueront à des consultations "complexes" (scoliose ou diabète gestationnel) ou "très complexes" comme informer un patient nouvellement atteint d'un cancer sur son traitement ( FRED DUFOUR / AFP/Archives )

La première consultation pour la contraception chez les jeunes filles de 15 à 18 ans, dont le tarif passera à 46 euros le 1er novembre, sera prise en charge à 100% par la Sécurité sociale, rappelle mardi l'assurance maladie.

Après le passage de la consultation généraliste à 25 euros, le 1er mai, de nouvelles revalorisations entreront en vigueur le 1er novembre, comme le prévoit la convention médicale signée en août 2016 par l'Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux.

La publication de ces revalorisations au Journal officiel la semaine dernière avait suscité des réactions indignées sur les réseaux sociaux, certains s'offusquant notamment de voir la contraception considérée comme un acte complexe et coûteux.

Ces nouveaux tarifs, de 46 et 60 euros, s'appliqueront à des consultations "complexes" (comme la prise en charge d'une scoliose ou d'un diabète gestationnel) ou "très complexes" (comme celles visant à "informer un patient nouvellement atteint d'un cancer ou de la maladie d'Alzheimer sur son traitement"), chez les généralistes ou les spécialistes.

Une trentaine de motifs sont concernés par ces nouvelles consultations, qui seront "sans incidence financière pour les patients disposant d'une mutuelle", insiste l'Assurance maladie : elles seront remboursées selon les règles habituelles, à 70% pour la part prise en charge par la sécurité sociale, à 30% pour la part prise en charge par les complémentaires santé.

Les deux tiers de ces consultations seront même prises en charge à 100% par la sécu car "elles concernent la prise en charge de maladies complexes et instables pour des patients bénéficiant du régime d'affections en longue durée (ALD)", et pouvant à ce titre prétendre au tiers payant (dispense d'avance de frais).

D'autres, "à fort enjeu de santé publique", seront également intégralement remboursées par la sécu, comme les trois consultations obligatoires de suivi du nourrisson et la première consultation pour la contraception et la prévention des maladies sexuellement transmissibles chez les jeunes filles de 15 à 18 ans.

Ces dernières pourront "demander à leur médecin l'anonymat et à bénéficier de la dispense d'avance de frais, comme c'est déjà le cas pour la contraception d'urgence".

Au total, le "coût prévisionnel" de ces nouveaux tarifs est évalué à "37 millions d'euros pour l'Assurance maladie".

Ils visent à "prendre en compte la complexité de certaines situations médicales et à valoriser le temps plus important que les médecins doivent y consacrer", insiste l'organisme.

ac/db/pb

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Selon des sources citées par 'La Tribune' et 'Reuters', le numéro deux d'Airbus pourrait démissionner de son poste de directeur adjoint à l'issue d'un conseil d'administration se tenant jeudi…

Publié le 14/12/2017

Un nouveau contrat d'offre globale de services...

Publié le 14/12/2017

L'édition 2018 du CES de Las Vegas se tiendra du 9 au 12 janvier...

Publié le 14/12/2017

David Jones est nommé Senior Vice-président, Digital Business Unit, Thales, avec effet au 8 décembre...

Publié le 14/12/2017

iSee permet l'obtention de données d'imagerie de haute qualité...

CONTENUS SPONSORISÉS